Plus de connexion internet

Si vous n’avez plus de connexion internet, vous ne pourrez probablement pas lire cet article. C’est dommage car il vous explique comment retrouver rapidement et simplement une connexion. Il est donc préférable de le lire quand votre connexion internet fonctionne parfaitement. Ce qui est paradoxal.

Lorsque vous n’avez plus de connexion internet sur votre pc ou votre smartphone, c’est souvent la panique. Pourtant, la solution peut parfois être simple, rapide et facile pour réparer.

En effet, il faut savoir que dans de nombreux cas le problème n’est pas lié à votre utilisation. Notamment, si le problème arrive soudainement. Malgré tout, vous pouvez agir et dépanner directement pour retrouver votre connexion internet.

Plus de connexion internet
Plus de connexion internet

Pourquoi plus de connexion Internet ?

Généralement, vous vous rendez compte que vous n’avez plus de connexion internet car vous ne réussissez pas à envoyer des messages. Ou bien, vous ne réussissez pas à utiliser WhatsApp, Facebook ou Twitter.

Tout d’abord, dites vous que vous n’avez rien à vous reprocher. En effet, si vous n’avez rien installé la veille ou le jour même et surtout, si vous n’avez pas modifié les paramètres de votre ordinateur, c’est que vous n’y êtes pour rien. Bon.

Ensuite, votre connexion à Internet ne dépend pas que de vous, ni de vos appareils. Pour accéder à Internet ou aux messageries, votre connexion traverse des réseaux et des serveurs qui ne vous appartiennent pas. Ces réseaux ou serveurs peuvent être momentanément en panne. Parfois, cela peut durer des heures.

La première solution

La bonne nouvelle, c’est que c’est rare car le matériel et le réseau est en double.

L’autre bonne nouvelle, c’est qu’il existe des solutions simples pour vous dépanner quand vous n’avez plus de de connexion internet.

La première action est de redémarrer votre téléphone ou votre ordinateur.

Généralement, cela suffit. En effet, votre appareil peut avoir un petit coup de blues. Le fait de redémarrer suffit pour tout remettre d’aplomb.

Éventuellement, une grosse mise à jour peut parfois vous bloquer aussi. Le redémarrage applique la mise à jour.

La seconde possibilité

Si, malgré votre redémarrage, vous n’avez toujours pas de connexion Internet sur votre portable et que vous êtes chez vous.

Dans ce cas, la seconde action consiste à éteindre votre box. Vous devez éteindre la box qui est connectée à votre prise téléphonique.

Vous pouvez aussi éteindre la box qui est reliée à la télévision mais cela ne réglera pas votre problème de connexion à Internet.

Patientez 30 à 40 secondes puis allumez votre box.

Autre possibilités

Si, malgré les redémarrages, vous n’avez toujours pas de connexion Internet sur votre téléphone. Il y a encore un espoir.

Notamment, vérifiez si par hasard la connexion de votre appareil est toujours active. Cette vérification se fait dans les paramètres de votre téléphone ou de votre ordinateur.

En particulier, contrôlez si la connexion wifi est bien active.

Vous pouvez aussi vérifier que votre connexion internet fonctionne à partir d’un ordinateur que vous pouvez utilisez, par exemple celui du fiston ou de la famille. Pour ce faire, vous cherchez à vous connecter sur Internet à partir de cet ordinateur.

Sur celui-ci, ouvrez une page d’un site web quelconque, par exemple Google. Puis, faites une recherche sur Google. Vous devez faire une recherche inhabituelle pour vous. Par exemple, vous recherchez les termes visiter Sète.

L’intérêt de faire une recherche inhabituelle est d’obliger le navigateur à aller sur Internet. Sinon, il peut afficher du contenu qui se trouve déjà sur l’ordinateur.

Si vous réussissez à voir les pages de Google, cela prouve que la connexion Internet de la maison fonctionne parfaitement bien. Par conséquent, c’est votre appareil qui est en cause.

Convertir un PowerPoint en Word

Convertir un PowerPoint en Word est une opération très différente d’un export PowerPoint vers Word. En effet quand vous convertissez une présentation PowerPoint en un document Microsoft Word, vous conservez les styles et vous n’avez plus de diapositives PowerPoint.

C’est vrai que vous pouvez obtenir un résultat très proche avec un export en mode plan uniquement. Cependant le mode plan ne conserve pas les styles, ni la couleur ou le format des caractères. Autrement dit, ce mode ne récupère que le contenu sans la mise en forme.

Au contraire de l’export en mode plan, l’opération de conversion d’une présentation PowerPoint en Microsoft Word conserve la mise en forme. Vous retrouverez les styles, les couleurs, le gras et la taille des caractères.

Cependant, tout comme le mode plan de l’export, les notes ne sont pas reprises. Vous n’obtenez que le contenu des diapositives.

Afficher les extensions des fichiers

Vous savez que chaque fichier de votre disque possède un format qui lui est propre. Par exemple, vous avez des documents Word, des feuilles de calcul Excel, des présentations PowerPoint, etc.

Windows connaît le format d’un fichier grâce à son extension. Cependant, Microsoft cache par défaut les extensions afin de simplifier l’expérience utilisateur.

Toutefois, pour bien comprendre ce qui se passe, vous devez afficher les extensions des formats de fichiers. Notez que ce n’est pas obligatoire pour convertir un PowerPoint en Word. C’est purement pédagogique.

Pour afficher les extensions des fichiers, vous faites clic normal sur l’icône Windows (en bas à gauche). Puis vous cliquez sur l’icône en forme de roue dentée, qui s’intitule Paramètres : la fenêtre Paramètres Windows s’affiche.

Juste sous le titre, dans la zone Rechercher un paramètre, vous tapez dossiers. Puis, dans les résultats, vous cliquez sur le lien qui s’intitule Afficher les fichiers et dossiers cachés : un pop-up apparaît.

Le pop-up est ouvert sur l’onglet Affichage. Vous voyez une liste de cases à cocher ou qui sont déjà cochées. Dans cette liste, recherchez la case qui s’intitule Masquer les fichiers protégés du système d’exploitation (recommandé). Il est possible que vous ne voyiez pas la totalité de la ligne en une seule fois. Pour ce faire, vous pouvez déplacer le curseur horizontal en bas de la liste.

Si la case Masquer les fichiers protégés du système d’exploitation (recommandé) est décochée, vous la laissez décochée. Si elle est cochée, vous la décochez. Si vous voyez apparaître un nouveau pop-up, c’est que vous avez décoché la mauvaise case : annulez puis recommencez.

Afficher les extensions cachées
Afficher les extensions cachées

Il ne reste plus qu’à valider. Pour ce faire, vous cliquez sur le bouton OK. Puis vous fermez toutes les fenêtres qui sont restées ouvertes.

Enregistrer un PowerPoint en RTF

Pour convertir un PowerPoint en Word, vous devez disposer d’un document PowerPoint.

Ouvrez votre présentation PowerPoint.

Présentation PowerPoint
Présentation PowerPoint

Cliquez sur le ruban Fichier.

Dans le ruban Fichier, cliquez sur Enregistrer sous. L’écran Enregistrer sous s’affiche.

Enregistrer sous
Enregistrer sous

Cet écran Enregistrer sous est composé de 3 volets. Vous avez le volet de gauche avec un fond rouge, un volet central avec le titre Enregistrer sous et un dernier volet à droite. Le contenu du volet de droite dépend du menu sélectionné dans le volet central. Par défaut, le menu du volet central est Ce PC.

Ensuite, dans cet écran, cliquez sur le lien Autres options qui se trouve dans le volet de droite, juste sous le format Présentation PowerPoint (*.pptx).

Autres options
Autres options

La fenêtre classique Enregistrer sous apparaît.

En face du champ Type, cliquez sur Présentation PowerPoint (*.pptx) pour faire apparaître la liste des types proposés.

Vous remarquerez que cette liste propose de nombreux formats de présentation. Vous trouvez aussi la possibilité d’enregistrer dans d’autres formats de fichiers. Toutefois, vous n’avez pas la possibilité d’enregistrer directement au format Word. Autrement dit, vous n’avez pas l’extension *.doc ou *.docx.

C’est normal et ce n’est pas grave. Car vous allez passer par un format de fichier intermédiaire pour réussir à convertir un PowerPoint en Word.

Convertir un PowerPoint en Word

Ensuite, dans la liste vous sélectionnez le format Plan/RTF (*.rtf), qui se trouve vers le bas de la liste.

Format RTF
Format RTF

Puis, vous cliquez sur le bouton Enregistrer.

Maintenant, vous pouvez fermer ou enregistrer votre présentation PowerPoint.

Par ailleurs, ouvrez votre document au format RTF. Normalement, il doit s’ouvrir dans Microsoft Word.

Vous obtenez un résultat qui ressemble à cela.

Convertir un PowerPoint en Word
Convertir un PowerPoint en Word

Bien évidemment, tout le texte est entièrement modifiable. Il ne reste plus qu’à l’enregistrer au format Microsoft Word.

Pour ce faire, vous cliquez sur le ruban Fichier.

Dans le ruban Fichier, cliquez sur Enregistrer sous. L’écran Enregistrer sous s’affiche.

Ensuite, dans cet écran, cliquez sur le lien Autres options qui se trouve dans le volet de droite, juste sous le format Format RTF (*.rtf).

En face du champ Type, cliquez sur Format RTF (*.rtf) pour faire apparaître la liste des types proposés.

Ensuite, dans la liste vous sélectionnez le format Document Word (*.docx), qui se trouve tout en haut de la liste.

Puis, vous cliquez sur le bouton Enregistrer : un pop-up vous informe que votre document va être mis à niveau vers le format de fichier le plus récent.

Dans le pop-up, vous cliquez sur le bouton OK.

En résumé et pour aller encore plus loin

En résumé, dans cet article, vous avez vu comment convertir un PowerPoint en Word.

Plus précisément, vous avez dû convertir la présentation PowerPoint en un fichier au format RTF.

Ensuite, il a suffi d’ouvrir le fichier RTF dans Microsoft Word. Puis, vous avez enregistré le fichier au format RTF en un nouveau fichier au format Word avec l’extension docx.

Un petit point de vocabulaire, afin d’être un poil pointilleux 🙂

Ne confondez pas le programme Word avec le format de fichier Word. Même, si les deux sont étroitement liés, il s’agit de deux notions différentes. La preuve c’est que vous avez pu ouvrir le fichier RTF, qui n’est pas au format Word, dans l’application Word.

Par ailleurs, il existe d’autres types de conversion possibles dans Word. Par exemple, vous pouvez convertir un PDF en Word. Le document Word étant modifiable aussi.

Exporter un PowerPoint en Word

Il existe deux méthodes très différentes pour convertir un PowerPoint en Word. Les deux techniques sont excellentes. Elles ont chacune leurs avantages et inconvénients. Dans cet article, vous verrez la première méthode qui consiste à exporter un PowerPoint en Word.

Bien sûr, vous pourrez modifier le document Microsoft Word après l’export. L’article suivant vous montre comment convertir un PowerPoint en Word, qui est une opération très différente.

Méthode pour exporter un fichier PowerPoint

Cette première méthode est peut-être la moins connue. Pourtant, elle est la plus fidèle au document PowerPoint d’origine.

Notamment, cette méthode est un peu moins connue car le menu qui permet d’exporter une présentation PowerPoint en Word n’est pas visible directement.

Pour ce faire, ouvrez votre fichier PowerPoint.

Présentation PowerPoint
Présentation PowerPoint

Ensuite, pour exporter la présentation PowerPoint en Word, cliquez sur le ruban Fichier.

Puis, dans le ruban Fichier, cliquez sur le menu Exporter (à gauche dans le volet rouge) : l’écran Exporter s’affiche.

Exporter un PowerPoint en Word
Exporter un PowerPoint en Word

Cet écran Exporter est composé de 3 volets. Vous avez le volet de gauche avec un fond rouge, un volet central avec le titre Exporter et un dernier volet à droite. Le contenu du volet de droite dépend du menu sélectionné dans le volet central. Par défaut, le menu du volet central est Créer un document PDF/XPS.

Ensuite, dans cet écran, cliquez sur le menu Créer des documents du volet central : le volet de droite s’actualise avec le titre Créer des documents dans Microsoft Word.

Créer des documents
Créer des documents

Exporter un PowerPoint en Word

Ensuite, dans le volet de droite, cliquez sur Créer des documents : un pop-up apparaît. Ce pop-up vous demande le type d’affichage que vous souhaitez dans Microsoft Word.

Notamment, si vous souhaitez que les notes apparaissent à côté ou sous la diapositive. Si vous préférez, les notes peuvent ne pas apparaître. Dans ce cas, vous aurez à la place des notes, des lignes vierges qui seront à côté ou sous la diapositive.

Enfin, l’option Plan uniquement crée un fichier Word avec le texte des diapositives, sauf le texte des notes et le texte qui se trouve dans certains objets. Avec cette option, la mise en forme est perdue : vous ne verrez de titres ou de couleurs dans le document Microsoft Word.

Dans ce scénario, vous cliquez sur l’option Notes sous les diapositives, et vous gardez l’option par défaut Coller pour ajouter les diapositives au document Word, puis vous cliquez sur le bouton OK.

Microsoft Word se lance automatiquement : vous le voyez se remplir au fur et à mesure. Vous obtenez un résultat qui ressemble à cela.

Exporter un PowerPoint en Word
Exporter un PowerPoint en Word

Si vous rencontrez des problèmes lors de la conversion en Word. Notamment, si vous obtenez un message d’erreur de Word. Dans ce cas, vous fermez toutes vos applications qui s’exécutent et vous recommencez.

Ce qui est intéressant, c’est que le texte est modifiable, y compris pour les diapositives. Autrement dit, vous pouvez modifier directement les diapositives du document Word.

Pour ce faire, vous double-cliquez dans la diapositive. Ensuite, vous modifiez le texte comme d’habitude.

Diapositive modifiable dans Word
Diapositive modifiable dans Word

En résumé et pour aller encore plus loin

En résumé, dans cet article, vous avez vu comment exporter un PowerPoint en Word. Notamment, vous savez maintenant qu’un fichier Word est créé automatiquement avec le contenu de la présentation PowerPoint.

Par ailleurs, vous pouvez modifier le contenu du document Microsoft Word, y compris le contenu des diapositives. Notez aussi que vous pouvez les redimensionner ou les déplacer, si vous le souhaitez.

Il existe d’autres possibilités insoupçonnées dans les outils Microsoft Office, comme par exemple pour convertir un PDF en Word. Le document Word étant modifiable aussi.

Convertir un PDF en Word

Tout le monde (ou presque) sait convertir un fichier Microsoft Word en un fichier PDF. En fait, l’inverse est possible : vous pouvez convertir un PDF en Word. Autrement dit, le fichier PDF devient un document Word que vous pouvez modifier ensuite.

Bien sûr, le résultat peut ne pas être parfait. Par exemple, il arrive que des blocs du document PDF ne se trouvent pas au bon endroit. Vous devrez les déplacer manuellement.

Dans tous les cas, vous gagnerez beaucoup de temps si vous suivez cette méthode de conversion qui est simple, rapide et efficace. De plus, si vous avez déjà Microsoft Word, elle est gratuite car vous n’aurez besoin de rien d’autres.

Comment convertir un fichier PDF avec Microsoft Word ? du cours L’administration dans les technologies Microsoft : Série hebdomadaire.

Les outils de base pour commencer

C’est très simple. Vous avez besoin d’une édition récente de Microsoft Word. Vous n’êtes pas obligé d’avoir la toute dernière version de Word, même si c’est mieux. En effet, les dernières versions intègrent les corrections des problèmes des versions précédentes.

Bien sûr, il vous faut aussi un fichier PDF. Toutefois, faites attention que vous ne pourrez pas convertir parfaitement tous les fichiers PDF en Word. Tout dépend comment vous avez enregistré votre fichier au format PDF.

En effet, vous pouvez enregistrer un fichier au format PDF et demander à garder ce qu’on appelle les glyphes. Un glyphe est la forme d’un caractère.  L’avantage d’avoir un glyphe est que Word reconnaît chaque caractère. Ce mode d’enregistrement est le plus classique.

Cependant, pour des raisons de protection du document, vous pouvez demander à sauvegarder le fichier sans les glyphes. Du coup, le fichier est une sorte de grande image. C’est ce qui se passe quand vous imprimer en PDF avec un logiciel comme celui de PDFCreator.

PDF avec ou sans glyphe
PDF avec ou sans glyphe

Souvent, l’objectif est de protéger le fichier PDF contre la copie.

Le résultat dans Word donnera aussi une image. Vous n’aurez pas un texte modifiable.

Voyons maintenant le cas général, qui est le cas le plus simple.

Convertir un PDF en Word

Si vous possédez un fichier PDF avec ses glyphes, vous pouvez le convertir en un document Word.

Pour cela, ouvrez Microsoft Word. Puis, vous créez un nouveau document.

Vous pouvez aussi utiliser un document existant. Toutefois, il est plus prudent de débuter avec un document vierge car l’opération est gourmande en ressources.

De plus, l’opération pour convertir un PDF en Word peut prendre du temps. Si le document PDF contient de nombreux graphiques le résultat peut se révéler différent de l’original.

Dans la page vierge, vous cliquez sur le ruban Insérer. Dans le ruban Insérer, vous cliquez sur le menu Objet puis Texte d’un fichier.

Insérer texte d'un fichier
Insérer texte d’un fichier

Un pop-up apparaît. Elle vous demande de confirmer la conversion en Word. Vous cliquez sur le bouton OK pour convertir un PDF en Word.

Puis vous obtenez, le résultat.

Convertir un PDF en Word
Convertir un PDF en Word

Et PowerPoint ?

Il existe des solutions simples et rapides pour Convertir un PowerPoint en Word ou bien pour Exporter un PowerPoint en Word.

Vous verrez que ces deux manipulations sont différentes. Les résultats sont aussi différents.

Sauvegarde système Windows : Agir

Vous avez tout à gagner à faire une sauvegarde système Windows. En effet, elle vous permet d’éviter de perdre des heures entières à restaurer Windows et tous ses programmes. Elle vous permet de vous sortir de situations qui peuvent paraître inextricables. Aussi, ne lisez pas cet article. Appliquez-le !

Il existe de nombreuses sécurités qui rendent difficiles que Windows se crashe complètement.

C’est difficile mais pas impossible. Une panne Windows peut arriver et votre ordinateur ne répond plus du tout. Sans même parler d’attaques volontaires.

C’est évidemment au moment où vous en aurez besoin que cela arrivera. Il existe pourtant une solution pour résoudre ce type de crash. C’est évidemment la sauvegarde système Windows.

Rôle d’une sauvegarde système Windows

Une sauvegarde système Windows est un gros fichier. Ce fichier contient toutes votre configuration Windows, ainsi que tous les programmes que vous utilisez sur Windows.

Profitez que tout va bien pour faire votre sauvegarde système Windows.

Pour ce faire, vous devez acheter un disque dur externe en USB. Ce disque dur doit être de grande capacité, au moins 256 Go mais 512 Go est préférable. L’idéal est 1 To. Gardez à l’esprit que vous pourrez utiliser ce disque pour stocker aussi vos fichiers.

Ensuite vous branchez ce disque sur votre ordinateur via la prise USB.

Puis vous ouvrez Windows. Ensuite vous cliquez sur l’icône Windows qui se trouve en bas et à gauche de Windows. Une fenêtre apparaît avec la liste de vos programmes et de grosses icônes : cf. l’image ci-dessous.

Sauvegarde système Windows
Sauvegarde système Windows

Dans cette zone, vous tapez directement le texte paramètres de sauvegarde. Dès que vous commencez à saisir le texte, vous voyez la recherche Windows qui apparaît automatiquement avec votre saisie.

Dans la liste des résultats, vous cliquez sur Paramètres de sauvegarde (tout en haut de la liste). L’écran Sauvegarde apparaît.

Créer une image système

Dans l’écran Sauvegarde, vous cliquez sur Accéder à l’outil Sauvegarder et restaurer (Windows 7). Ne vous inquiétez pas ! C’est normal de voir apparaître Windows 7 même si vous êtes sous Windows 10 ou Windows 8 (non ? sérieux ?).

Sauvegarde ou restaurer des fichiers
Sauvegarde ou restaurer des fichiers

Ensuite, fermez toutes les fenêtres ouvertes, sauf évidemment la fenêtre Sauvegarder ou restaurer des fichiers.

Dans la fenêtre Sauvegarder ou restaurer des fichiers, vous cliquez sur Créer une image système (à gauche).

Dans la fenêtre qui s’ouvre, vous sélectionnez votre disque dur externe pour stocker la sauvegarde.

Où voulez-vous enregistrer la sauvegarde
Où voulez-vous enregistrer la sauvegarde

Puis, vous cliquez sur le bouton Suivant.

Dans la fenêtre suivante, vous gardez tous les lecteurs proposés par défaut. Éventuellement, vous pouvez inclure des lecteurs supplémentaires, si vous en avez. Mais ce n’est pas obligatoire.

Puis, vous cliquez sur le bouton Suivant.

Confirmez les paramètres de sauvegarde
Confirmez les paramètres de sauvegarde

Sur la dernière fenêtre, vous cliquez sur Démarrer la sauvegarde. La sauvegarde démarre.

Patientez plusieurs minutes. Cela peut prendre 40 à 60 minutes, voire plus d’une heure si votre ordinateur est lent.

Vérifiez que la sauvegarde se soit bien terminée. Puis cliquez sur le bouton Fermer.

Gardez précieusement cette image système. Dans la prochaine vidéo, vous verrez comment l’utiliser en cas de problème avec Windows.

Créer un disque de réparation système

Cette section est facultative.

Si un message apparaît, vous proposant de créer un disque de réparation système, vous pouvez accepter.

Toutefois, vous aurez besoin dans ce cas d’un lecteur de CD/DVD avec un disque vierge.

Un disque de réparation système vous sert à démarrer l’ordinateur. Ensuite, il permet de restaurer l’ordinateur à partir d’une image système.

En réalité, ce disque de réparation système sert assez peu souvent. En effet, il existe déjà une partition système, indépendante de Windows, qui permet de restaurer l’ordinateur à partir d’une image système. Cette partition système a été créée lors de l’installation Windows.

De plus, les constructeurs d’ordinateur proposent aussi leurs propres partitions système pour restaurer Windows.

Si vous disposez d’un lecteur de CD/DVD et d’un disque vierge, vous cliquez sur le bouton Créer un disque. Sinon, vous cliquez sur le bouton Annuler.

C’est tout.

Un bon client et un mauvais client

Cet article concerne le nerf de la guerre du monde des affaires : l’argent. Si vous vous lancez comme chef d’entreprise, vous aurez à cœur de trouver pour chaque affaire un bon client. Grâce aux conseils de cet article, vous saurez comment faire la différence entre un bon client et un mauvais client.

Un premier conseil : “Il vaut mieux passer à côté d’une bonne affaire que d’en prendre une mauvaise”.

Un bon client
Un bon client

Quand vous débutez dans le monde des affaires, vous êtes généralement tout content d’avoir trouvé un client. C’est naturel.

Cependant, vous serez d’accord qu’un client qui ne paie pas n’est pas intéressant du tout. En effet, que vos affaires concernent un produit ou un service, votre objectif est d’être payé. Ce qui est normal aussi.

Vous trouverez ci-dessous une typologie simplifiée des clients. Vous verrez aussi comment, vous pouvez les identifier avant de signer avec eux grâce à quelques réflexes de bons sens.

Les plus mauvais clients

Sachez qu’il existe des clients, dont certains ont pignon sur rue, qui ne paient pas leurs fournisseurs. C’est systématique avec eux.

Bien sûr, ils ne vous le disent pas. Ils vont prétexter un inventaire de fin d’année, ou bien des problèmes techniques, etc.

Ou alors, ils vous disent parfois qu’ils vont vous payer le mois prochain, et vous entendrez cette musique pendant 6 à 9 mois.

Dans ce cas, faites appel à une société de recouvrement de créances. Cela vous coûtera de l’argent, mais ces mauvais clients paieront.

C’est tout votre intérêt de le faire. En effet, dans tous les cas, vous avez engagé des dépenses. Vous devez au moins récupérer vos frais.

Évidemment, vous ne traitez plus d’affaires avec ce type de clients.

Les mauvais payeurs

Contrairement à un bon client, certains mauvais payeurs attendent systématiquement une, deux voire trois relances avant de vous payer. Pendant ce temps-là, vous êtes leur banque.

C’est très agaçant. D’autant plus quand il s’agit de clients dont la surface financière est beaucoup plus importante que la vôtre.

Il existe une variante de ces clients. En effet, certains ne respectent pas leur engagement de délai de paiement.

Un bon client qui vous paie régulièrement à 60 jours, est nettement préférable à un client qui paie tantôt à 40 ou 50 jours alors qu’il devrait vous payer à 30 jours.

Dans ce cas, il faut les relancer.

Exemple d’une première relance modérée :

Sauf erreur ou omission de notre part, les factures suivantes n'ont pas été réglées... Dans le cas où votre règlement se serait croisé avec notre courrier, veuillez ne pas tenir compte de cette lettre.

Exemple d’une relance plus énergique :

Nous sommes surpris de voir nos courriers précédents demeurés sans réponse et sans effet. Nous vous demandons de nous adresser la somme due par retour de courrier. Faute de quoi, nous serions dans l'obligation de recouvrer notre créance par voie judiciaire.

Distinguer un bon client du mauvais client

Avant d’accepter une affaire, renseignez-vous toujours sur votre futur client. C’est la base des affaires.

En premier lieu, demandez le SIRET ou le SIREN de l’entreprise à qui vous enverrez une facture. En effet, il est important de connaître l’identité précise de la société à facturer, notamment dans les groupes.

Ensuite faites une recherche sur l’entreprise avec un moteur de recherches. En particulier, vérifiez que les informations fournies par votre interlocuteur sont conformes à ceux que vous trouvez : activité, nombre de salarié, implémentation, etc.

Tout doit être cohérent. S’il y a une incohérence, interrogez votre interlocuteur. Ensuite, vous décidez si vous donnez suite ou pas.

Recherchez aussi des informations sur la santé financière de votre futur client. Notamment, n’hésitez pas à rechercher si l’entreprise est fiable pour les paiements.

Vous trouverez ce type d’information sur des forums ou simplement avec votre moteur de recherche et les bons mots clés.

Bien que ces étapes paraissent simples, elles sont efficaces dans la plupart des cas.

Faire face à une panne matérielle

Comment faire face à une panne et comment être prêt à la panne ? Une panne d’ordinateur, une panne de voiture, une panne d’électricité, une panne de lave-linge ou de lave-vaisselle, etc. les exemples ne manquent pas.

Faire face à une panne
Faire face à une panne

Tout neuf et déjà en panne ?

Lorsque vous achetez une voiture, un lave-linge, un smartphone ou une perceuse, vous devez penser à la panne.

Certes, ce n’est pas naturel de penser à la panne avec un objet tout neuf entre les mains. Pourtant, la panne arrivera inéluctablement. C’est un principe de thermodynamique.

La panne peut arriver dans 30 ans ou… au bout de 3 utilisations.

De plus, la panne peut arriver au plus mauvais moment.

Évidemment, la panne arrivera quand vous aurez besoin de l’objet. En effet, vous remarquerez que les objets dont on ne se sert pas ont l’air de bien fonctionner… 😉

Si votre appareil vous claque entre les mains un jour férié, un jour de grève, etc. Vous devrez attendre.

Parfois, vous pouvez éviter ou retarder l’apparition d’une panne. Notamment, si vous suivez la procédure d’entretien du fabricant. Cela concerne les voitures, mais aussi le gros électro-ménager ainsi que les chauffe-eaux, etc.

Faire face à une panne

En théorie, il existe une technique imparable pour faire face à une panne. Malheureusement, elle est irréalisable pour la plupart d’entre-nous.

En effet, la solution consisterait à acheter tout en double.

Toutefois, infiniment rares sont ceux qui ont les moyens matériels d’avoir tout en double : deux lave-vaisselles, deux lave-linges, deux voitures, deux maisons, etc.

Cette idée n’est pas si farfelue. Beaucoup d’organes de l’être humain sont en double : bras, jambes, yeux, poumons, reins, etc.

Même si ce n’est pas réalisable complètement, vous pouvez le faire au moins partiellement avec vos objets.

En effet, cela ne coûte pas beaucoup plus cher d’acheter une lame de scie de rechange au moment de l’achat de votre scie à métaux. En plus, vous êtes certain d’avoir la bonne pièce et elle est disponible. Dans 5 ou 10 ans, cela sera peut-être plus difficile à trouver.

Il arrive qu’une panne prévienne à l’avance. Souvent c’est un bruit bizarre ou un ronflement inhabituel mais pas celui des nuits.

Vous pouvez donc vous préparer et faire face à la panne.

Anticiper la panne

C’est à ce moment-là qu’il vaut mieux se préparer à la panne. Bien évidemment, la préparation dépend de l’appareil qui est en panne.

Si votre lave-vaisselle est en cause, il serait peut-être temps d’acheter du liquide vaisselle. Ça sera utile pour faire la vaisselle à la main le temps nécessaire à la réparation.

En effet, une réparation ou même un changement prend du temps. Cela prend souvent plus de temps que prévu. Car il faut commander les pièces de rechange. Votre réparateur aura peut-être un autre chantier plus prioritaire, etc.

Vous pouvez aussi chercher à réparer par vous-même. Si ce n’est pas votre métier, vous pouvez même vous former si la technicité est simple.

Il existe d’autres moyens pour anticiper et faire face à la panne. Tout dépend de l’objet en panne.

Trouver une solution avant la panne

Par exemple, si votre smartphone commence à montrer des signes de faiblesses, vous pouvez agir.

Avant la panne, vous prévenez vos relations de vous contactez par e-mails, s’ils n’arrivent pas à vous joindre via le smartphone. Grâce à un ordinateur, vous prendrez connaissance de vos emails.

Bien sûr, si vos moyens vous le permettent, vous pouvez acheter un smartphone premier prix pour vous dépanner.

Si vos moyens ne vous le permettent pas, vous pouvez récupérer un ancien smartphone en état de marche.

Malgré tout, le plus important n’est pas l’aspect matériel de la panne.

Déstressez-vous !

En effet, certains vivent très mal une panne d’un objet. Parce que cela change leur quotidien, ou cela leur donne du travail en plus, etc.

Pourtant, dites-vous que c’est normal. C’est comme ça.

Ruminer ne vous aidera pas à trouver des solutions. Au contraire, cela risque de ne pas vous laisser imaginer une solution de contournement.

Respirez calmement, profondément et avec le ventre. Puis interrogez-vous : comment puis-je faire maintenant pour faire face à la panne ? Est-ce qu’un voisin peut me dépanner ? Est-ce que le voisinage peut m’aider momentanément ? Et si je posais la question à mon fils ou à ma mère ?

Ils peuvent tous avoir des idées auxquels vous ne pensez pas à cause du stress.

Opérateurs Google : Agir

Dans cet article, vous verrez des manipulations concrètes des opérateurs Google. Vous verrez aussi l’application des fonctions avancées de Google comme la recherche par image ou l’utilisation de mots clés.

Trouver des fichiers à télécharger avec les opérateurs Google

L’objectif est de trouver des fichiers de type PDF ou Zip à télécharger en utilisant les opérateurs Google. Comme toujours, la requête repose sur des hypothèses concernant la façon dont les fichiers sont stockés.

Ce paragraphe est l’application directe de l’article précédent. Aussi, pour l’explication de la syntaxe Google, vous devez consulter l’article précédent, ainsi que l’article sur la recherche avancée.

"A la recherche du temps perdu" intitle:Proust -inurl:(htm|html) +(pdf|zip)

La chaîne de caractères recherchée est “A la recherche du temps perdu”. Vous ne gardez que les pages qui ont le mot Proust dans leur titre. Vous éliminez les pages web htm et html et ne gardez, mécaniquement, que les documents en pdf ou zip.

Obtenir des résultats de recherche récents ou anciens

Il est parfois intéressant d’obtenir des résultats de recherches qui sont datés. Par exemple, vous pouvez être intéressé par des informations très récentes.

Si vous souhaitez avoir des résultats de recherche qui datent de moins de 1 seconde, vous ajoutez simplement la chaîne de caractères suivante à la fin de l’URL de votre recherche.

&tbs=qdr:s1

La partie &tbs=qdr: est fixe. Ensuite, s1 indique un temps d’1 seconde. Vous pouvez utiliser h1 pour 1 heure ou n1 pour 1 minute. Bien sûr, vous pouvez indiquer une temporisation de 5 heures, 5 minutes, etc.

Vous trouverez ci-dessous un exemple d’une requête avec cette fonction.

https://www.google.fr/search?&q=silence&tbs=qdr:h1

Dans l’exemple ci-dessus, vous recherchez le mot clé silence apparu sur le site de recherche depuis moins d’1 heure.

Recherche 1 heure
Recherche 1 heure

Rechercher grâce à une image

Google image vous permet de faire des recherches à partir d’une image ou d’une photo. Si vous avez une photo ou une image sur votre ordinateur, vous pouvez l’utiliser pour rechercher les pages qui contiennent cette image. Les cas d’usage sont nombreux.

Par exemple, vous pouvez vérifier que vos images ou vos photos ne se retrouvent pas sur des sites sans votre autorisation. Vous pouvez aussi utiliser la recherche à partir d’une image pour trouver le nom d’une personne, etc.

Il existe bien d’autres utilisations. Vous pouvez trouver le fabricant d’origine d’un objet ou vérifier la provenance d’un objet.

Chercher à comparer deux produits

Vous pouvez chercher à comparer deux produits, deux objets ou deux services. Dans ce cas, Google peut vous aider. Par contre, il existe deux méthodes de comparaison qui sont plus efficaces que celle auxquelles on pense spontanément.

En effet, si vous voulez comparer le 4K au 1080p qui sont deux normes vidéos. Vous pouvez taper dans Google :

comparatif 4K 1080p

Toutefois, la requête suivantes sera plus pertinente :

4K contre 1080p

Vous pouvez aussi tenter la version américaine de contre : vs. C’est l’abréviation de versus (contre).

4K vs 1080p

Enfin, il existe même une autre méthode qui permet d’obtenir des résultats alternatifs qui peuvent être intéressants.

C’est très simple. Il suffit de taper les premiers caractères sans les compléter.

4K vs

Ce qui donne :

Opérateurs Google
Recherche avancée Google

Cette fonction s’appuie sur le mécanisme d’autocomplétion de Google.

Syntaxe Google : Comprendre

Cette syntaxe Google pour la recherche avancée vous permet de dénicher des documents peu visibles. En effet, il existe une syntaxe particulière qui permet d’affiner considérablement les recherches. Grâce à cette syntaxe Google, vous pouvez trouver des documents rares ou importants.

Syntaxe Google avancée

Dans l’article ce que vous devez savoir sur la recherche avancée Google, vous avez pu découvrir une utilisation avancée de la recherche. Notamment, vous avez vu comment utiliser les opérateurs logiques comme ou (OR), et (AND).

Ils vous permettent d’affiner une recherche. Vous avez aussi découvert l’utilisation du moins (-) pour éliminer des résultats non pertinents.

Dans cet article, vous allez pouvoir approfondir encore plus votre recherche grâce à d’autres opérateurs. Go !

Chercher un type de fichiers

Dans la recherche Google, vous pouvez directement filtrer les résultats pour n’afficher que les documents d’un certain type. Par exemple pour obtenir les documents Acrobat PDF, Microsoft Word (doc, docx), Microsoft PowerPoint (ppt, pptx), Microsoft Excel (xls, xlsx), etc.

Si vous voulez obtenir les fichiers PowerPoint qui contiennent l’expression “Office 2019”, vous tapez la syntaxe Google suivante :

Syntaxe Google
Syntaxe Google

Vous remarquerez la présence de l’opérateur filetype, suivi de deux points (:). Comme vous l’avez deviné, cet opérateur indique le type de fichiers recherchés. Vous lui indiquez comme paramètres les extensions des fichiers qui vous intéressent. Vous pouvez aussi utiliser l’opérateur ext qui est un synonyme de filetype. Les résultats seront identiques.

Il existe deux types d’extension pour les fichiers PowerPoint : ppt, pptx. Afin de récupérer les fichiers qui ont une des deux extensions, vous pouvez utiliser l’opérateur ou (|).

Pensez à mettre un espace avant et après |, puis mettez l’ensemble entre parenthèses ().

"Office 2019" ext:(ppt | pptx)

Limiter les résultats à un site web

La recherche Google est souvent plus pertinente que la recherche que propose le site web sur lui-même.

Sur le site web https://www.questcequecest.com/, vous pouvez lancer directement une recherche, par exemple sur “Office 365”

Recherche questcequecest.com
Recherche questcequecest.com

Toutefois, vous pouvez trouver les résultats de la recherche manquent de précision.

Dans ce cas, il suffit de refaire la même recherche dans Google mais en indiquant que vous limitez les résultats au contenu du site questcequecest.com.

Syntaxe Google pour un site web
Syntaxe Google pour un site web

L’opérateur site précise que Google ne doit renvoyer que les résultats du site web concerné. Pour le site web, vous pouvez indiquer simplement le nom de domaine sans le http ou https. Si ça vous chante, vous pouvez indiquer le http ou le https, les résultats seront identiques.

Vous remarquerez que le www n’a pas été indiqué, car pour le site web questcequecest.com cela ne change rien. Méfiez-vous, car même si c’est souvent le cas, ce n’est pas systématique.

Par ailleurs, vous pouvez combiner l’opérateur site avec l’opérateur filetype. Par exemple, la requête ci-dessous retourne tous les documents au format PDF du site microsoft.com qui contiennent l’expression “Office 365”.

"Office 365" site:microsoft.com filetype:pdf

Chercher dans l’URL de la page

L’opérateur inurl permet de faire des recherches dans l’URL d’un site web.

Cela devient un peu technique mais il est intéressant de savoir que beaucoup de documents sont présents dans les sites FTP (File Transfer Protocol soit Protocole de Transfert de Fichier).

Si vous voulez obtenir les documents qui contiennent “Microsoft Office 365” et qui sont probablement sur les sites FTP mais probablement pas sur les sites web, vous pouvez utiliser la syntaxe Google suivante.

Syntaxe Google pour un site FTP
Syntaxe Google pour un site FTP

Bien sûr, vous obtenez des résultats qui proviennent de sites FTP dont l’URL débute par ftp://, mais aussi des résultats dont l’URL contient le mot ftp.

Notez la présence dans le deuxième inurl du signe qui supprime normalement les URL avec http ou https. Rappelez-vous que la recherche d’informations n’est pas une science exacte. Il faut vérifier systématiquement les résultats.

Autre exemple d’une requête sur le contenu “Office 365” dans des documents pdf avec ftp dans l’URL mais pas http, ni https, ni php.

"Office 365" inurl:ftp -inurl:(http | https | php) ext:pdf

Si vous avez besoin de rechercher plusieurs mots dans l’URL, vous pouvez utiliser l’opérateur de Google allinurl. Par exemple, utilisez la syntaxe Google suivante pour rechercher les mots Office SharePoint dans les URLs.

allinurl:Office SharePoint

Comment chercher dans un titre d’une page

Les pages web possèdent systématiquement un titre. Celui-ci peut être renseigné ou pas, mais généralement il l’est.

Si vous cherchez les pages qui contiennent le mot SharePoint dans le titre, utilisez la syntaxe Google :

Syntaxe Google pour le titre
Syntaxe Google pour le titre

L’intérêt d’utiliser une recherche sur le titre est d’obtenir à priori des résultats plus ciblés.

En effet, si votre mot clé est dans le titre et pas seulement dans le contenu de la page, c’est qu’il s’agit probablement d’une page qui lui est consacrée.

intitle:SharePoint

Pour rechercher plusieurs mots dans le titre, utilisez la syntaxe Google suivante.

allintitle:Office SharePoint

Vous remarquerez  que certains sites proposent des listes de musiques gratuites, ou de bandes dessinées, etc.

Vous pouvez obtenir ces listes avec une requête comme  par exemple.

allintitle:liste bd

Sachez qu’il existe des opérateurs équivalents pour chercher dans le corps du texte.

intext:SharePoint

De même, pour chercher plusieurs mots dans le corps du texte.

allintext:Office SharePoint

C’est pareil pour les ancres dans le HTML : inanchor et allinanchor. Ces opérateurs limitent la recherche aux pages web qui contiennent des liens avec les mots clés que vous recherchez dans l’ancre, si elle est cliquable.

Ensuite

Le sujet n’est pas épuisé ! Pas du tout !

La technique c’est important. Toutefois, ce qui est aussi important dans la recherche est votre capacité à imaginer comment l’information est stockée.

Bien sûr, vous le faites naturellement. Quand vous recherchez à acheter une voiture vous tapez la recherche “vente voiture citroen ds 7 crossback” et non pas “achat …”. En effet, le vendeur mettra le mot vente dans son annonce, ou bien celle-ci sera dans la colonne des ventes.

Aussi, l’article suivant vous donne des recherches complètes. Elles utilisent les techniques de cet article ainsi que des nouvelles.

Fuite d’informations confidentielles : Agir

Microsoft Azure Rights Management vous permet de sécuriser les documents lors du télétravail notamment. Il permet aussi de limiter la fuite d’informations confidentielles en dehors de votre organisation. De plus grâce à des modèles, vous pouvez même rendre systématique l’application de cette sécurité.

Le mot de passe permet d’empêcher l’accès à un contenu. Toutefois, il est parfois nécessaire de gérer plus finement les droits d’un utilisateur.

Dans le billet précédent, vous trouverez une description des fonctionnalités de base de Microsoft Azure Rights Management (RMS).

Fuite d’informations confidentielles et RMS

Les fonctions avancées d’IRM (Information Rights Management soit Gestion des droits liés à l’information) permettent de créer des stratégies RMS.

Une stratégie RMS permet d’étiqueter un contenu ou un document. Autrement dit, vous associez une ou plusieurs étiquettes à une stratégie.

Par exemple, afin de lutter contre une fuite d’informations confidentielles, vous créez une stratégie RMS personnalisée qui s’intitule Client VIP. Ensuite, vous définissez les utilisateurs ou les groupes qui doivent recevoir votre stratégie. Dans ce scénario, il s’agit du groupe Office 365 qui s’intitule Chargés d’affaires.

Fuite d'informations confidentielles
Lutter contre la fuite d’informations confidentielles

Ensuite, vous définissez les étiquettes que vous voulez associer à votre stratégie.

Étiqueter les documents

Comme souvent l’objectif est de lutter contre la fuite d’informations confidentielles, l’étiquette permet de définir la confidentialité du document. Toutefois, vous êtes libre de définir vos étiquettes comme vous voulez.

Vous pouvez utiliser les étiquettes existantes ou créer vos propres étiquettes.

Quand vous ajoutez une étiquette vous devez spécifier la manière dont cette étiquette sera affichée. Tout simplement, vous indiquez si cette étiquette est active ou pas, vous donnez son nom d’affichage, sa description et sa couleur.

Étiquette RMS
Étiquette RMS

Toujours, au niveau de l’étiquette, vous définissez les autorisations pour les documents et les e-mails contenant cette étiquette.

Autorisations des étiquettes

Cette partie est probablement la plus importante car elle est très puissante pour vous aider à lutter contre la fuite d’informations.

En effet, vous pouvez définir dans cette partie quelles sont les autorisations accordées aux utilisateurs quand cette étiquette est appliquée.

Autorisation RMS
Autorisations RMS

Si vous cliquez sur le lien bleu Ajouter des autorisations, vous pouvez désigner des utilisateurs et des groupes de votre organisation. Vous pouvez aussi désigner des utilisateurs ou des domaines externes, grâce à l’onglet Entrez les détails.

Ajouter des autorisations
Ajouter des autorisations RMS

Il ne vous reste plus qu’à sélectionner le niveau d’autorisation que vous voulez leur accorder : Co-owner (copropriétaire),  Co-author (co-auteur), Reviewer (Relecteur), Viewer( Visualiseur), Personnalisé(e).

Selon le niveau d’autorisation que vous choisissez, la liste des autorisations s’actualise. Vous savez donc précisément quelles autorisations vous pouvez accorder.

Expiration du contenu

Vous pouvez aussi définir une expiration du contenu en donnant une date absolue (30 avril 2019). Si vous préférez, vous pouvez définir une validité en nombre de jours.

Sur le même principe, vous pouvez proposer la possibilité d’ouvrir le contenu protégé sans connexion Internet.

Appliquer automatiquement une étiquette

La meilleure arme pour lutter contre la divulgation non autorisée de données ou pour contrer la fuite d’informations confidentielles est d’automatiser les protections.

Bien évidemment, cela demande une réflexion globale sur le fonctionnement de votre organisation et sur sa sécurité. La bonne nouvelle, c’est qu’il s’agit justement du rôle de votre responsable sécurité qui est grassement payé pour cela 😉

L’autre bonne nouvelle, c’est que vous pouvez configurer des conditions pour appliquer automatiquement votre étiquette. Autrement dit, vous définissez une ou plusieurs conditions, et si ces conditions sont remplies, votre étiquette s’applique automatiquement.

Vous pouvez cliquer sur le lien bleu Ajouter une condition.

Il ne vous reste plus qu’à sélectionner le type de condition : Types d’information ou Personnalisé(e).

Le type de condition Personnalisé(e) vous permet d’indiquer de rechercher dans le contenu une correspondance exacte d’une chaîne de caractères. Vous pouvez faire une correspondance avec une phrase ou une expression régulière. Vous pouvez aussi spécifier le nombre minimal d’occurrences avant d’appliquer la condition et donc l’étiquette.

Le type de condition Types d’informations vous propose des modèles prêt à l’emploi. Vous trouvez par exemple des modèles français pour le numéro de permis de conduire, le numéro de carte d’identité, le numéro de passeport ou le numéro de sécurité sociale.

Par exemple, le numéro de sécurité sociale (INSEE) France est une combinaison de 13 chiffres suivis d’un espace suivi de deux chiffres, ou
15 chiffres consécutifs.

Il existe plus de 80 modèles différents qui concernent le secteur de la finance, du médical ou de la confidentialité pour plus d’une trentaine de pays.

Condition étiquette RMS
Condition étiquette RMS

Il ne reste plus qu’à enregistrer puis publier pour transmettre les modifications aux utilisateurs.

Procédure pour activer les fonctionnalités avancées de RMS

Afin de pouvoir bénéficier des fonctionnalités avancées décrites ci-dessus, suivez cette procédure.

Ouvrez le centre d’administration de Microsoft Office 365. Puis dans le volet des paramètres des services et compléments, vous cherchez Microsoft Azure Information Protection.

Ensuite, cliquez sur ce lien puis sur le lien suivant Gérer les paramètres de Microsoft Azure Information Protection.

Vous avez un autre onglet qui s’ouvre. Dans cet onglet, cliquez sur fonctionnalités avancées : Microsoft Azure Information Protection s’ouvre sur la page de Démarrage rapide.

Dans cette page, sous la section Bien démarrer, cliquez sur le lien Télécharger le client. Ce lien permet de télécharger le client Microsoft Azure Information Protection à installer sur les ordinateurs de votre domaine.

Cliquez sur le lien, télécharger et exécuter le programme AzInfoProtection.exe.

Client Microsoft Azure Information Protection

Le client Microsoft Azure Information Protection est un élément important pour la lutte contre contre la fuite d’informations confidentielles ou la divulgation non autorisée de contenu.

En effet, il permet notamment l’étiquetage des documents dans les applications Office, ainsi que pour les fichiers grâce à l’explorateur de fichiers.

Lors de son installation, le client vous propose installer une stratégie de démonstration. C’est une bonne idée car cela vous donne un exemple concret de ce que vous pouvez faire. Ensuite, vous cliquez sur le bouton J’accepte.

Ouvrez un document Word : vous voyez apparaître une barre supplémentaire qui permet d’indiquer la sensibilité des informations du document.

Microsoft Azure Information Protection
Microsoft Azure Information Protection

Cela vous permet tout de suite d’étiqueter le document et d’indiquer son niveau de confidentialité.

Si vous allez dans le ruban Fichier puis vous cliquez sur Protéger le document, dans le menu Restreindre l’accès, vous voyez  apparaître les différents modèles qui ont été définis dans RMS, si vous avez activé IRM.

Informations confidentielles
Restreindre l’accès RMS