Catégories
Prestations Audits Formations

Formater, Filtrer et Trier avec Power Apps

Objectif

Dans cet exemple, vous allez procéder à plusieurs personnalisations de l’application Power Apps qui a été générée automatiquement à partir d’une liste SharePoint, dans l’exercice Créer automatiquement une application Power Apps à partir de Sharepoint.

Notamment, vous verrez comment appliquer un formatage conditionnel à la liste afin de faire apparaître en rouge, certains éléments.

Vous verrez aussi comment mettre en œuvre une liste déroulante à l’aide de la fonction Filter(). Cette fonction affiche les éléments sélectionnés selon le critère que vous avez indiqué.

Vous mettrez aussi en œuvre un second filtre pour n’afficher que les éléments qui correspondent à la saisie des premières lettres du titre.

Enfin, vous approfondirez le tri Power Apps, que vous mettrez aussi en œuvre.

Si vous faites des modifications dans votre liste SharePoint, comme l’ajout d’une colonne ou d’un élément, Power Apps ne peut pas le “savoir”. Vous devrez actualiser systématiquement votre connexion de données dans Power Apps pour que vos modifications soient prises en compte.

Pour ce faire, vous cliquerez sur le menu Affichage puis Source de données. En face de la source de données, vous cliquerez sur …, puis Actualiser.

Préparation

  • La liste lstAffaires doit exister dans votre site SharePoint.

Modifier une application existante

Ouvrez le site web Microsoft Power Apps.

https://make.powerapps.com/

Dans le volet de gauche, cliquez sur Applications.

Dans le volet central de droite, sous l’onglet Applications récentes, cliquez sur les 3 petits points en face du nom de votre application shpAffaires.

Dans la liste qui apparaît, cliquez sur : Modifier.

Patientez quelques instants. Si vous obtenez un pop-up de bienvenue, cliquez sur le bouton Ignorer : votre application s’ouvre en modification.

Appliquer un formatage conditionnel

Dans l’écran BrowseScreen1, vous souhaitez que le titre des jouets dont le montant hors taxe est supérieur à 20 euros, s’affiche en noir. Le titre des jouets dont le montant hors taxe est inférieur ou égal à 20 euros, s’affiche en rouge.

Dans l’écran BrowseScreen1, cliquez sur BrowseGallery1.

Ensuite, cliquez sur Title1.

Définissez sa propriété Color avec la formule :

If(MontantHT > 20;Color.Black;Color.Red)

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Liste avec formatage conditionnel
Liste avec formatage conditionnel

Filtrer avec une liste déroulante

Dans l’écran BrowseScreen1, vous souhaitez disposer d’une liste déroulante pour filtrer les jouets sur leur état de conservation.

C’est une bonne pratique que la liste des valeurs d’une liste déroulante provienne d’une source de données externes comme une liste SharePoint. Toutefois, pour des raisons pédagogiques et afin d’éviter d’alourdir les manipulations, vous allez alimenter directement cette liste dans l’application.

Définissez l’écran BrowseScreen1 avec la propriété suivante :

OnVisible = ClearCollect( AffairesEtats;
    { Etat: "Tous"};
    { Etat: "Neuf"};
    { Etat: "Comme neuf"};
    { Etat: "Très bon"};
    { Etat: "Bon"};
    { Etat: "Acceptable"} )

La fonction ClearCollect crée une collection nommée AffairesEtats. Cette collection énumère tous les états, ainsi que l’état “Tous” qui permet d’afficher tous les éléments. La collection sera créée et provisionnée lorsque la propriété OnVisible de l’écran BrowseScreen1 sera appelée.

La propriété OnVisible définit le comportement d’une application quand l’utilisateur accède à un écran. Autrement dit quand une action de l’utilisateur dans l’application affiche l’écran. Un simple aperçu F5 dans Power Apps ne déclenche pas l’action.

Vous allez insérer le contrôle de liste dé roulante qui va afficher les valeurs de la collection AffairesEtats.

Pour ce faire, cliquez sur le menu Insérer, puis cliquez sur Contrôles, puis sélectionnez Liste déroulante: le contrôle Dropdown1 est créé.

Vous allez recouvrir le contrôle TextSearchBox1 par le nouveau contrôle et indiquer qu’il est alimenté par la collection AffairesEtats.

Pour ce faire, définissez le contrôle Dropdown1 avec les propriétés suivantes :

Height = 71
Items = AffairesEtats
Width = 640
X = 0
Y = RectQuickActionBar1.Height

Maintenant, vous allez lier le contrôle Dropdown1 au contrôle BrowseGallery1 afin de filtrer les éléments.

Pour ce faire, définissez le contrôle BrowseGallery1 avec les propriétés suivantes :

Items = If(Dropdown1.Selected.Etat="Tous";lstAffaires;Filter(lstAffaires;Dropdown1.Selected.Etat = Etat.Value))

La formule est composée d’une fonction If() qui vérifie si l’utilisateur a sélectionné la valeur “Tous”. Si c’est le cas, Items est alimenté par tous les éléments de la liste lstAffaires. Si ce n’est pas le cas, la fonction Filter() s’applique. Dans cette formule, la liste lstAffaires est filtrée pour n’afficher que les éléments dont l’état est identique à l’état sélectionné par l’utilisateur dans la liste déroulante.

Le changement de la formule peut changer l’affectation des champs de la galerie. Vous allez donc vérifier l’affectation et éventuellement la corriger.

Pour ce faire, définissez le contrôle BrowseGallery1 avec les propriétés suivantes :

Dans l’onglet Propriétés du volet de droite, sélectionnez Modifier à côté de l’étiquette Champs.

  • Dans la zone Body1, sélectionnez Responsable, avec la valeur d’affichage DisplayName. Si c’est déjà le bon champ, ne faites rien.
  • Dans la zone Subtitle1, sélectionnez IDaffaire. Si c’est déjà le bon champ, ne faites rien.
  • Dans la zone Title1, sélectionnez Title. Si c’est déjà le bon champ, ne faites rien.

Cliquez sur la croix en haut et à droite du volet Données pour fermer ce volet.

Cliquez sur l’écran DetailScreen1.

À partir de l’écran DetailScreen1, appuyez sur la touche F5 de votre clavier. Ensuite, cliquez sur Revenir à la liste (icône < en haut et à gauche) pour revenir à la liste.

Attention. Si vous faites F5 à partir de BrowseScreen1, le sélecteur sera vide. Ce qui est normal, car la propriété OnVisible définit le comportement d’une application quand l’utilisateur accède à un écran.

Si vous êtes face à un sélecteur vide, cliquez sur Créer un élément (icône + en haut et à droite), puis sur le bouton Annuler (icône X en haut et à gauche).

Ensuite, sélectionnez par exemple la valeur Très bon dans la liste déroulante.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Liste filtrée
Liste filtrée

À plusieurs reprises, changez la valeur de la liste déroulante afin de vérifier que les éléments correspondants s’affichent bien.

À la fin de vos tests, fermez l’application.

Filtrer sur les premières lettres

En plus du filtre précédent sur la liste déroulante, vous souhaitez filtrer les enregistrements du champ Titre en fonction des premières lettres de la zone de recherche. Cela requiert l’utilisation d’une seconde fonction Filter().

Tout d’abord, vous allez faire réapparaître la zone TextSearchBox1 en redimensionnant le contrôle BrowseGallery1, puis en déplaçant le contrôle Dropdown1.

Définissez le contrôle BrowseGallery1 avec les propriétés suivantes :

Y = 222

Grâce à ce paramétrage, vous avez abaissé le point haut du contrôle BrowseGallery1.

Définissez le contrôle Dropdown1 avec la propriété suivante :

Y = 154

Grâce à ce paramétrage, vous avez déplacé vers le bas le contrôle Dropdown1.

Maintenant, vous allez filtrer les enregistrements du champ Titre en fonction des premières lettres de la zone de recherche.

Pour ce faire, définissez le contrôle BrowseGallery1 avec les propriétés suivantes :

Items = Filter(If(Dropdown1.Selected.Etat="Tous";lstAffaires;Filter(lstAffaires;Dropdown1.Selected.Etat = Etat.Value));StartsWith(Title;TextSearchBox1.Text))

La formule est composée d’une fonction Filter() qui encapsule la fonction If(). L’explication de cette fonction est donnée dans l’étape précédente.

Afin de mieux comprendre le rôle du Filter(), la formule est réécrite différemment. Faites attention que cette écriture n’est pas valide dans Power Apps. Son rôle est uniquement de vous aider à mieux comprendre la fonction Filter().

Filter("Résultats du If()";StartsWith(Title;TextSearchBox1.Text))

La fonction Filter() n’affiche que les éléments issus du If() dont le titre débute comme les premières lettres saisies dans TextSearchBox1.

Le changement de la formule peut changer l’affectation des champs de la galerie. Vous allez donc vérifier l’affectation et éventuellement la corriger.

Pour ce faire, définissez le contrôle BrowseGallery1 avec les propriétés suivantes :

Dans l’onglet Propriétés du volet de droite, sélectionnez Modifier à côté de l’étiquette Champs.

  • Dans la zone Body1, sélectionnez Responsable, avec la valeur d’affichage DisplayName. Si c’est déjà le bon champ, ne faites rien.
  • Dans la zone Subtitle1, sélectionnez IDaffaire. Si c’est déjà le bon champ, ne faites rien.
  • Dans la zone Title1, sélectionnez Title. Si c’est déjà le bon champ, ne faites rien.

Cliquez sur la croix en haut et à droite du volet Données pour fermer ce volet.

Appuyez sur la touche F5 de votre clavier.

Ensuite, sélectionnez par exemple la valeur Très bon dans la liste déroulante.

Saisissez les caractères poup dans la zone de recherche.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Liste filtrée (vue partielle)
Liste filtrée (vue partielle)

À la fin de vos tests, fermez l’application.

Trier sur une colonne

Vos utilisateurs souhaitent que le résultat de la liste soit trié sur le titre de l’élément. Cela nécessite d’utiliser la fonction SortByColumns(). Vous trouverez l’aide de la fonction SortByColumns() sur le lien ci-dessous qui présente toutes les fonctions de Power Apps.

https://coudr.com/powfn

Pour ce faire, définissez le contrôle BrowseGallery1 avec les propriétés suivantes :

Items = SortByColumns((Filter(If(Dropdown1.Selected.Etat="Tous";lstAffaires;Filter(lstAffaires;Dropdown1.Selected.Etat = Etat.Value));StartsWith(Title;TextSearchBox1.Text)));"Title";If(SortDescending1;Descending;Ascending))

La formule est composée d’une fonction SortByColumns() qui récupère le résultat de la première fonction Filter(). L’explication de cette dernière fonction est donnée dans l’étape précédente.

Afin de mieux comprendre le rôle de SortByColumns(), la formule est réécrite différemment. Faites attention que cette écriture n’est pas valide dans Power Apps. Son rôle est uniquement de vous aider à mieux comprendre la fonction SortByColumns().

SortByColumns("Résultats du Filter()";"Title";If(SortDescending1;Descending;Ascending))

La fonction SortByColumns() trie tous les résultats du Filter() sur la colonne Title. En plus, l’ordre dépend de la variable booléenne SortDescending1. La valeur de cette variable est définie par le contrôle IconSortUpDown1. En effet, la propriété OnSelect de ce contrôle est définie ainsi :

UpdateContext({SortDescending1: !SortDescending1})

Le changement de la formule peut changer l’affectation des champs de la galerie. Vous allez donc vérifier l’affectation et éventuellement la corriger.

Pour ce faire, définissez le contrôle BrowseGallery1 avec les propriétés suivantes :

Dans l’onglet Propriétés du volet de droite, sélectionnez Modifier à côté de l’étiquette Champs.

  • Dans la zone Body1, sélectionnez Responsable, avec la valeur d’affichage DisplayName. Si c’est déjà le bon champ, ne faites rien.
  • Dans la zone Subtitle1, sélectionnez IDaffaire. Si c’est déjà le bon champ, ne faites rien.
  • Dans la zone Title1, sélectionnez Title. Si c’est déjà le bon champ, ne faites rien.

Cliquez sur la croix en haut et à droite du volet Données pour fermer ce volet.

Appuyez sur la touche F5 de votre clavier.

Effacez le contenu de la zone de recherche, si des caractères sont toujours présents, comme poup.

Ensuite, sélectionnez par exemple la valeur Très bon dans la liste déroulante.

Cliquez sur Trier (icône avec une flèche montante et descendante).

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Liste filtrée et triée
Liste filtrée et triée

À la fin de vos tests, fermez l’application.

Enregistrer l’application

Cliquez sur le ruban Fichier puis dans le volet de gauche, cliquez sur Enregistrer.

Publier l’application

La publication d’une application la rend disponible auprès des utilisateurs autorisés.

Dans l’écran Enregistrer, cliquez sur Publier : une boîte de dialogue vous informe que la publication donne accès aux utilisateurs dotés d’autorisations.

Dans cette boîte de dialogue, cliquez sur le bouton Publier cette version.

Cliquez sur la flèche en haut et à gauche pour revenir à l’accueil.

Fermez l’onglet de votre application : un pop-up apparaît pour confirmer la fermeture. Dans ce pop-up, cliquez sur le bouton Quitter la page. Vous retrouverez votre application sous le menu Applications de l’accueil du site Power Apps.

L’exercice est terminé.

Résumé

Dans cet exercice, vous avez appris à modifier une application Power Apps SharePoint. Notamment, vous avez vu comment appliquer un formatage conditionnel à la liste afin de faire apparaître en rouge les éléments dont le montant était inférieur à 20 euros.

Vous avez vu aussi comment n’afficher que les éléments qui correspondent au choix d’une liste déroulante, et ceux qui correspondent à la saisie de premières lettres.

Enfin, vous avez découvert le fonctionnement du tri dans Power Apps.

Article mis à jour le 07.04.2020

Catégories
Prestations Audits Formations

Formulaire Power Apps à onglets

Dans cet exemple, vous découvrirez comment créer un formulaire Power Apps avec des onglets.

Pour ce faire, l’astuce consiste à utiliser des boutons qui seront suffisamment arrondis pour ressembler à des onglets.

Par ailleurs, afin de s’éviter trop de manipulations, un premier bouton nommé Jouets sera entièrement configuré. Ensuite, il sera copié 2 fois pour disposer au total de 3 boutons et donc 3 onglets. Il suffira de changer le texte des 2 nouveaux boutons pour les identifier.

Enfin, vous terminerez en associant les contrôles cartes de données aux onglets correspondants.

Préparation

Personnaliser le formulaire SharePoint

Tout d’abord, ouvrez vote site SharePoint puis sur ce site, ouvrez la liste lstAffaires avec l’interface moderne.

Ensuite, dans le menu de la liste, cliquez sur Power Apps, puis dans le sous-menu qui s’ouvre, cliquez sur Personnaliser les formulaires.

Patientez quelques instants, le temps du chargement et de la préparation du formulaire.

Préparer le formulaire

Une fois que le formulaire est ouvert dans Power Apps, fermez le volet Champs avec la croix.

Ensuite, supprimez le contrôle Image1. Ce contrôle avait été inséré précédemment dans le TP Personnaliser une liste SharePoint.

Donnez la couleur suivante au formulaire :

SharePointForm.Fill = RGBA(0; 120; 212; 1)

Puis, avec l’onglet Insérer, insérez une étiquette puis configurez ses propriétés :

Label1.Text = "Détail d'une affaire"
Label1.FontWeight = Bold
Label1.Italic = True
Label1.Height = 151
Label1.Size = 28

Ajouter un bouton

Ensuite, avec l’onglet Insérer, insérez un bouton. Grâce aux propriétés, remplacez le texte Bouton par le texte Jouet.

Button1.Text = "Jouet"

Puis, modifiez la courbure du haut du bouton de 20 degrés :

Button1.RadiusTopLeft = 20
Button1.RadiusTopRight = Button1.RadiusTopLeft

Comprendre les effets visuels des onglets

Un onglet est une sorte “d’illusion d’optique”.

En effet, lorsque l’utilisateur clique sur un onglet, il s’attend à voir l’onglet sur lequel il a cliqué “s’activer”. Inversement, il s’attend à voir les autres onglets “se désactiver”. Ces phénomènes visuels s’obtiennent en jouant sur les paramètres de couleur du bouton et ceux liés aux bordures de l’onglet.

Vous trouverez l’explication des propriétés de couleur et de bordure dans Power Apps sur le site de Microsoft Docs, qui est consultable grâce à ce raccourci : https://coudr.com/powco

De plus, le paramétrage de ces propriétés utilise la fonction ColorFade(). Celle-ci renvoie une version plus claire ou plus sombre d’une couleur. La quantité de fondu varie de -100% (complètement noir) à 100%, qui éclaire complètement une couleur au blanc.

Vous trouverez l’aide de la fonction ColorFade() sur ce lien : https://coudr.com/powfn

Personnaliser les effets visuels des onglets

Configurez les couleurs et la bordure du bouton avec ces paramètres :

Button1.BorderColor = SharePointForm1.BorderColor
Button1.BorderStyle = BorderStyle.Solid
Button1.DisabledBorderColor = ColorFade(Button1.BorderColor;
60%)
Button1.DisabledColor = Button1.Color
Button1.DisabledFill = SharePointForm1.Fill
Button1.HoverBorderColor =
ColorFade(Button1.BorderColor; 20%)
Button1.HoverColor = Button1.Color
Button1.PressedBorderColor = Button1.Fill

Mécanisme d’activation

Les propriétés DisabledBorderColor, DisabledColor, DisabledFill ne s’affichent que si la valeur de la propriété DisplayMode est définie sur Disabled (désactivé). DisplayMode fait partie des propriétés principales de Power Apps, au même titre que OnSelect par exemple. Elle sert à définir si le contrôle autorise l’entrée utilisateur (valeur: Edit), affiche uniquement les données (valeur: View) ou est désactivé (valeur: Disabled).

Si un onglet n’est pas sélectionné, ses propriétés Disabled doivent s’afficher. Si l’onglet est sélectionné, ses propriétés Disabled ne doivent pas s’afficher. Pour savoir, si l’onglet est sélectionné, il suffit de stocker le texte de l’onglet dans une variable au moment où l’utilisateur clique sur l’onglet :

Button1.OnSelect = Set(varOngletTitre;Button1.Text)

Ensuite, il suffit de comparer la valeur de la variable avec la valeur du texte de l’onglet en cours. Configurez la propriété DisplayMode du bouton :

Button1.DisplayMode = If(varOngletTitre=Button1.Text;Disabled;Edit)

Finaliser le paramétrage du bouton

Enfin, pour une raison purement esthétique (et pédagogique), le texte de l’onglet est aligné en haut et la taille du bouton est réduite. La réduction permettra d’avoir bientôt 3 boutons. Configurez ces deux dernières propriétés :

Button1.VerticalAlign = Top
Button1.Width = 148

Ensuite, glissez le bouton pour qu’il s’aligne en haut du contrôle de formulaire.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Premier onglet dans Power Apps
Premier onglet dans Power Apps

Multiplier le bouton d’origine

Maintenant, sélectionnez votre bouton, copiez-le et collez-le à 2 reprises : vous obtenez 3 boutons.

Renommez les 2 nouveaux boutons : Button2 et Button3.

Alignez vos boutons en haut du formulaire.

Grâce à la propriété Text, remplacez le texte “Jouet” par “Montant” puis “Responsable”.

Button2.Text = "Montant"
Button3.Text = "Responsable"

Attribuer les contrôles

Chaque onglet doit afficher des cartes de données différentes, sinon ils ne servent à rien.

Dans la vraie vie, il y aurait probablement 12 à 15 champs à répartir sur les onglets. Dans ce scénario, il y a seulement 3 champs. Toutefois, il est facile de décliner ce qu’il y a faire avec plus de champs.

Votre objectif est que le Titre apparaisse sur tous les onglets, la carte MontantHT ne doit apparaître que sur l’onglet “Montant”, tandis que la carte Responsable ne doit apparaître que sur l’onglet “Responsable”.

Cliquez sur la carte Responsable, puis définissez sa propriété visible :

Responsable_DataCard1.Visible = varOngletTitre = "Responsable"

Ne soyez pas surpris de voir le contrôle disparaître. Comme l’application n’a pas été exécutée, la variable varOngletTitre n’a pas encore de valeur. Donc varOngletTitre = “Responsable” est faux. Du coup Responsable_DataCard1.Visible = false.

Ensuite, cliquez sur la carte MontantHT, puis définissez sa propriété visible:

MontantHT_DataCard1.Visible = varOngletTitre = "Montant"

Pour la carte Titre, c’est encore plus simple : il suffit de ne pas définir la propriété OnVisible pour que la carte s’affiche sur tous les onglets. Il n’y a donc rien à faire.

Configurer l’écran

Lors de l’ouverture du formulaire, vous souhaitez que l’utilisateur arrive par défaut sur l’onglet Jouet.

Pour ce faire, configurez la propriété avancée OnVisible de l’écran :

FormScreen1.OnVisible = varOngletTitre = "Jouet"

C’est fini 😉

Tester le nouveau formulaire

Vous allez vérifier l’efficacité de vos modifications. Pour cela, cliquez sur le lien dans le coin supérieur gauche, qui s’intitule Revenir à SharePoint : une boite de dialogue s’ouvre.

Dans cette boîte de dialogue, cliquez sur le bouton Publier sur SharePoint.

Patientez quelques instants : la liste SharePoint va s’ouvrir.

Il est possible que le résultat ne soit pas immédiat suite à la manipulation ci-dessous. Dans ce cas patientez une bonne minute. Si le résultat n’est toujours pas visible : modifiez à nouveau le formulaire PowerApps puis publiez le à nouveau.

Dans cette liste, cliquez sur un élément quelconque pour l’ouvrir : il s’affiche bien dans le nouveau formulaire Power Apps.

Cliquez sur l’onglet Responsable et remarquez la présence des champs Titre et Responsable, uniquement.

Cliquez sur l’onglet Montant et remarquez la présence des champs Titre et MontantHT, uniquement.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Affichage d'un onglet
Affichage d’un onglet

Dans SharePoint, fermez le volet de l’élément affiché.

L’exercice est terminé.

Résumé

Dans cet exercice, vous avez appris comment créer des formulaires dans un formulaire Power Apps.

Maintenant, vous pouvez appliquer cette technique sur des formulaires ou sur les applications Power Apps que vous développerez dans l’avenir.

Pour aller encore plus loin, vous avez un excellent article (en anglais et en deux parties) de Mme Audrie Gordon sur Microsoft Docs. Il montre une utilisation encore plus poussée des onglets dans une application Power Apps :

Partie 1 : Handling Tab Control Scenarios in PowerApps for Full Screen Formats : https://coudr.com/powtab01

Partie 2 : Tabbed User Interface – Mobile Version : https://coudr.com/powtab02

Article mis à jour le 13.03.2020

Catégories
Prestations Audits Formations

Tor (The Onion Router)

Grâce à sa construction ingénieuse, le réseau Tor (The Onion Router ou le routage en oignon) permet de surfer sur le web en protégeant sa vie privée, et sans avoir l’impression d’être épié en permanence.

Explications

Le mieux est de laisser Edward Snowden expliquer le fonctionnement de Tor, car il a participé à son amélioration.

Extrait du livre Mémoires vives de Edward Snowden aux Éditions du Seuil :

“Avec le protocole Tor, votre trafic est distribué puis rebondit d’un serveur à un autre sur des routes générées de façon aléatoire, l’objectif étant de remplacer l’identité de celui qui est à la source de la communication par celle du dernier serveur dans la chaîne évolutive.

Sur Tor, aucun serveur, ou « couche », ne connaît l’identité ou tout autre information concernant l’origine du trafic.

Et, coup de génie, le seul serveur Tor qui connaisse vraiment l’origine du trafic – le premier de la chaîne – ne sait pas vers où ce trafic se dirige.

Pour dire les choses simplement, le premier serveur Tor qui vous connecte au réseau Tor, et que l’on appelle un « portail », sait que vous avez émis une requête, mais comme il n’est pas autorisé à la lire, il ignore si vous voulez voir des mèmes d’animaux ou vous renseigner sur une manif.

Et si le denier serveur qui reçoit votre requête, et que l’on appelle une « sortie », sait très bien ce qu’on lui a demandé, il ignore en revanche qui le lui demande.”

Inconvénients

Si quelqu’un vous dit que le réseau Tor est lent, ne l’écoutez pas : c’est un menteur. Il est très lent.

Par ailleurs, certains éléments d’une page ou d’un site web peuvent ne pas s’afficher.

Il est facile de savoir que vous utilisez Tor. Ce qui pose un problème dans certains pays. Toutefois, vous avez la possibilité de configurer des ponts dans les pays où Tor est bloqué.

Corollaire : certains sites web détecte que votre requête provient du réseau Tor. Ils peuvent vous refuser l’accès.

Ils peuvent aussi vérifier que vous n’êtes pas un robot, à cause du très fort trafic qui provient du dernier serveur Tor. Vous devrez identifier souvent des feux de circulation ou des voitures sur des cartes.

Précautions

N’utilisez que le navigateur fournit avec Tor. Ne cherchez pas à le personnaliser avec des extensions dont vous ne connaissez pas précisément le fonctionnement.

Les seules extensions conseillées sont HTTPS Everywhere et NoScript.

Comme pour un VPN, n’utilisez pas de client Torrent avec Tor. Un client Torrent peut révéler votre véritable adresse IP. Ce qui serait ballot.

Avantages

Le navigateur Tor supprime l’historique du navigateur en fin de session. Il isole aussi les cookies.

Votre trafic est chiffré. De plus, il transite à travers un circuit passant par trois relais Tor disséminés dans le monde.

Grâce à Tor, il est plus facile de visiter les sites qui se terminent par .onion, mais c’est un autre sujet.

Article modifié le 25.02.2020.

Catégories
Prestations Audits Formations

Avoir un VPN

Avantages

Un VPN ( Virtual Private Network), ou en français un réseau privé virtuel, permet notamment de cacher la véritable adresse IP (Internet Protocol) de votre ordinateur.

L’adresse IP de votre ordinateur, ou de votre smartphone, sert à l’identifier. L’intérêt de la cacher est donc de déjouer des attaques qui cibleraient spécifiquement votre ordinateur à cause de son adresse IP.

Car, non seulement votre adresse IP réelle est cachée, mais elle est aussi changée régulièrement. Ce mécanisme évite de vous faire suivre trop facilement sur Internet.

Si la sécurité compte pour vous, votre intérêt est d’installer un logiciel de VPN sur votre ordinateur et votre smartphone. Il existe des logiciels gratuits ou payants. Ces derniers offrent généralement de meilleures performances.

VPN Unlimited ($60/an environ) est un bon produit, ainsi que Windscribe ($50/an environ) ou Avira Phantom VPN ($60/an environ). Généralement, il y a des formules plus avantageuses sur une durée d’engagement plus longue.

Un bon VPN est un logiciel qui vous assure une confidentialité maximum et une grande rapidité de votre connexion.

Inconvénients

Bien qu’un VPN renforce la sécurité, il y a quelques inconvénients.

Notamment, certains sites web détectent l’utilisation d’un VPN et ils peuvent vous bloquer l’accès à cause de cela.

Un site marchand peut aussi annuler vos achats en cas de détection d’un VPN. Il faut donc penser à le désactiver avant de faire ces achats sur ce site marchand.

Par ailleurs, l’adresse IP que vous procure le VPN, a pu être utilisé à mauvais escient. Bien sûr, les éditeurs sérieux veillent à ce que cela n’arrive pas mais ils ne peuvent pas le garantir.

Précautions

Paramétrez votre VPN pour qu’il se lance automatiquement au démarrage de Windows.

Paramétrez votre VPN pour qu’il se fonctionne même sur les réseaux Wifi.

Paramétrez votre VPN pour bloquer tout les trafic Internet, si la connexion avec le VPN tombe.

Autrement dit, votre trafic Internet passera toujours via le VPN, tant qu’il fonctionne. S’il ne fonctionne plus, votre trafic Internet s’arrêtera. Cela garantit que votre adresse IP est toujours cachée.

Insuffisances

Si votre objectif est d’être réellement anonyme sur Internet, le VPN est un début de solution mais cela ne signifie pas que tous vos problèmes d’anonymat soient résolus.

En effet, les mécanismes réseaux sont complexes et votre véritable adresse IP peut être récupérée selon le paramétrage du VPN.

Différents situations sont abordées sur la base de connaissances de Windscribe, avec la solution correspondante.

L’alternative est d’utiliser Tor (The Onion Router). Si vous êtes patient.

Catégories
Prestations Audits Formations

Installer 2 antivirus différents

Le rôle d’un antivirus est d’empêcher l’infection de votre ordinateur, ou smartphone, par un programme qui vous veut du mal.

Windows 10 est livré avec Microsoft Defender. Ce n’est pas suffisant car aucun antivirus n’est parfait. Il vous faut un deuxième antivirus.

L’avantage d’avoir 2 antivirus différents est de renforcer votre sécurité. Si le premier est défaillant sur un virus, le second peut être plus efficace et vice-versa.

Il existe des centaines d’antivirus : des gratuits, des gratuits avec un peu de pubs, des gratuits avec beaucoup de pubs, des payants sans pub, des payants avec pubs (!), des bons, des pas bons, etc.

Ici, on utilise Avira (45 €/an environ) et Eset (30 à 70 €/an environ, selon les options). Ils existent aussi en version gratuite ou en version d’essai. Une autre combinaison intéressante est Eset et Malwarebytes (40 €/an environ) .

L’avantage des versions payantes est d’offrir des options qui renforcent la sécurité. Par exemple, une suite Avira (45 €/an environ) permet de garder ses logiciels à jour et de disposer de l’antivirus.

Les versions payantes permettent aussi de préserver son anonymat, grâce à un réseau privé virtuel ou VPN (Virtual Private Network). Pour faire simple, le VPN permet de cacher l’adresse IP de son ordinateur ou smartphone.

Pour aller encore plus loin

Certains installent 3 antimalwares / antivirus sur leur ordinateur.

Ils installent aussi 2 antimalwares /antivirus sur leur smartphone.

Catégories
Prestations Audits Formations

Garder ses pilotes à jour

Les pilotes sont des programmes, généralement cachés, qui servent essentiellement à assurer la communication entre Windows et le matériel de l’ordinateur. Malheureusement, ils sont aussi une source d’attaques informatiques possibles.

Le site TousLesDrivers.com (0 €) permet de mettre à jour gratuitement tous les pilotes de votre ordinateur. Le seul inconvénient étant la publicité qui est bien présente. La détection est automatique avec leur programme : Mes_Drivers_3.0.4.exe.

Sinon, il y a Avast Driver Updater. Le produit a beau être couvert de prix, je ne suis pas un grand fan. Tout simplement, parce qu’Avast envoie trop de publicités, même quand vous avez acheté tous leurs produits…

Catégories
Prestations Audits Formations

Garder les logiciels à jour

Il n ‘est pas question de le faire manuellement. Quelques logiciels sont capables de se mettre à jour tout seul, comme Google Chrome ou Firefox. Ensuite, certains logiciels sont capables de proposer un lien pour le mettre à jour. Sinon, il existe des programmes gratuits qui détectent les logiciels à mettre à jour. C’est à vous de cliquer sur les liens proposés pour faire les mises à jour. Les deux que j’utilise sont :

Software Informer (0 €).

Software Informer
Software Informer

Glary Utilities (17 € environ, avec d’autres fonctionnalités).

Dans la copie d’écran ci-dessous, il faut cliquer sur la fleche vers le haut, avec le chiffre 4 dans mon exemple.

Filepuma de Glary Utilities de Glarysoft
Filepuma de Glary Utilities de Glarysoft

Il existe aussi la possibilité d’avoir une version payante qui se charge de faire tout seul la mise à jour. Mon préféré est celui d’Avira (25 €/an environ). Il y a des tarifs plus avantageux, si vous l’achetez avec d’autres produits (en bundle) ou sur une durée plus longue.

Avira Software Updater Pro
Avira Software Updater Pro
Catégories
Prestations Audits Formations

Garder son ordinateur à jour

Avec Windows 10, c’est fait automatiquement. Vous n’avez pas Windows 10 ? Vous pouvez vous le procurer, par exemple avec le lien suivant : https://www.microsoft.com/fr-fr/windows/compare-windows-10-home-vs-pro.

Oui, la sécurité peut avoir un coût. Si vous êtes un particulier, Windows 10 Famille coûte 145 €. Pour une entreprise, Windows 10 Professionnel coûte 259 €. C’est vous qui décidez.

La méthode pour décider est simple. Combien ça coûte de le faire ? Un indice : la réponse est marquée au-dessus. Combien ça coûte de ne pas le faire ? Rappelez-vous : vos photos qui circulent sur les réseaux sociaux, sous les ricanements stupides d’inconnus.

Catégories
Prestations Audits Formations

Apprendre à insérer un calendrier dans un formulaire Excel

Microsoft Power Apps est un formidable outil, car il est simple et puissant pour créer des formulaires dans Office 365. Toutefois, il existe de nombreux utilisateurs qui manipulent des fichiers Excel. Ils voudraient pouvoir insérer un calendrier dans un formulaire Excel, sous Windows 10 en version 64-bits.

Comme le contrôle utilisé est très ancien et développé pour les versions 32-bits de l’époque, il faut procéder à des manipulations avancées, qui s’adressent à un public de professionnel en informatique.

Les manipulations suivantes peuvent endommager votre ordinateur.

Elles sont faites sous votre seule et unique responsabilité.

Demandez à un informaticien chevronné de les faire pour vous.

Télécharger le contrôle Date

Pour afficher un calendrier dans Excel, il faut utiliser un contrôle. Un contrôle est le nom donné à un petit programme qui permet généralement de saisir ou d’afficher des données.

Pour afficher le calendrier, c’est le contrôle Microsoft Date and Time Picker Control 6.0 (SP6) qui fait le travail.

Pour le faire fonctionner sous Windows 10 en version 64-bits, téléchargez le fichier MSCOMCT2.OCX : https://coudr.com/datepicker.

Tout d’abord, fermez complètement Microsoft Excel. Vous ne devez pas laisser Excel ouvert. Vérifiez aussi dans l’onglet détail du gestionnaire de tâches, qu’il n’y a plus d’instances d’Excel. Pour ouvrir le gestionnaire de tâches, appuyez simultanément sur les touches suivantes du clavier : Ctrl+Maj+Echap.

Ensuite, copiez le fichier MSCOMCT2.OCX dans le dossier C:\Windows\SysWOW64. Vous aurez probablement un message vous demandant de confirmer la copie.

Copie dans SysWOW64
Demande d’autorisations pour la copie dans SysWOW64

Une fois que la copie est faite, il faut indiquer à Windows 10 64-bits, que le contrôle est présent. Pour ce faire, ouvrez une invite de commande, qui devra être exécutée en tant qu’administrateur. Si vous ne savez pas comment ouvrir une invite de commandes exécutée en tant qu’administrateur, suivez les instructions graphiques ci-dessous.

Invite de commandes Exécuter en tant qu'administrateur
Invite de commandes Exécuter en tant qu’administrateur

Dans l’invite de commandes exécutée en qu’administrateur, tapez la commande suivante et faites entrée :

regsvr32 /s C:\Windows\SysWOW64\MSCOMCT2.OCX
Enregistrement de l'ActiveX
Enregistrement de l’ActiveX

A la suite de cette commande, vous ne verrez rien : c’est normal et plutôt bon signe.

Activer l’onglet Développeur

Pour insérer un calendrier dans Excel, vous devez faire apparaître l’onglet Développeur. Le nom de cet onglet (“Développeur”) ne doit pas vous faire peur. Cet onglet s’adresse aux personnes qui conçoivent les feuilles Excel. Notamment, il offre l’accès à des outils supplémentaires.

Ouvrez votre fichier Excel.

Cliquez sur le menu Fichier qui se trouve en haut à gauche.

Ruban Fichier Excel

Cliquez sur Options, qui se trouve tout en bas à gauche.

Menu Options

Dans le menu des options d’Excel, cliquez sur Personnaliser le ruban.

Personnaliser le ruban
Personnaliser le ruban

A droite, cochez la case vide en face de Développeur.

Onglet Développeur
Onglet Développeur

Puis cliquez sur le bouton OK : un nouvel onglet apparaît dans le menu d’Excel.

Nouvel Onglet Développeur
Nouvel Onglet Développeur

Cliquez sur l’onglet Développeur.

Détail du Menu Onglet Développeur
Détail du Menu Onglet Développeur

Insérer le contrôle Date

Dans le menu Développeur, cliquez sur Insérer : un sous-menu apparaît avec des icônes. Ces icônes permettent de créer des formulaires dans Excel.

Insérer
Insérer

Dans le sous-menu, cliquez sur la dernière icône en forme de clé et un tournevis.

Insérer Autres Contrôles ActiveX
Insérer Autres Contrôles ActiveX

Une fenêtre de dialogue s’affiche avec la liste des contrôles disponibles.

Liste des contrôles
Liste des contrôles

Dans la fenêtre de dialogue, cliquez sur Microsoft Date and Time Picker Control 6.0 (SP6).

Microsoft Date and Time Picker Control 6.0 (SP6)
Microsoft Date and Time Picker Control 6.0 (SP6)

Cliquez sur le bouton OK pour insérer le contrôle Microsoft Date and Time Picker Control 6.0 (SP6).

Manipuler le sélecteur de dates

Avec la souris, cliquez dans votre feuille Excel.

Contrôle Date dans Excel sous Windows 10 en 64-bits
Contrôle Date dans Excel sous Windows 10 en 64-bits

Faites un clic droit sur le contrôle pour accéder aux propriétés du sélecteur de dates.

Propriétés du sélecteur de dates
Propriétés du sélecteur de dates

Notamment, indiquez la cellule liée grâce à la propriété LinkedCell. Dans ce scénario, c’est la cellule C3.

Il est important de lier le sélecteur de dates à une cellule précise. En effet, le sélecteur de dates permet d’indiquer une date mais celle-ci sera enregistrée dans la cellule liée.

Bien évidemment, vous pouvez changer d’autres propriétés.

Propriétés modifiées du sélecteur de dates
Propriétés modifiées du sélecteur de dates

Fermez la fenêtre des propriétés.

Ensuite, cliquez sur Mode Création dans le menu, pour le désactiver.

Mode Création Désactivé
Mode Création Désactivé

Cliquez sur la cellule E3, à droite du sélecteur de dates. Ensuite, vous indiquez que le format de la cellule est Date courte. Puis, tapez la formule suivante dans la cellule E3 pour calculer le lendemain de la date sélectionnée dans C3.

= C3 + 1

Avec la souris, sélectionnez la date : 01/03/2020. La cellule E3 affiche : 02/03/2020.

Fonctionnement du sélecteur de dates
Fonctionnement du sélecteur de dates dans Excel

Article mis à jour le 07.02.2020.

Catégories
Prestations Audits Formations

Formules avec SI dans Excel

L’utilisation des formules conditionnelles dans Excel permet de résoudre bien des problèmes de calcul. Les formules conditionnelles utilisent la fonction SI(). La fonction SI() s’écrit ainsi avec des blocs de construction :

SI("une condition";"faire cette action";"sinon faire cette autre action")

Il y a 3 blocs de construction dans cette fonction : “une condition”;“faire cette action”;“sinon faire cette autre action”. L’exécution des 2 derniers blocs dépend directement de la condition.

Attention de ne pas mettre les guillemets. Ils servent uniquement à délimiter le rôle de chaque bloc de la fonction SI().

Blocs de construction

Le premier bloc de construction de la fonction est la condition. Une condition peut être : G32 = “OUI” ou A5 >= 42

Il y a toujours 2 possibilités avec une condition. Par exemple, avec la condition A5 > =42 :

  • soit la valeur de A5 est supérieure ou égale à 42. Dans ce cas, la condition est vraie ou vérifiée.
  • soit la valeur de A5 est inférieure à 42. Dans ce cas, la condition est fausse ou non vérifiée.

Quand la condition est vraie, alors Excel va exécuter les instructions qui se trouvent dans le bloc “faire cette action”

Quand la condition est fausse, alors Excel va exécuter les instructions qui se trouvent dans le bloc “sinon faire cette autre action”.

Un bloc de construction peut lui-même être constitué de conditions SI(), dont les blocs de construction peuvent aussi être constitués de conditions SI(), et ainsi de suite. Dans ce cas, on parle de SI() imbriqués.

Exemple concret d’une formule conditionnelle

Afin d’être concret, vous trouverez ci-dessous un exemple de calcul de remises pour des clients.

Pour télécharger le classeur Excel : https://coudr.com/xlsremise

Ce tableau calcule un taux de remise pour les clients VIP. Le taux de remise dépend du montant des achats du mois précédents, ainsi que du montant cumulé des achats du mois.

Formule conditionnelle dans Excel

Les 3 premiers clients n’ont pas fait d’achat le mois précédent. Pour cette raison, la colonne qui s’intitule Montant achats M-1, est vide.

La formule conditionnelle ci-dessous est utilisée pour déterminer le taux de remise.

=SI(ET(C8<=$C$3;D8<=$C$4);$C$5;SI(ET(C8<=$C$3;D8>$C$4);$D$5;SI(ET(C8>$C$3;D8<=$C$4);$E$5;SI(ET(C8>$C$3;D8>$C$4);$F$5))))

La même formule dans son contexte et en couleur 😉 :

Fonction SI(), ET() dans Excel
Fonction SI(), ET() dans Excel

Comprendre les SI() imbriquées dans Excel

Pour comprendre cette formule avec des fonctions SI() imbriquées, il faut prendre le temps de reconnaître les blocs de construction.

La fonction SI() de l’exemple comprend bien 3 blocs de construction :

Condition : ET(C8<=$C$3;D8<=$C$4)

Faire cette action : =$C$5

Sinon faire cette autre action : =SI(ET(C8<=$C$3;D8>$C$4);$D$5;SI(ET(C8>$C$3;D8<=$C$4);$E$5;SI(ET(C8>$C$3;D8>$C$4);$F$5)))

La condition

ET(C8<=$C$3;D8<=$C$4) 

La condition utilise la fonction ET(). Cette fonction est vraie quand toutes les expressions à l’intérieur de la fonction sont vraies. Dans l’exemple, il faut que les expressions C8<=$C$3 ET D8<=$C$4 soient vraies pour que ET(C8<=$C$3;D8<=$C$4) soit vraie.

L’expression C8<=$C$3 signifie que pour un client donné, le montant des achats du mois précédent est inférieur ou égal au seuil des 1 000 € du mois précédent.

L’expression D8<=$C$4 signifie que pour un client donné, le montant des achats du mois en cours est inférieur ou égal au seuil des 500 € du mois en cours.

Faire cette action

=$C$5 

Excel exécute ce bloc d’instruction quand la condition est vraie.

Dans le cas présent, si la condition est vraie, Excel renvoie la valeur de la cellule $C$5, soit 2%.

Sinon faire cette autre action

 =SI(ET(C8<=$C$3;D8>$C$4);$D$5;SI(ET(C8>$C$3;D8<=$C$4);$E$5;SI(ET(C8>$C$3;D8>$C$4);$F$5))) 

Excel exécute ce bloc d’instruction si la condition est fausse. Ce bloc contient une autre fonction SI() imbriquée, mais le principe est le même. Si vous prenez la peine de le décomposer, vous trouverez :

  • Condition : ET(C8<=$C$3;D8>$C$4)
  • Faire cette action : =$D$5
  • Sinon faire cette autre action : =SI(ET(C8>$C$3;D8<=$C$4);$E$5;SI(ET(C8>$C$3;D8>$C$4);$F$5))

Ce dernier bloc possède lui aussi une fonction SI() imbriquée.

Au total, il y a 4 fonctions SI() car, si vous regardez le tableau avec les bordures, il y a 4 situations différentes, et donc 4 taux de remise différents.

Télécharger le fichier Excel

Vous vous pouvez télécharger le fichier Excel utilisé comme exemple : https://coudr.com/xlsremise

Article mis à jour le 25.01.2020.

Catégories
Prestations Audits Formations

Le planificateur de tâches ne lance pas la tâche en mode interactif

Le planificateur de tâches permet d’exécuter à fréquence régulière des programmes. Le lancement du programme peut aussi à déclenché au démarrage de l’ordinateur ou à l’ouverture de session.

Planificateur de tâches

Si votre programme est un script PowerShell, ou un programme avec une extension bat ou cmd, vous souhaitez parfois le voir s’exécuter. C’est utile pour la mise au point qui peut se révéler délicate pour une tâche planifiée.

Contexte d’exécution

En effet, le lancement direct d’un script ou l’exécution d’une tâche planifiée qui appelle votre script peut donner des résultats différents.

La raison de cette différence tient essentiellement au contexte d’exécution, aux droits associés et au paramétrage de la tâche.

Quand vous exécutez un programme dans Windows, celui-ci s’exécute directement avec les droits de votre compte.

Il y a des exceptions à cette règle, car un développeur peut procéder à des élévations de privilèges afin d’exécuter un programme, ou un bout de programme, avec un compte qui possède des droits différents des vôtres. Dans ce cas, le compte généralement utilisé est le compte d’administration mais ce n’est pas obligatoire.

Quand le moment est venu d’exécuter une tâche, c’est Windows qui exécute votre programme. Dans ce cas, il le fait en instanciant indirectement les droits du compte défini dans les paramètres de la tâche.

Commencer dans

Si votre tâche ne s’exécute pas, ou s’exécute incomplètement, vérifiez déjà son chemin d’exécution. En particulier, vous avez tout intérêt à renseigner le paramètre facultatif Commencer dans.

Indiquez le chemin du script, comme cela est montré dans la copie d’écran ci-dessous. Selon votre script, l’exécution peut parfois s’en trouver améliorée.

Action de la tâche

Mode interactif

Selon le paramètrage de la tâche planifiée, le planificateur de tâche va la lancer en mode interactif ou non-interactif.

Le mode interactif permet de voir à l’écran les messages su script lors de son exécution.

Le mode non-interactif ne permet pas de voir à l’écran d’éventuels messages.

Lors du paramétrage de la tâche, il existe l’option Exécuter même si l’utilisateur n’est pas connecté. Quand vous cochez cette case, la tâche s’exécutera toujours en mode non-interactif.

Par contre, si vous cochez la case N’exécuter que si l’utilisateur est connecté, la tâche s’exécutera en mode interactif. Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Propriétés d'une tâche planifiée
Propriétés d’une tâche planifiée

Article mis à jour le 18.01.2020.

Catégories
Prestations Audits Formations

Support de cours sur Power Apps en libre accès numérique

Dans un objectif de renforcer les actions en faveur d’un meilleur accès à la connaissance, mon support de cours sur Microsoft Power Apps est en libre accès numérique.

Contrôles Power Apps

Ce support de cours est composé d’une présentation de 200 pages et des travaux pratiques (119 pages), entièrement rédigés. C’est un support de cours complet et opérationnel.

La présentation est l’exposé des concepts avec les explications. Les travaux pratiques sont rédigés sous forme de tutoriels.

Ces documents sont offerts sous license Creative Commons Zero (CCØ). Ils peuvent donc être téléchargés librement et utilisés sans restrictions.

C’est une démarche qui vise à permettre au plus grand nombre l’accès à du contenu pédagogique à jour, au moment de sa rédaction, et précis.

Contrôle OnSelect

Si vous rencontrez des difficultés de téléchargement ou de compréhension, n’hésitez pas à me contacter.

Pour obtenir le support de cours complet, vous pouvez télécharger les deux documents sur Créer des applications avec Microsoft Power Apps : l’exposé et les travaux pratiques.

Téléchargement du cours : Exposé.

Téléchargement manipulations : Travaux pratiques.

Application de canevas à partir de zéro

Bien que toutes les précautions aient été prises lors de la rédaction de cette documentation, ni l’auteur, ni l’éditeur, ne seront tenus pour responsables des erreurs, ou omissions, ou dommages causés ou prétendument causés directement ou indirectement par les informations contenues dans ces documents.

Cette documentation est éditée à des fins purement éducatives. Les informations contenues dans ces documents sont fournies sans aucune garantie expresse, statutaire ou implicite. Les manipulations sont faites sous votre seule et unique responsabilité

Article mis à jour le 13.01.2020.

Catégories
Prestations Audits Formations

Découvrir les corrélations grâce aux insights de Power BI

Un insight est une analyse rapide et c’est carrément bluffant !

Analyse automatisée de vos données

Les “insights” de Power BI vous donnent accès à des visualisations générées grâce aux algorithmes analytiques avancés développés avec l’aide de Microsoft Research,

Concrètement, vous obtenez des visualisations qui identifient les valeurs qui sont hors normes (“outliers”), comme dans l’exemple ci-dessous. Lors d’une mesure, une valeur hors norme est une valeur exceptionnelle, c.-à-d. très différente des autres valeurs relevées.

Power BI insights hors normes

Ce graphique est issu des données liées aux ventes de mes livres. Il montre l’évolution des gains dans le temps sur la période 2012-2017. Notamment, il montre une croissance spectaculaire des ventes des livres liés à la conception de sites SharePoint, courant 2017 puis une forte décrue en fin d’année.

Les insights Power BI permettent aussi d’identifier automatiquement les corrélations, comme dans l’exemple ci-dessous.

Power BI insights corrélation

Dans ce cas, la corrélation est assez triviale car le thème dépend directement du titre.

En revanche, le graphique suivant est moins évident. En effet, l’analyse d’une partie des données permet a insights de Power BI d’identifier la progression inattendue des ventes de mon livre sur l’administration d’Exchange 2016.

Power BI insights tendances

Il existe déjà de nombreuses analyses automatisées des données : Valeurs hors norme de catégorie, Points de changement dans une série chronologique, Corrélation, Écart faible, Majorité, Tendances générales dans une série chronologique, Caractère saisonnier d’une série chronologique, etc.

Les points de changement dans une série chronologique, ou série chronologique avec exceptions, permettent de déterminer les dates où les valeurs sont significativement différentes des autres valeurs de la série.

La majorité correspond au cas d’une valeur qui peut être attribuée à un facteur unique ou principal.

Les tendances sont les orientations à la baisse ou à la hausse d’une valeur.

La saisonnalité d’une série chronologique correspond à des répétitions annuelles, mensuelles ou autres, de valeurs dans la série.

Exemples de Power BI insights

Toutefois, le plus remarquable est la pertinence des commentaires qui apparaissent sur les tuiles de visualisation, comme dans l’exemple ci-dessous.

Power BI insights Pertinence

Dans cet insight, les livres sur la conception de SharePoint 2013 et les workflows SharePoint 2013 apparaissent comme les livres qui ont le plus de ventes en termes de ebook.

Quand l’analyse s’affiche en toutes lettres, il pourrait être tentant de se dire : “J’aurais pu trouver moi-même cette information dans un simple tableau Excel”.

Certes. Il faut juste garder à l’esprit que le tableau Excel à des milliers de lignes et que cette information n’aurait – peut-être pas – été identifiée.

Insights interactives

De plus, ces visualisations insights de Power BI sont interactives. Notamment, vous pouvez les filtrer différemment, grâce au mode focus.

Power BI insights mode focus

Intégrer les insights dans un tableau de bord Power BI

Vous pouvez aussi intégrer avec un clic, les visualisations insights de Power BI dans le tableau de bord de votre choix.

Power BI insights épingler au tableau de bord

Article mis à jour le 03.01.2020.

Catégories
Prestations Audits Formations

Centre d’excellence de la Power Platform

Le Centre d’excellence de la Power Platform est une solution à charger dans un environnement qui n’est pas l’environnement par défaut.

Il sert à administrer les applications Power Apps et Power Automate de votre organisation.

Centre d'Excellence - Résumé

Il est lui-même constitué d’applications Power Apps et de flux Power Automate pour fonctionner. Des rapports Power BI sont disponibles.

Centre d'Excellence - Solution

Pour la télécharger :

https://coudr.com/cex

Pour l’installation, il faut ouvrir le fichier Documentation.pdf et suivre les instructions. Elles sont détaillées et très claires.

Les rapports Power BI sont probablement les plus impressionnants. Par exemple, vous avez le rapport ci-dessous sur les applications.

Centre d'Excellence - Applications

Il y d’autres rapports disponibles sur les environnements ou les flux, comme ci-dessous.

Article modifié le 22.12.2019.

Catégories
Prestations Audits Formations

Recevoir une alerte par email sur un mot-clé

Vous pouvez demander a Google de lancer automatiquement une recherche sur un mot-clé ou une phrase. Celle-ci s’exécutera sans que vous ayez à le faire.

Ce service s’appelle Google Alertes :

https://coudr.com/malibu

Ce service vous permet de recevoir des emails lorsque du contenu intéressant est publié sur le web.

Google Alertes

Si Google Alertes trouve un résultat de recherche qui correspond à votre mot-clé, vous recevrez un email. Cet email vous prévient de la présence de nouveaux résultats dans la recherche Google pour votre demande.

Ce mécanisme permet notamment de savoir si votre nom, votre email ou votre numéro de téléphone a été publié sur un site web.

Ainsi, vous pouvez demander a Google Alertes de vous signaler l’apparition d’un nouveau résultat de recherche sur un mot clé ou un sujet donné.

Lors de la création de l’alerte, Google Alertes vous affiche spontanément les premiers résultats correspondants à votre recherche.

Paramètres de Google Alertes
Paramètres de Google Alertes

Ensuite, Google Alertes vous permet de définir la fréquence, les sources à scruter, la langue, et d’autres paramètres de votre alerte.

Bien évidemment, vous pouvez modifier votre alerte ou la supprimer.

Vous pouvez aussi créer plusieurs alertes.

Article mis à jour le 21.12.2019.

Catégories
Prestations Audits Formations

Arrêtons de subventionner les cyberpirates

Il ne se passe pas une semaine sans que l’on entende parler d’un système d’information compromis par un ransonware, ou rançongiciel en français.

C’est évidemment une véritable calamité. D’autant que cela dure depuis plusieurs années.

Un ransomware chiffre le contenu de vos fichiers. La vitesse de chiffrement est parfois phénoménale : 1 à 2 Go/s pour les plus véloces.

Le chiffrement rend ces fichiers illisibles et donc inutiles. Une fois qu’ils sont chiffrés, le ransomwares (ou rançongiciel…) demande de l’argent pour fournir la clé de déchiffrement. Le transfert de l’argent a généralement lieu en cryptomonnaies comme le bitcoin, pour des raisons d’anonymat. Ce dernier point est discutable mais c’est un autre sujet.

Les ransomwares sont une des plaies de la sécurité informatique.

Toutefois, ce qui est choquant, est de voir que certaines organisations paient. C’est vraiment très choquant.

Escroc Cybersécurité
Escroc Cybersécurité

Bien sûr, cela peut se comprendre. C’est la fameuse règle du « Combien ça me coûte de le faire ? Combien ça me coûte de ne pas le faire ? ».

Le problème c’est que les organisations qui paient, financent la criminalité. Rien que ça.

Un informaticien expliquait que sa direction n’avait jamais voulu se donner les moyens de financer la sécurité informatique. L’argument était « Tout marche très bien et tu te débrouilles comme un chef (sic) ». Evidemment, ils ont été victimes d’un ransonware. Eux ont refusé de payer, semble-t-il, mais ils souffrent comme jamais ils n’auraient imaginé souffrir pour récupérer leurs données et continuer à travailler.

A coté de cet exemple, combien d’organisations paient et font gagner des millions de dollars à des cyberpirates ? Ces mêmes cyberpirates utilisent probablement une partie de cet argent pour inventer des attaques encore plus dévastatrices.

Finalement, le financement de ces activités devrait être interdit et les payeurs poursuivis.

Bouclier Cybersécurité
Bouclier Cybersécurité

En revanche, il y a de nombreuses alternatives.

Dans cet article, vous trouverez des pistes concrètes pour se protéger des ransonwares ou même pour en éradiquer certains : https://questcequecest.com/se-proteger-des-ransomwares/

Avant de financer des activités aussi dévastatrices, pourquoi ne pas procéder à un audit de sécurité ? Vous pourriez aussi disposer de sauvegardes en nombre suffisant et séparées de votre système information, etc.

Si vous manquez d’informations sur ce que vous pouvez faire ou si vous ne savez pas quoi faire, suivez les conseils gratuits de cette vidéo. Elle est un peu ancienne et elle n’apporte pas toutes les réponses mais c’est déjà un bon début.

Celle-ci détaille le vocabulaire de la sécurité informatique.

Catégories
Prestations Audits Formations

Créer une application PowerApps canevas avec Common Data Service

Objectif

Cet exercice vous explique comment créer une application canevas avec Common Data Service (CDS).

Common Data Service est une base de données vide, mise à la disposition de l’organisation du tenant. Bien que vide, elle dispose de tables avec des colonnes. Il est possible de rajouter des tables supplémentaires, et de créer de nouvelles colonnes.

Préparation

Pratique

Ouvrez le site web Microsoft PowerApps et identifiez-vous avec votre compte de tenant.

https://make.powerapps.com/

Dans le menu supérieur, vérifiez que vous êtes dans votre environnement par défaut. Si vous n’êtes pas dans votre environnement par défaut, cliquez ou tapez sur le nom de votre environnement par défaut, pour le sélectionner.

Ensuite, dans le volet de navigation (à gauche), cliquez ou tapez sur Applications.

Dans le menu supérieur, cliquez ou tapez sur Créer une application puis sur Zone de dessin.

Dans la nouvelle fenêtre, cliquez ou tapez sur Mode téléphone dans Common Data Service.

Dans la zone de recherche, entrez votre prénom : votre table apparaît.

Cliquez ou tapez sur votre table.

En bas et à droite, cliquez ou tapez sur Se connecter.

Si un pop-up qui s’intitule Bienvenue dans PowerApps Studio s’affiche, cochez la case Ne plus afficher ce message puis cliquez ou tapez sur le bouton Ignorer.

Votre application est générée.

Dans le menu supérieur, cliquez ou tapez sur Fichier.

Dans la zone Nom de l’application, entrez le nom de l’application Ventes en le préfixant avec votre prénom, par exemple jack_ventes.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Paramètres de l'application

Puis cliquez ou tapez sur Enregistrer Sous.

Dans le volet central, cliquez ou tapez sur Le cloud. Vous pourriez éventuellement sauvegarder votre application localement mais ne le faites pas pour la formation.

En bas et à droite, cliquez ou tapez sur Enregistrer.

Ouvrez le site web Microsoft PowerApps.

https://make.powerapps.com/

Dans le menu supérieur, vérifiez que vous êtes dans votre environnement par défaut. Si vous n’êtes pas dans votre environnement par défaut, cliquez ou tapez sur le nom de votre environnement par défaut, pour le sélectionner.

Ensuite, dans le volet de navigation (à gauche), cliquez ou tapez sur Applications : votre application apparaît. Si vous cliquez dessus, elle se lance et vous pouvez l”utiliser pour ajouter, modifier ou supprimer des enregistrements.

Fin des manipulations

L’exercice est terminé.

Résumé

Dans cet exercice, vous avez appris comment créer une application canevas avec Common Data Service.

Catégories
Prestations Audits Formations

Créer un projet d’intégration de données

Objectif

Cet exercice vous explique comment créer un projet d’intégration de données.

Pratique

Ouvrez le site web Microsoft PowerApps et identifiez-vous avec votre compte de tenant.

https://make.powerapps.com/

Dans le menu supérieur, vérifiez que vous êtes dans votre environnement par défaut. Si vous n’êtes pas dans votre environnement par défaut, cliquez sur Environnement.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Sélection de l'environnement
Sélection de l’environnement

Cliquez ou tapez sur le nom de votre environnement par défaut, pour le sélectionner.

Ensuite, dans le volet de navigation (à gauche), cliquez ou tapez sur Données. Dans la liste déroulante qui apparaît, cliquez ou tapez sur Intégration de données : le volet central affiche un message.

Dans le volet central, cliquez ou tapez sur Créer un projet d’intégration de données : une fenêtre Power Query s’ouvre. Celle-ci vous propose de sélectionner une source de données.

Actuellement les sources de données accessibles sont des fichiers Access, Excel, JSON, Texte/CSV, XML ; ou des bases de données Amazon Redshift, IBM Db2, Oracle, PostgreSQL, SQL Server ; ou des sources de données Azure Data Explorer ; Azure SQL Data Warehouse , SQL Azure ; ou des services en ligne Liste SharePoint Online, Objets Salesforce, rapports Salesforce ; ou des sources de données API web, Liste SharePoint, ODAta, Page Web, Table vide, Requête vide.

Dans cette liste, sélectionnez Excel.

Dans la fenêtre qui s’ouvre, cliquez ou tapez sur le bouton Parcourir.

Si une fenêtre vous demande de choisir un compte, sélectionnez votre compte de tenant.

Une nouvelle fenêtre s’affiche. Dans le menu supérieur de cette fenêtre, cliquez sur Charger puis sur Fichiers.

Chargez le fichier excel_ventes.xlsx qui se trouve dans les dossiers d’exercice. Une fois que le fichier est chargé, sélectionnez-le puis cliquez ou tapez sur le bouton Ouvrir.

Pour information, sachez que le fichier est chargé à cet emplacement OneDrive : https://monsupersite-my.sharepoint.com/personal/jack_monsupersite_onmicrosoft_com/Documents.

Cliquez ou tapez sur le bouton Suivant.

Dans le volet de gauche, cochez Tableau3 (et non pas Tableau).

Cliquez ou tapez sur le bouton Suivant.

Cliquez ou tapez à nouveau sur le bouton Suivant.

Dans l’écran Mapper des entités, cochez Charger sur la nouvelle entité.

Vous pouvez choisir le type de chaque colonne.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Modifiez le type de la zone de destination de chaque colonne en Texte.

Dans la zone Champ Nom principal, sélectionnez Clef.

Cochez la case Supprimer les lignes qui n’existent plus dans la sortie de requête.

Renommez le nom de l’entité en le préfixant avec votre prénom, par exemple jack_Tableau3.

Renommez le nom de l’entité en le préfixant avec votre prénom, par exemple jack_Tableau3.

Cliquez ou tapez à nouveau sur le bouton Suivant.

Dans l’écran Mapper des entités, cochez Actualiser manuellement.

Cliquez ou tapez à nouveau sur le bouton Créer.

Si d’aventures, vous obtenez une erreur : reprenez votre projet et réessayez les étapes précédentes.

Cliquez ou tapez à nouveau sur le bouton Terminé.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Projet d'intégration terminé

Avec le menu …, renommez le projet en le préfixant avec votre prénom, par exemple jack_projet1.

Fin des manipulations

L’exercice est terminé.

Résumé

Dans cet exercice, vous avez appris comment créer un projet d’intégration de données.

Catégories
Prestations Audits Formations

Exécuter une application canevas basée sur un modèle

Objectif

Cet exercice vous explique comment exécuter l’application Donner des bravos.

Préparation

Pratique

Ouvrez le site web Microsoft PowerApps et identifiez-vous avec votre compte de tenant.

https://web.powerapps.com/

Sous Applications récentes, vous devriez voir l’application de canevas Donner des bravos.

Si elle n’apparaît pas, cliquez dans le volet de gauche, sur Applications.

Cliquez ou tapez sur Donner des bravos pour l’ouvrir.

Application Shoutouts

Il est possible qu’un bandeau rouge s’affiche en haut de l’écran. Ce bandeau va disparaître automatiquement au bout de 30 secondes. Il est lié à des données manquantes vous concernant, comme votre photo de profil. Dans un environnement réel de production, il faudrait le faire.

Cliquez ou tapez sur NEXT (suivant) : cette page explique le rôle de l’application.

Cliquez ou tapez à nouveau sur NEXT (suivant) : cette page explique que vous pouvez ajouter un message qui sera lu par votre communauté.

Cliquez ou tapez à nouveau sur NEXT (suivant) : cette page explique que vous pouvez ajouter une photo ou une image à votre message.

Cliquez ou tapez à nouveau sur NEXT (suivant) : cette page explique que les félicitations seront reçues par email par le destinataire, ainsi que son responsable hiérarchique.

Cliquez ou tapez à nouveau sur NEXT (suivant) : vous pouvez maintenant envoyer des félicitations à quelqu’un. Vous pouvez aussi consulter les félicitations que vous avez reçues et celles que vous avez envoyées. Vous remarquerez que l’application vous a automatiquement envoyé une première félicitation en votre nom.

Pour envoyer vos félicitations, cliquez ou tapez sur le + de Send Shoutout (envoyer des félicitations).

Dans l’écran Search person (recherche de personne), tapez le nom de Bob Durand dans la zone Search : il s’affiche aussitôt juste en dessous de votre saisie.

Cliquez ou tapez sur NEXT (suivant) : la liste des types de félicitations s’affiche.

Dans cette liste, cliquez ou tapez sur Thank You (Merci) puis cliquez ou tapez sur NEXT (suivant).

Dans l’écran Your Personal Message and Photo (Votre message personnel et votre photo), saisissez le message suivant : Tu es la personne qui mérite la plus grande reconnaissance pour le travail accompli.

Facultativement, vous pouvez charger aussi une image. Vous en trouverez une dans les fichiers d’exercices.

Cliquez ou tapez sur NEXT (suivant) : l’écran qui s’intitule Review Your Shoutout (Révisez votre message de félicitation) s’affiche.

Cliquez ou tapez sur SEND (envoyer) : Le message Your Shoutout has been sent (Votre message de félicitation a été envoyé) s’affiche.

Cliquez ou tapez sur l’icône X en haut à droite pour revenir à l’espace de travail par défaut de l’application.

Vérifiez la présence du message de félicitations dans la boite aux lettres de Bob Durand, ainsi que celle de Karine Marchais.

Fin des manipulations

L’exercice est terminé.

Résumé

Dans cet exercice, vous avez appris comment exécuter une application canevas basée sur un modèle.

Catégories
Prestations Audits Formations

Ouvrir une boite aux lettres avec Office 365

Objectif

Cet exercice vous explique comment ouvrir une boite aux lettres différente de sa boite aux lettres.

Préparation

  • Cet exercice suppose qu’il existe au moins deux comptes utilisateurs dans Office 365. Dans ce scénario, il s’agit du compte de Bob Durand et du compte de Karine Marchais. Celle-ci est la responsable de Bob Durand.

Pratique

Ouvrez un autre navigateur web que celui que vous utilisez pour vous connecter avec votre compte. Par exemple, si vous utilisez Google Chrome, ouvrez Microsoft Edge ou Firefox. Vous pourriez garder le même navigateur web. Toutefois, le fait de disposer de deux navigateurs différents vous évite de jongler entre les comptes.

Éventuellement, vous pouvez aussi ouvrir un onglet en navigation privée.

Dans le nouveau navigateur web, ouvrez le site :

https://portal.office.com

Renseignez le compte de l’utilisateur Bob Durand puis son mot de passe.

Si vous avez oublié le compte ou le mot de passe de l’utilisateur, vous pouvez les récupérer dans votre email.

Éventuellement, vous pouvez aussi le réinitialiser dans l’AD avec un nouveau mot de passe.

Puisque vous vous connectez la première fois avec ce compte, vous devez probablement changer le mot de passe. Dans ce cas, indiquez un nouveau mot de passe comme par exemple : AaBbCcDd01.

Éventuellement, indiquez si vous voulez rester connecté.

Si un pop-up central s’affiche, fermez-le en cliquant sur l’icône X en haut et à droite du pop-up.

Ne tenez pas compte des autres pop-up ou messages éventuels qui peuvent surgir sur l’écran.

Dans la liste de vos applications qui s’affiche, ouvrez Outlook.

Dans l’écran qui apparaît éventuellement, sélectionnez votre fuseau horaire dans la liste déroulante : (UTC+01:00) Brussels, Copenhagen, Madrid, Paris.

Cliquez sur le bouton Enregistrer.

Si des pop-ups s’affichent, fermez-les ou n’en tenez pas compte.

Ouverture boite aux lettres Outlook Office 365

Fin des manipulations

L’exercice est terminé.

Bonus

En vous inspirant de l’exercice précédent, vous allez ouvrir la boite aux lettres de Karine Marchais dans un troisième navigateur, différent des deux premiers.

Résumé

Dans cet exercice, vous avez appris comment ouvrir une boite aux lettres différente de sa boite aux lettres.

Catégories
Prestations Audits Formations

Définir le responsable hiérarchique avec Office 365

Objectif

L’objectif de l’application Donner des bravos est d’envoyer des félicitations à un utilisateur de votre organisation. Toutefois, l’application envoie aussi ce message au responsable de l’utilisateur.

Cet exercice vous explique comment assigner un responsable au compte de Bob Durand.

Préparation

  • Cet exercice suppose qu’il existe au moins deux comptes utilisateurs dans Office 365. Dans ce scénario, il s’agit du compte de Bob Durand et du compte de Karine Marchais, qui sera la responsable hiérarchique de Bob Durand.

Pratique

Ouvrez Microsoft 365 centre d’administration et identifiez-vous comme administrateur du tenant.

https://admin.microsoft.com/

Dans le volet de gauche, sous Utilisateurs, cliquez sur Utilisateurs actifs.

Dans le volet central, cliquez sur le compte de Bob Durand.

Dans le volet de droite qui porte le nom de l’utilisateur, cliquez sur l’onglet Courrier.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Propriétés de courrier

Cliquez sur Modifier les propriétés d’Exchange (en bas du formulaire et à droite).

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Propriétés d'Exchange

Dans le volet qui porte le nom de l’utilisateur, cliquez sur organisation (dans le volet de gauche).

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Modifier le responsable hiérarchique de l'utilisateur

Sous Responsable, cliquez sur Parcourir.

Dans la liste qui s’affiche, cliquez sur Karine Marchais, puis cliquez sur le bouton OK pour valider votre choix.

Vous revenez dans le volet organisation. Dans ce volet, cliquez sur le bouton Enregistrer.

Fin des manipulations

L’exercice est terminé.

Bonus

En vous inspirant de l’exercice précédent, définissez-vous comme votre propre responsable hiérarchique.

Résumé

Dans cet exercice, vous avez appris comment définir le responsable hiérarchique avec Office 365.

En réalité, d’autres informations doivent être fournies pour éviter l’apparition de bandeaux d’erreurs dans l’application. Dans un environnement réel de production, il faudrait le faire.

Catégories
Prestations Audits Formations

Créer une application PowerApps canevas à partir d’un modèle

Objectif

Cet exercice vous explique comment créer une application canevas à partir d’un modèle.

Vous pourrez ainsi explorer les possibilités de conception de PowerApps. Dans cet exemple, vous pourrez aussi appliquer les premiers concepts de PowerApps et développer votre application de canevas.

Préparation

  • Pour faire cet exercice, vous avez besoin d’un compte utilisateur dans Office 365, ainsi que la messagerie Outlook.

Pratique

Ouvrez le site web Microsoft PowerApps et identifiez-vous avec votre compte.

https://web.powerapps.com/

Dans le volet de navigation (à gauche), cliquez sur Créer.

Dans la zone de recherche (en haut, à droite), entrez : Shoutouts, puis cliquez sur : Shoutouts.

L’application de canevas Shoutouts encourage les collègues à partager des compliments au travail. Vous pouvez envoyer des notifications automatiques par e-mail aux responsables des destinataires.

Donnez un nom à votre application : Donner des bravos

Le nom de l’application ne doit pas dépasser 64 caractères.

Gardez la case de Tablette sélectionnée.

Sous le libellé Se connecte à, l’application de canevas Shoutouts vous indique qu’elle peut se connecter à Outlook d’Office 365 (icône bleue) et à votre compte (icône rouge).

Application PowerApps canevas basée sur un modèle

Ensuite, cliquez ou tapez sur Créer.

Une fenêtre, intitulée Encore quelques instants, vous informe que l’application de canevas Shoutouts a besoin de votre autorisation pour se connecter à votre compte utilisateur et à votre compte de boîte aux lettres.

Éventuellement, vous pourriez changer de compte. Pour l’instant, ne changez pas de compte.

Dans la fenêtre qui s’intitule Encore quelques instants, cliquez ou tapez sur le bouton Autoriser.

Patientez quelques instants : une fenêtre, intitulée Bienvenue dans PowerApps Studio, s’affiche.

Dans cette fenêtre, cliquez ou tapez sur Afficher un aperçu de cette application.

Puis ouvrez le mode Aperçu en appuyant sur F5 (ou en cliquant ou appuyant sur le bouton de lecture près de l’angle supérieur droit).

Chaque exemple représente un scénario différent avec une variété d’écrans et d’autres contrôles.

Application PowerApps Shoutouts Bravos

Une fois l’exploration de l’application terminée, fermez le mode Aperçu en appuyant sur Échap (ou en cliquant ou en appuyant sur l’icône de fermeture près de l’angle supérieur droit, sous la barre de titre pour PowerApps).

Si une fenêtre, intitulée Le saviez-vous apparaît cliquez ou tapez sur le bouton OK pour la faire disparaître.

Vous allez enregistrer l’application. Pour ce faire, en haut à gauche, cliquez ou tapez sur l’onglet Fichier.

Dans la page Paramètres de l’application, passez en revue les paramètres par défaut.

Près du bord gauche, cliquez ou tapez sur Enregistrer.

Ensuite, sélectionnez Le cloud puis cliquez ou tapez sur le bouton Enregistrer.

Patientez quelques instants : le message Toutes les modifications sont enregistrées s’affiche.

Fin des manipulations

L’exercice est terminé.

Résumé

Dans cet exercice, vous avez appris comment créer votre propre application stockée dans votre compte cloud.

Si vous lancez immédiatement l’application Shoutouts, vous aurez probablement des erreurs car le contexte de son fonctionnement n’est pas encore défini. Les exercices suivants vous montreront comment utiliser correctement cette application.

Gardez à l’esprit qu’une application PowerApps s’exécute généralement dans un environnement varié. Il est donc normal de s’assurer que toutes les conditions nécessaires à son exécution sont réunies.

Article mis à jour le 09.11.2019.

Catégories
Prestations Audits Formations

Recevoir un email à partir du contenu de Twitter avec un flux Power Automate

Objectif

Cet exemple vous explique comment créer un flux qui vous avertit par courrier électronique dès que quelqu’un poste un tweet avec un mot clé particulier.

Prérequis

  • Vous devez disposer d’un compte Twitter. Si vous n’avez pas de compte Twitter, vous devez en créer un à partir de cet emplacement : https://twitter.com/
  • Dans le navigateur avec lequel vous faites ces exercices, ouvrez Twitter avec votre compte Twitter.

Créer le flux Microsoft Flow

Vous allez créer le flux Flow. Pour ce faire :

Ouvrez le centre des processus et tâches Microsoft Flow et identifiez-vous :

https://emea.flow.microsoft.com/fr-fr/

Dans le volet de navigation (à gauche), cliquez ou tapez sur Mes flux.

Dans le menu supérieur, cliquez ou tapez sur le menu Nouveau.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Nouveau flux
Nouveau flux

Puis cliquez ou tapez sur Automatisé – à partir de zéro.

Si la fenêtre Générer un flux automatisé s’ouvre, cliquez sur Ignorer.

Le volet central affiche une liste de connecteurs et de déclencheurs sous forme d’icône.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Liste de connecteurs et de déclencheurs

Cliquez ou tapez sur l’icône de Twitter.

Si un pop-up intitulé Ajouter un déclencheur pour Twitter s’affiche, cliquez sur Reçu.

Cliquez sur Lors de la publication d’un nouveau tweet : un écran peut éventuellement vous proposer de vous connecter à Twitter. Si vous êtes déjà connecté à Twitter, vous ne verrez pas cet écran.

Si l’écran ci-dessous apparaît, renseignez votre identifiant Twitter et votre mot de passe Twitter.

Autoriser Microsoft PowerApps and Flow sur Twitter

Cliquez sur Autoriser l’application.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Texte de recherche dans Twitter

Ensuite, dans la zone de recherche, entrez un terme fréquent dans Twitter. Dans ce scénario, il s’agit de #teams.

Faites attention dans le choix du mot clé. Un terme peu fréquemment utilisé risque de vous faire attendre longtemps avant de voir le résultat. Si vous avez un doute, gardez le terme proposé dans l’exercice.

Ensuite, cliquez sur le bouton Nouvelle étape : vous allez choisir une action.

Dans la zone de recherche parmi les actions, entrez Envoyer un e-mail.

Faites attention au tiret dans le mot e-mail. Si vous entrez email, cela ne fonctionne pas.

Dans la liste des actions qui s’affiche, cliquez ou tapez sur Envoyer un e-mail (V2) (version d’évaluation).

Cliquez ou tapez dans la zone À, puis entrez votre adresse e-mail de propriétaire du tenant.

Cliquez ou tapez dans la zone Objet. Entrez le texte suivant : Nouveau Tweet, puis dans la fenêtre de contenu dynamique, recherchez et ajoutez le champ Tweeté par. C’est le nom de l’utilisateur qui a publié le tweet.

Vous devrez peut-être jouer des ascenseurs pour réussir à l’afficher.

Cliquez ou tapez dans la zone Corps. Recherchez et ajoutez les champs suivants sur des lignes séparés :

  • Texte du tweet : c’est le contenu textuel du tweet.
  • Création : c’est la date de publication du tweet.
  • Texte du tweet original : c’est le contenu textuel original du tweet.
  • Tweet original tweeté par : c’est le nom de la personne ayant tweeté le premier ce tweet.

Facultativement : Faites une petite présentation pour bien séparer les champs. Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Email préparé

Renommer le flux de travail

Maintenant, vous allez renommer votre flux.

Pour ce faire, cliquez, en haut et à gauche de l’écran, sur Sans titre.

Remplacez le texte par : Alerte Tweets par email

Vérifier le flux

Vous allez vérifier votre flux.

Pour ce faire, cliquez, en haut et à droite de l’écran, sur le lien Vérificateur de flux.

Un volet apparaît sur la droite. Normalement, vous devez avoir 0 erreur et 0 avertissement. Dans le cas contraire, demandez de l’aide à votre formateur.

Faites attention que le vérificateur de flux ne capte pas toutes les erreurs. Vous pouvez avoir des erreurs lors de l’enregistrement et lors de l’exécution du flux.

Si vous n’avez pas d’erreur, ni d’avertissement, fermez en cliquant sur l’icône X en haut et à droite du volet.

Enregistrer le flux

Vous allez enregistrer votre flux.

Pour ce faire, cliquez, en haut et à droite de l’écran, sur le lien Enregistrer. Vous pouvez aussi cliquer sur le bouton Enregistrer qui se trouve sous le flux.

Si vous avez un message sur un bandeau rouge en haut de l’écran, il s’agit d’une erreur. Dans ce cas, demandez de l’aide à votre formateur.

Exécuter le flux

Attendez que quelqu’un poste un tweet avec votre mot clé.

Soyez patient avant de recevoir une alerte par e-mail.

Le temps d’attente dépend aussi de votre plan. En particulier, dans le plan Flow, la fréquence maximale du flux est de 15 minutes.

Pour savoir si vous recevez des emails relatifs à votre mot clé, ouvrez Outlook d’Office 365.

Suivre l’activité du flux

Vous pouvez savoir si le flux s’est exécuté.

Retournez dans le centre des processus et tâches Microsoft Flow.

https://emea.flow.microsoft.com/fr-fr/

Dans le volet de navigation (à gauche), cliquez ou tapez sur Mes flux.

Dans le volet central de droite, sous l’onglet Mes flux, cliquez sur les 3 petits points en face du nom de votre flux Alerte Tweets par email.

Dans ce menu, cliquez ou tapez sur Histor. Exéc : l’historique de l’exécution du flux s’affiche.

Désactiver le flux

Avant de désactiver ce flux, vérifiez que vous avez bien reçu au moins un email.

Pour éviter de perturber la compréhension des futurs flux, vous allez désactiver le flux de cet exercice.

Pour ce faire, dans le volet de navigation du centre des processus et tâches Microsoft Flow, cliquez ou tapez sur Mes flux.

Dans ls liste des flux qui s’affiche, cochez le flux qui s’intitule Alerte Tweets par email, puis dans le menu supérieur cliquez ou tapez sur les …

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Désactiver le flux

Puis cliquez ou tapez sur Désactiver le flux.

Fin des manipulations

L’exercice est terminé.

Résumé

Dans cet exercice, vous avez appris comment créer un flux qui vous avertit par courrier électronique dès que quelqu’un poste un tweet avec un mot clé particulier.

Catégories
Prestations Audits Formations

Créer une stratégie de protection contre la perte de données

Objectif

Cet exemple vous explique comment créer une nouvelle stratégie de protection contre la perte de données. Des stratégies de protection contre la perte de données définies par les administrateurs de clients peuvent être appliquées à un seul environnement, ou à plusieurs.

Prérequis

  • Pour réaliser cet exercice, vous devez aller sur le site de Microsoft ci-dessous, afin d’activer une version d’évaluation gratuite PowerApps Plan 2.

https://make.powerapps.com/signup?redirect=marketing&email=

Pratique

Ouvrez le centre d’administration PowerApps et identifiez-vous avec votre compte de tenant.

https://admin.powerapps.com/

Centre d'administration PowerApps

Dans le volet de navigation (à gauche), cliquez ou tapez sur Stratégies de données.

Puis cliquez ou tapez sur Nouvelle stratégie (en haut et à droite de l’écran).

Nouvelle stratégie de données

Dans la boîte de dialogue Nom de la stratégie de données, gardez le choix par défaut (Appliquer à TOUS les environnements) puis cliquez ou tapez sur le bouton Continuer : la liste des groupes de données s’affiche.

Groupes de données

Dans l’étiquette horodatée, comme Stratégie 08:22:01 11-16-2019 (en haut et au milieu de la page), entrez le nom de la stratégie de données : Sécuriser les données métiers.

Cliquez ou tapez sur le lien Ajouter qui se trouve dans la zone de groupe Business data only (Données métiers uniquement) : la liste des connecteurs s’affiche. Cette liste est constituée de tous les connecteurs de données qui figurent dans le groupe No business data allowed (Données métiers non autorisées).

Dans la page Ajouter des connecteurs, sélectionnez les connecteurs Office 365 Outlook et SharePoint.

Cliquez ou tapez sur le bouton Ajouter des connecteurs. L’ajout d’un connecteur à un groupe de données le supprime automatiquement de l’autre groupe de donnée.

Enfin cliquez ou tapez sur Enregistrer la stratégie (en haut et à droite de l’écran) pour valider vos manipulations.

Une fois la stratégie créée, elle apparaît dans la liste des stratégies de données de la page Stratégies de protection contre la perte de données.

Stratégie de protection contre la perte de données

Cliquez ou tapez sur Sécuriser les données métiers pour afficher les détails de la stratégie.

Notez que vous pourriez éventuellement modifier les environnements sur lesquels la stratégie s’applique. Vous pourriez aussi éventuellement classer différemment les connecteurs de données. Toutefois, ne faites aucune modification pour l’instant.

Une fois que vous avez passé en revue les détails de la stratégie, cliquez ou tapez sur Fermer (en haut et à droite de l’écran).

Fin des manipulations

L’exercice est terminé.

Résumé

Dans cet exercice, vous avez appris comment créer une nouvelle stratégie de protection contre la perte de données.

Cette stratégie permet aux applications concernées de partager des données entre Office 365 Outlook et SharePoint. Par ailleurs, elle bloque automatiquement le partage des données avec les autres connecteurs.

Concrètement et grâce à cette stratégie, une application ne pourra pas partager des données métiers entre SharePoint et LinkedIn, par exemple.

Article mis à jour le 16.11.2019.

Catégories
Prestations Audits Formations

Créer une connexion à une passerelle

Objectif

Cet exemple vous explique comment créer une connexion à une passerelle. Cette connexion permettra de connecter une base de données locale, qui pourra être utilisée dans une application PowerApps.

Prérequis

  • L’exercice du TP Créer une nouvelle passerelle doit être terminé avec succès.
  • Vous devez disposer des droits pour vous connecter à un site SharePoint Server local ou à une base de données SQL Server locale.

Pratique

Ouvrez le site web Microsoft PowerApps et identifiez-vous avec votre compte de tenant.

https://make.powerapps.com/

Dans le menu supérieur, vérifiez que vous êtes dans votre environnement par défaut. Si vous n’êtes pas dans votre environnement par défaut, cliquez sur Environnement.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Sélection de l'environnement
Sélection de l’environnement

Cliquez ou tapez sur le nom de votre environnement par défaut, pour le sélectionner.

Ensuite, dans le volet de navigation (à gauche), cliquez ou tapez sur Données. Dans la liste déroulante qui apparaît, cliquez ou tapez sur Connexions : le volet central apparaît.

Dans le volet central, cliquez ou tapez sur Nouvelle connexion (en haut à gauche).

Dans la zone de recherche (en haut, à droite), entrez SharePoint, puis cliquez sur SharePoint.

Variante : Si vous disposez d’une base de données SQL Server sur laquelle vous avez un accès autorisé, vous pouvez vous connecter à cette base.

Un pop-up propose de vous connecter directement au service Cloud, ou à l’aide d’une passerelle de données locales.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Sélection de la connexion

Dans le pop-up, cochez sur Se connecter à l’aide d’une passerelle de données locale : le pop-up s’agrandit.

Dans la nouvelle zone, gardez l’authentification Windows.

Renseignez le nom d’utilisateur local et son mot de passe.

Gardez la passerelle qui porte votre prénom.

Puis cliquez sur le bouton Créer.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Création de la connexion

Fin des manipulations

L’exercice est terminé.

Résumé

Dans cet exercice, vous avez appris comment créer une connexion à une passerelle pour vous connecter à un serveur SharePoint local ou à une base de données SQL Server locale.

Catégories
Prestations Audits Formations

Créer une nouvelle passerelle

Objectif

Cet exemple vous explique comment créer une nouvelle passerelle. Cette passerelle permettra de vous connecter à une base de données locale.

Prérequis

  • Pour réaliser cet exercice, vous devez aller sur le site de Microsoft ci-dessous, afin d’activer une version d’évaluation gratuite PowerApps Plan 2.

https://make.powerapps.com/signup?redirect=marketing&email=

  • Vous devez disposer des autorisations d’Administrateur de l’environnement PowerApps, Administrateur global Office 365 ou Administrateur Azure Active Directory.

Pratique

Ouvrez le site web Microsoft PowerApps et identifiez-vous avec votre compte de tenant.

https://make.powerapps.com/

Dans le menu supérieur, vérifiez que vous êtes dans votre environnement par défaut. Si vous n’êtes pas dans votre environnement par défaut, cliquez sur Environnement.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Sélection de l'environnement

Cliquez ou tapez sur le nom de votre environnement par défaut, pour le sélectionner.

Ensuite, dans le volet de navigation (à gauche), cliquez ou tapez sur Données. Dans la liste déroulante qui apparaît, cliquez ou tapez sur Passerelles : le volet central affiche un message.

Si le volet central affiche le message suivant : “Vous ne pouvez pas installer de passerelle dans cet environnement”, basculez sur votre environnement par défaut comme indiqué plus haut.

Dans le volet central, cliquez ou tapez sur Nouvelle passerelle. Vous arrivez sur une page web qui vous propose de télécharger la passerelle de données locale.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Télécharger la passerelle locale

Cliquez ou tapez sur le bouton Télécharger.

Installez le logiciel GatewayInstall.exe en suivant les instructions.

À la fin de l’installation, entrez l’email associé à votre tenant. Dans ce scénario, il s’agit de l’adresse jack@monsupersite.onmicrosoft.com. Pour vous l’adresse sera forcément différente : il s’agit de votre adresse email dans le tenant.

Dans la fenêtre qui s ‘ouvre, entrez le mot de passe associé.

La fenêtre peut être cachée. Faites Alt-Tab pour la faire apparaître.

Une nouvelle fenêtre apparait.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Paramétrage de la passerelle

Dans la zone Nouveau nom de on-premises data gateway, entrez votre prénom.

Entrez la clé de récupération suivante : AaBbCcDd01.

Cliquez ou tapez sur le bouton Configurer : patientez quelques instants. Votre passerelle est prête à être utilisée.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

On-premises data gateway

Décochez la case Contribuez à l’amélioration de on-premises data gateway en envoyant des informations d’utilisation à Microsoft puis cliquez sur le bouton Fermer.

Fin des manipulations

L’exercice est terminé.

Résumé

Dans cet exercice, vous avez appris comment créer une nouvelle passerelle. Cette passerelle permet ensuite de vous connecter à un SharePoint Server local ou à une base de données SQL Server locale.

Article mis à jour le 16.11.2019.

Catégories
Prestations Audits Formations

Créer une nouvelle base de données pour PowerApps

Objectif

Cet exemple vous explique comment créer une nouvelle base de données dans un environnement existant.

Prérequis

  • Pour réaliser cet exercice, vous devez aller sur le site de Microsoft ci-dessous, afin d’activer une version d’évaluation gratuite PowerApps Plan 2.

https://make.powerapps.com/signup?redirect=marketing&email=

Pratique

Ouvrez le centre d’administration PowerApps et identifiez-vous avec votre compte de tenant.

https://admin.powerapps.com/

Dans le volet de navigation (à gauche), cliquez ou tapez sur Environnements.

Cherchez l’environnement qui est par défaut. S’il n’y a qu’un seul environnement, alors il est forcément par défaut. En revanche, si vous avez plusieurs environnements qui sont présents, vous devez appliquer la méthode suivante pour déterminer l’environnement par défaut. Regardez la valeur qui se trouve dans la colonne TYPE. S’il est indiqué Par défaut, il s’agit de l’environnement par défaut.

Une fois que vous avez déterminé l’environnement par défaut, cliquez ou tapez sur son nom.

Dans les détails de l’environnement, cliquez ou tapez sur le bouton Créer une base de données (à droite).

Cette action active l’accès au Common Data Service (Service de données communes).

Sélectionnez la devise EUR et la langue French pour les données stockées dans la base de données.

Vous ne pourrez plus changer la devise ou la langue une fois la base de données créée.

Notez que Microsoft se réserve le droit d’utiliser vos noms d’entité et de champs pour améliorer leur Common Data Service. En revanche, ils n’utilisent pas le contenu de vos tables de base de données.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Créer ma base de données

Ensuite, cliquez ou tapez sur le bouton Créer une base de données.

Patientez quelques minutes, le temps de la création de la base de données sur le service de données communes. Ce temps est variable, mais comptez au moins 3 à 5 minutes.

Si d’aventures, vous obtenez un message d’erreur, cliquez à nouveau sur le bouton Créer une base de données.

Une fois la base de données créée, cliquez ou tapez sur Environnements (volet de gauche) pour afficher la liste des environnements de la page Environnements.

Remarquez la présence d’une chaîne de caractères entre parenthèses, à côté du nom de l’environnement, comme orgfe408f65. C’est le nom unique de la division racine dans Dynamics 365 Customer Engagement. Une division est un groupe logique d’activités professionnelles liées. Une division peut avoir plusieurs sous-divisions.

Fin des manipulations

L’exercice est terminé.

Résumé

Dans cet exercice, vous avez appris comment créer une nouvelle base de données dans un environnement existant.

Catégories
Prestations Audits Formations

Créer un environnement de développement pour PowerApps

Objectif

Cet exemple vous explique comment créer un environnement de développement.

Prérequis

  • Pour réaliser cet exercice, vous devez aller sur le site de Microsoft ci-dessous, afin d’activer une version d’évaluation gratuite PowerApps Plan 2.

https://make.powerapps.com/signup?redirect=marketing&email=

Pratique

Ouvrez le centre d’administration PowerApps et identifiez-vous avec votre compte de tenant.

https://admin.powerapps.com/

Dans le volet de navigation (à gauche), cliquez ou tapez sur Environnements.

Puis cliquez ou tapez sur Nouvel environnement (en haut et à droite de l’écran).

Dans la boîte de dialogue Nouvel environnement, entrez le nom suivant pour l’environnement : Formation.

Puis sélectionnez votre région Europe et un type d’environnement Essai.

La région proposée par défaut est la région d’origine du tenant Azure Active Directory. Toutefois, vous pouvez la changer lors de la création de l’environnement. En revanche, vous ne pourrez plus la changer une fois que l’environnement sera créé.

Ensuite, cliquez ou tapez sur le bouton Créer un environnement.

Une fois l’environnement créé, vous recevez un message de confirmation dans la boîte de dialogue qui vous propose de créer une base de données.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Créer une base de données

Cliquez ou tapez sur le bouton Créer une base de données.

Cette action active l’accès au Common Data Service (Service de données communes).

Sélectionnez la devise EUR et la langue French pour les données stockées dans la base de données.

Vous ne pourrez plus changer la devise ou la langue une fois la base de données créée.

Gardez cochée la case Inclure des exemples d’applications et de données.

Notez que Microsoft se réserve le droit d’utiliser vos noms d’entité et de champs pour améliorer leur Common Data Service. En revanche, ils n’utilisent pas le contenu de vos tables de base de données.

Ensuite, cliquez ou tapez sur le bouton Créer une base de données.

Attendez la disparition du bandeau bleu qui vous informe que la configuration de la base de données est en cours.

Le temps de la configuration de la base de données sur le service de données communes est variable, mais comptez au moins 3 à 5 minutes. À la fin de la configuration, l’écran s’actualisera automatiquement et le bandeau bleu disparaîtra comme par magie.

Une fois la base de données créée, votre nouvel environnement apparaît dans la liste des environnements de la page Environnements.

Fin des manipulations

L’exercice est terminé.

Résumé

Dans cet exercice, vous avez appris comment créer un environnement de développement.

Catégories
Prestations Audits Formations

Collecter les tweets dans un fichier Excel avec un flux Power Automate

Objectif

Cet exemple vous explique comment alimenter automatiquement un fichier Excel dès que quelqu’un poste un tweet avec un mot clé particulier.

Prérequis

  • Vous devez disposer d’un compte Twitter. Si vous n’avez pas de compte Twitter, vous devez en créer un à partir de cet emplacement : https://twitter.com/
  • Dans le navigateur avec lequel vous faites ces exercices, ouvrez Twitter avec votre compte Twitter.

Déposer le fichier de collecte

Dans un premier temps, vous allez ajouter un fichier Excel dans la bibliothèque qui s’intitule Documents dans votre site SharePoint. Pour ce faire :

Ouvrez votre site SharePoint.

Dans le site SharePoint, cliquez ou tapez sur Documents (à gauche) : la bibliothèque Documents s’ouvre.

Avec la méthode de votre choix, ajoutez le fichier collecterTwitter.xlsx qui se trouve dans les fichiers d’exercices.

Ce fichier permettra de collecter les flux de Twitter.

Faites un simple clic sur le fichier pour l’ouvrir et prendre connaissance de sa structure.

Fermez l’onglet qui affiche le contenu du fichier.

Créer le flux

Maintenant, vous allez créer le flux Flow. Pour ce faire :

Ouvrez le centre des processus et tâches Microsoft Flow et identifiez-vous éventuellement en tant qu’Administrateur du tenant. Pour ce faire, ouvrez l’adresse suivante dans un navigateur :

https://emea.flow.microsoft.com/fr-fr/

Il est possible que Flow reconnaisse automatiquement votre compte, si vous vous êtes déjà identifié.

Dans le volet de navigation (à gauche), cliquez ou tapez sur Mes flux.

Dans le menu supérieur, cliquez ou tapez sur le menu Nouveau.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Nouveau flux
Nouveau flux

Puis cliquez ou tapez sur Automatisé – à partir de zéro.

Si la fenêtre Générer un flux automatisé s’ouvre, cliquez sur Ignorer.

Vous allez indiquer la condition qui déclenche le flux. Pour ce faire, dans la zone Rechercher parmi les connecteurs et les déclencheurs, entrez : Twitter.

Dans la liste des résultats qui apparaît, cliquez ou tapez sur Twitter.

Si un pop-up intitulé Ajouter un déclencheur pour Twitter s’affiche, cliquez sur Reçu.

Cliquez sur “Lors de la publication d’un nouveau tweet” : un écran peut éventuellement vous proposer de vous connecter à Twitter. Si vous êtes déjà connecté à Twitter, vous ne verrez pas cet écran. Si l’écran ci-dessous apparaît, renseignez votre identifiant Twitter et votre mot de passe Twitter.

Autoriser Microsoft PowerApps and Flow sur Twitter

Cliquez sur Autoriser l’application.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

 Texte de recherche dans Twitter

Ensuite, dans la zone de recherche, entrez un terme fréquent dans Twitter. Dans ce scénario, il s’agit de #office365.

Faites attention dans le choix du mot clé. Un terme peu fréquemment utilisé risque de vous faire attendre longtemps avant de voir le résultat. Si vous avez un doute, gardez le terme proposé dans l’exercice.

Ensuite, cliquez sur le bouton Nouvelle étape : vous allez choisir une action.

Dans la zone de recherche parmi les actions, entrez : Ajouter une ligne à un tableau.

Dans la liste des actions qui s’affiche, cliquez ou tapez sur Ajouter une ligne à un tableau dans Excel Online (Business) : pendant quelques secondes vous verrez éventuellement une demande de connexion à Excel. Toutefois, ne faites rien la connexion se fera automatiquement via le cloud Microsoft.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Ajouter une ligne à un tableau

Dans le champ Emplacement, cliquez ou tapez sur Entrer une valeur personnalisée.

Fermez la fenêtre qui s’est ouverte sur le côté en cliquant sur Ajouter du contenu dynamique.

Puis entrez l’URL de votre site SharePoint.

Dans le champ Bibliothèque de documents, sélectionnez Documents.

Dans le champ Fichier, cliquez ou tapez sur l’icône en forme de dossier, qui se trouve à droite de la zone Fichier. Puis, sélectionnez /collecterTwitter.xlsx.

Dans la liste déroulante Table, sélectionnez tableauTwitter.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Affichage du tableau

Cliquez ou tapez dans la zone Nom d’utilisateur : une fenêtre s’affiche sur le côté. Elle vous propose d’ajouter du contenu dynamique qui provient de Twitter. Dans le cas présent, recherchez et sélectionnez le champ Nom d’utilisateur.

Cliquez ou tapez dans la zone Description : recherchez et sélectionnez le champ Description.

Cliquez ou tapez dans la zone Nombre d’abonnés : recherchez et sélectionnez le champ Nombre d’abonnés.

Cliquez ou tapez dans la zone Texte du tweet : recherchez et sélectionnez le champ Texte du tweet.

Cliquez ou tapez dans la zone Divers : recherchez et sélectionnez un champ quelconque.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Paramétrage du tableau

Renommer le flux de travail

Maintenant, vous allez renommer votre flux.

Pour ce faire, cliquez, en haut et à gauche de l’écran, sur Sans titre.

Remplacez le texte par : Collecter Tweets dans Excel

Vérifier le flux

Vous allez vérifier votre flux.

Pour ce faire, cliquez, en haut et à droite de l’écran, sur le lien Vérificateur de flux.

Un volet apparaît sur la droite. Normalement, vous devez avoir 0 erreur et 0 avertissement. Dans le cas contraire, demandez de l’aide à votre formateur.

Faites attention que le vérificateur de flux ne capte pas toutes les erreurs. Vous pouvez avoir des erreurs lors de l’enregistrement et lors de l’exécution du flux.

Si vous n’avez pas d’erreur, ni d’avertissement, fermez en cliquant sur l’icône X en haut et à droite du volet.

Enregistrer le flux

Vous allez enregistrer votre flux.

Pour ce faire, cliquez, en haut et à droite de l’écran, sur le lien Enregistrer. Vous pouvez aussi cliquer sur le bouton Enregistrer qui se trouve sous le flux.

Si vous avez un message sur un bandeau rouge en haut de l’écran, il s’agit d’une erreur. Dans ce cas, demandez de l’aide à votre formateur.

Exécuter le flux

Attendez que quelqu’un poste un tweet avec votre mot clé.

Soyez patient avant que le fichier Excel ne soit alimenté. En effet, son alimentation dépend directement de l’activité du mot clé sur Twitter. En revanche, il ne dépend pas de vos abonnements dans Twitter.

Le temps d’attente dépend aussi de votre plan. En particulier, dans le plan Flow, la fréquence maximale du flux est de 15 minutes.

Pour consulter le fichier Excel, il suffit de l’ouvrir dans la bibliothèque Documents du site Extranet.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Contenu du fichier Excel

Suivre l’activité

Vous pouvez savoir si le flux s’est exécuté.

Retournez dans le centre des processus et tâches Microsoft Flow.

https://emea.flow.microsoft.com/fr-fr/

Dans le volet de navigation (à gauche), cliquez ou tapez sur Mes flux.

Dans le volet central de droite, sous l’onglet Mes flux, cliquez sur les 3 petits points en face du nom de votre flux Collecter Tweets dans Excel. Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Suivre l'activité

Dans ce menu, cliquez ou tapez sur Histor. Exéc : l’historique de l’exécution du flux s’affiche. Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Historique d'exécution
Historique d’exécution

Désactiver le flux

Avant de désactiver ce flux, vérifiez que le fichier Excel est bien alimenté avec au moins une entrée.

Pour éviter de perturber la compréhension des futurs flux, vous allez désactiver le flux de cet exercice.

Pour ce faire, dans le volet de navigation du centre des processus et tâches Microsoft Flow, cliquez ou tapez sur Mes flux.

Dans ls liste des flux qui s’affiche, cochez le flux qui s’intitule Collecter Tweets dans Excel, puis dans le menu supérieur cliquez ou tapez sur les …

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Désactiver le flux
Désactiver le flux

Puis cliquez ou tapez sur Désactiver le flux.

Fin des manipulations

L’exercice est terminé.

Résumé

Dans cet exercice, vous avez appris comment alimenter automatiquement un fichier Excel dès que quelqu’un poste un tweet avec un mot clé particulier.

Catégories
Prestations Audits Formations

Publier des tweets avec un flux Power Automate basé sur un modèle

Objectif

Cet exemple vous explique comment poster des éléments de liste sur Twitter après approbation.

Prérequis

  • Vous devez disposer d’un compte Twitter. Si vous n’avez pas de compte Twitter, vous devez en créer un à partir de cet emplacement : https://twitter.com
  • Dans le navigateur avec lequel vous faites ces exercices, ouvrez Twitter avec votre compte Twitter.

Créer la liste lstTweets

Vous allez créer une liste qui s’intitule lstTweets, dans votre site SharePoint.

Le nom de la liste débute par les 3 caractères lst qui est l’abréviation du mot liste. La première lettre est donc un L minuscule (l), et non pas le chiffre 1.

Ouvrez votre site SharePoint.

Si la liste lstTweets a déjà été créée, il est inutile de chercher à la recréer : passez à l’étape suivante. Pour savoir si la liste lstTweets existe déjà, affichez le contenu du site SharePoint qui porte votre prénom.

Cliquez ou tapez sur la roue dentée Paramètres (en haut, à droite) : un menu s’ouvre.

Dans le menu, cliquez ou tapez sur Ajouter une application : les modèles du site s’affichent.

Dans la liste des modèles, cliquez ou tapez sur le modèle qui s’intitule Liste personnalisée : un pop-up s’ouvre.

Dans le pop-up, entrez le nom de la liste : lstTweets puis cliquez ou tapez sur le bouton Créer.

Créer le flux

Vous allez créer le flux Flow. Pour ce faire :

Ouvrez le centre des processus et tâches Microsoft Flow et identifiez-vous en tant qu’Administrateur du tenant.

https://emea.flow.microsoft.com/fr-fr/

Dans le volet de navigation (à gauche), cliquez ou tapez sur Mes flux.

Dans le menu supérieur, cliquez ou tapez sur le menu Nouveau.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Nouveau flux
Nouveau flux

Puis cliquez ou tapez sur Créer à partir d’un modèle.

Dans la zone de recherche, saisissez liste sur Twitter et faites entrée.

Dans la liste des résultats des modèles, cliquez ou tapez sur postez des éléments de liste sur Twitter après approbation.

Ce modèle permet d’approuver les tweets dans votre entreprise. Le texte du tweet est saisi au préalable dans une liste SharePoint. Lors de l’ajout d’un nouvel élément dans la liste, une demande d’approbation est envoyée. Si la demande est approuvée, un tweet est posté avec le texte de l’élément de liste.

Cliquez ou tapez sur Continuer.

Dans le déclencheur When a new Item is created (“Quand un nouvel élément est créé”), cliquez ou tapez dans la zone Adresse du site, et saisissez l’adresse du site SharePoint qui porte votre prénom.

Ensuite, cliquez ou tapez dans la zone Nom de la liste, et saisissez lstTweets.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Quand un nouvel élément est créé

Dans le déclencheur Start an approval (“Démarrer une demande d’approbation”), cliquez ou tapez dans la zone Title (“Titre”), et remplacez le texte existant par Nouveau tweet. N’ajoutez pas de champ personnalisé.

Ensuite, cliquez ou tapez dans la zone Assigned To (“Assigné à”), et saisissez votre adresse email de propriétaire du tenant.

Laissez les autres champs à leur valeur par défaut.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Démarrer une demande d'approbation

N’apportez aucune modification à la condition.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Condition

N’apportez aucune modification à l’action Si Oui.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Si Oui

Maintenant, vous allez paramétrer le refus.

Paramétrer le refus

Sous la section Si Non, cliquez ou tapez sur Ajouter une action.

Dans la zone de recherche parmi les actions, entrez Envoyer un e-mail.

Faites attention au tiret dans le mot e-mail. Si vous entrez email, cela ne fonctionne pas.

Dans la liste des actions qui s’affiche, cliquez ou tapez sur Envoyer un e-mail (V2) (version d’évaluation).

Cliquez ou tapez dans la zone À, puis dans la fenêtre de contenu dynamique, recherchez et ajoutez le champ Créé par Email. C’est l’adresse de courrier électronique de l’utilisateur qui a créé l’élément sur lequel porte le flux.

Cliquez ou tapez dans la zone Objet puis entrez le texte suivant : REJET du Tweet de, puis dans la fenêtre de contenu dynamique, recherchez et ajoutez à nouveau le champ Créé par Email. Enfin, ajoutez aussi le texte “créé le” et ajoutez le champ Créé.

Cliquez ou tapez dans la zone Corps, puis entrez le texte suivant : “Tweet rejeté :”, que vous mettrez en gras et en police 14. Puis vous recherchez et ajoutez le champ Titre, que vous mettrez entre guillemets.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Email de refus

Renommer le flux de travail

Maintenant, vous allez renommer votre flux.

Pour ce faire, cliquez, en haut et à gauche de l’écran, sur Postez des éléments de liste sur Twitter après approbation.

Remplacez le texte par : Publier des tweets

Vérifier le flux

Vous allez vérifier votre flux.

Pour ce faire, cliquez, en haut et à droite de l’écran, sur le lien Vérificateur de flux.

Un volet apparaît sur la droite. Normalement, vous devez avoir 0 erreur et 0 avertissement. Dans le cas contraire, demandez de l’aide à votre formateur.

Faites attention que le vérificateur de flux ne capte pas toutes les erreurs. Vous pouvez avoir des erreurs lors de l’enregistrement et lors de l’exécution du flux.

Si vous n’avez pas d’erreur, ni d’avertissement, fermez en cliquant sur l’icône X en haut et à droite du volet.

Enregistrer le flux

Vous allez enregistrer votre flux.

Pour ce faire, cliquez, en haut et à droite de l’écran, sur le lien Enregistrer. Vous pouvez aussi cliquer sur le bouton Enregistrer qui se trouve sous le flux.

Si vous avez un message sur un bandeau rouge en haut de l’écran, il s’agit d’une erreur. Dans ce cas, demandez de l’aide à votre formateur.

Tester l’approbation

Vous allez tester votre flux. Notamment, vous allez créer un élément dans la liste SharePoint qui sera accepté.

Pour ce faire, ouvrez le site SharePoint qui porte votre prénom.

Dans ce site, ouvrez la liste lstTweets.

Dans celle liste, créez un élément avec le titre : Test du flux.

Restez sur cet écran et patientez quelques instants.

Dans la zone de notification (en haut, à droite), vous venez de recevoir une nouvelle notification.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Zone de notifications

Cliquez ou tapez dans la zone de notifications pour l’ouvrir.

Cliquez ou tapez sur le courrier qui provient de Microsoft Flow et qui s’intitule “Nouveau tweet”.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Notification

Dans le message, cliquez ou tapez sur Approuver puis cliquez ou tapez sur le bouton Submit.

Ensuite, allez dans Twitter pour vérifier que votre Tweet a bien été publié.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Tweet publié

Tester le refus

Vous allez tester votre flux. Notamment, vous allez créer un élément dans la liste SharePoint qui sera refusé.

Pour ce faire, ouvrez le site SharePoint qui porte votre prénom.

Dans ce site, ouvrez la liste lstTweets.

Dans celle liste, créez un élément avec le titre : “plain deux fote”.

Restez sur cet écran et patientez quelques instants.

Dans la zone de notification (en haut, à droite), vous venez de recevoir une nouvelle notification.

Cliquez ou tapez dans la zone de notifications pour l’ouvrir.

Cliquez ou tapez sur le courrier qui provient de Microsoft Flow, qui s’intitule Nouveau tweet et qui se trouve en premier en haut de la liste.

Dans le message, cliquez ou tapez sur Refuser puis cliquez ou tapez sur le bouton Submit.

Ensuite, allez dans Outlook pour vérifier la présence d’un nouveau message qui vous informe du refus de publication.

Pour vous aider, regardez la copie d’écran ci-dessous.

Tweet rejeté

Ensuite, allez dans Twitter pour vérifier que votre Tweet n’a pas été publié.

Fin des manipulations

L’exercice est terminé.

Résumé

Dans cet exercice, vous avez appris comment poster des éléments de liste sur Twitter après approbation.

Article mis à jour le 15.11.2019.