SharePoint Foundation 2010

SharePoint Foundation 2010 est la nouvelle version qui succède à WSS 3.0. C’est la “pierre angulaire” de l’édifice SharePoint. Notamment, lors de l’installation de SharePoint Server 2010, le logiciel Foundation est aussi installé. Il assure principalement les fonctions de collaboration et de gestion de contenu.

C’est une solution qui vise les petites ou moyennes entreprises, qui veulent disposer d’une plate-forme de collaboration.

SharePoint Foundation 2010

SharePoint Foundation 2010 est un logiciel qui peut servir à créer des sites web Intranet / Extranet / Internet, à mettre en place une GED (Gestion Electronique de Documents), ou bien servir comme un super-organiseur d’entreprise.

En effet, avec SharePoint Foundation 2010, vous disposez des outils pour organiser une réunion, pour gérer les agendas ou les réservations de salle. Pour la partie GED, vous trouverez les outils nécessaires pour partager les informations par le biais des espaces de travail d’équipe, les blogs, les wikis et les bibliothèques de documents.

Toutes ces informations sont accessibles à partir d’un simple site Web. Bien évidemment, la sécurité des accès, la protection de données et la maîtrise du risque documentaire est intégrée.

Autre intérêt majeur, la recherche est intégrée dans SharePoint Foundation 2010. De plus, vous pouvez bénéficier gratuitement de fonctionnalités avancées de recherche grâce à Search Server 2010 Express.

Search Server 2010 Express

La recherche peut être étendue au contenu d’autres sites SharePoint, ou aux partages de fichiers, ou à d’autres sites web, ainsi que les dossiers publics Exchange grâce à la solution gratuite Microsoft Search Server 2010 Express.

Search Server 2010 Express est un serveur de recherche autonome qui intègre de nombreuses améliorations par rapport à son prédécesseur (Search Server 2008 Express).

Découvrir SharePoint Foundation 2010

SharePoint Foundation 2010 bénéficie des améliorations de l’interface utilisateur : apparition du ruban et support des technologies AJAX qui introduisent plus de réactivité, ainsi que des standards d’accessibilité WCAG 2.0. Il supporte un nombre plus élevé de navigateurs web : Safari, Firefox, Internet Explorer, etc.

Comme son prédécesseur, il permet de créer ou d’alimenter du contenu : blogs, wikis, calendriers, discussions, tâches, contacts, images, présence, ainsi que de la vidéo ou des podcasts.

SharePoint supporte des listes ou des bibliothèques de plusieurs dizaines de millions d’éléments. Une bibliothèque avec 50 millions de fichiers devient techniquement possible.

Flux de travail

Les capacités des flux de travail évoluent ainsi que les outils de conception dans SharePoint Designer 2010 et Visio 2010. Il devient possible de définir un flux de travail dans Visio 2010 puis de l’importer dans SharePoint Designer 2010, et réciproquement. Visual Studio permet de retravailler et d’améliorer les flux de travail.

De même, il devient possible de créer des flux de travail attachés à des sites, et non plus uniquement à des listes. De plus, les flux de travail sont réutilisables pour d’autres listes ou bibliothèques.

Intégration avec Office

L’édition simultanée du contenu par plusieurs utilisateurs est disponible. De même, l’édition en mode déconnecté est aussi disponible avec les éditions récentes d’Office. Notamment avec SharePoint Workspace. SharePoint Workspace (ex-Groove) fournit un accès en lecture-écriture sur le poste de travail avec le support du mode déconnecté

Accès aux données externes

Busines Connectivity Services (BCS) est une extension de la fonction BDC (Business Data Catalog ou Catalogue de Données Métier) de SharePoint 2007. Elle supporte la création, la mise à jour, la suppression et la recherche sur des sources de données métier. Les listes externes stockent ce genre de données dans SharePoint.

BCS supporte le mode déconnecté: les données peuvent ainsi profiter des fonctions de synchronisation avec SharePoint Workspace ou Outlook.

Vous pouvez utiliser Business Connectivity Services pour créer une connexion de recherche, intégrée à Windows 7.

Dorénavant, il n’existe qu’un seul format de packaging et de déploiement pour les solutions SharePoint aussi bien pour SharePoint Designer que pour Visual Studio 2010.

Le développeur n’est pas en reste puisqu’il peut procéder à une installation sous Windows Vista et Windows 7 de SharePoint. Il dispose aussi de l’intégration de Developer Dashboard montrant le comportement du développement: temps de réponses, etc.

Derniers correctifs de SharePoint

Afin de disposer d’un environnement SharePoint à jour, il est important d’installer les derniers correctifs de SharePoint. Il faut donc les connaître et savoir où les trouver.

Les blogs de Joe’s SharePoint Blog puis de Todd’s Blog ont inspiré cet article récapitulatif sur les niveaux de build et numéro de version de SharePoint. Pour l’instant, l’unique façon de connaître la version de SharePoint se fait grâce à son niveau de build.

En plus des build, le tableau ci-dessous récapitule les CU, SP et RTM de SharePoint. Les CU sont les Cumulative Update, puis le SP est le Service Pack et RTM pour Release To Manufacturing.

Les versions les plus récentes sont en haut de la liste. Il est valable aussi bien pour SharePoint Foundation que pour SharePoint Server : les numéros de build et de versions correspondent.

Bien évidemment, les KB sont différents.

Enfin, vous trouverez sur ce site les informations équivalentes pour les versions de SharePoint 2013 et celles de SharePoint 2016.

Derniers correctifs de SharePoint

Build Version

KB
SharePoint
Foundation

KB
SharePoint
Server

14.0.6123.5002 Juin 2012 CU 2598373 2598354
14.0.6120.5006 Avril 2012 CU (mise à jour) 2598321 2598151
14.0.6120.5000 Avril 2012 CU 2598321 2598151
14.0.6117.5002 Février 2012 CU 2597132 2597150
14.0.6114.5000 Décembre 2011 CU 2596998 2597014
14.0.6112.5000 Octobre 2011 CU 2596508 2596505
14.0.6109.5002 Août 2011 CU 2553117 2553048
14.0.6106.5002 Juin 2011 CU (mise à jour) 2536601 2536599
14.0.6106.5000 Juin 2011 CU 2536601 2536599
14.0.6029.1000 Service Pack 1 2460058 2460045
14.0.5138.5001 Avril 2011 CU 2512804 2512800
14.0.5136.5002 Février 2011 CU 2475880 2475878
14.0.5130.5002 Décembre 2010 CU 2459125 2459257
14.0.5128.5000 Octobre 2010 CU 2394323 2394320
14.0.5123.5000 Août 2010 CU 2352346 2352342
14.0.5114.5003 Juin 2010 CU
14.0.4762.1000 RTM (Release to Manufacturing)

Derniers correctifs de SharePoint

Au fur et à mesure de l’apparition d’un nouveau build de SharePoint 2010, ce produit s’améliore et devient de plus en plus robuste.

Pensez aussi aux mises à jour Windows.

Certifié Microsoft SharePoint

On a beau dire, ça fait toujours plaisir d’être Certifié Microsoft SharePoint 2010 Configuration. Il s’agit de MCTS: SharePoint 2010, Configuration.

Certifié Microsoft SharePoint 2010 Configuration
Certifié Microsoft SharePoint

Avant de passer une certification, vous devez vous préparer. En effet, malgré des années d’expérience intensives sur SharePoint, il faut mieux se préparer à l’esprit de l’examen.

Cet examen évalue votre capacité à installer et configurer un environnement SharePoint. Vous devez aussi savoir gérer un environnement SharePoint. Par ailleurs, vous devez aussi savoir comment déployer et gérer des applications.
Enfin, vous aurez à prouver que vous savez maintenir un environnement SharePoint.

Le livre de Dan Holme, Alastair Matthews, Bob Castle et Orin Thomas: MCTS Self-Paced Training Kit (Exam 70-667): Configuring Microsoft Sharepoint 2010, permet de bien se préparer à l’examen.

Toutefois, a lui tout seul, il ne peut pas vous permettre de réussir l’examen.

En effet, il vous donnera une bonne vue d’ensemble de SharePoint 2010. Par ailleurs, les concepts sont bien expliqués.

Les exercices, présents tout au long du livre, vous familiarisent avec les processus et outils de SharePoint. Si ce livre convient bien à un administrateur occasionnel de SharePoint, il risque de décevoir les administrateurs rompus aux manipulations de base. Ceux-là préféreront Professional SharePoint 2010 Administration, qui le complète bien. Aussi, les deux livres forment une bonne base pour se préparer à l’examen.

Certifié Microsoft SharePoint 2010 Configuration

L’examen n’a pas toujours été évident car il faut connaître des étapes de configuration spécifiques. Hors, deux ou trois des scénarios présentés ne se rencontrent pas souvent. Sinon, vous avez des commandes PowerShell à vérifier, ce qui est plutôt facile.

Au final, l’examen valide les compétences et les connaissances nécessaires pour configurer SharePoint Online ou un déploiement sur site de SharePoint 2010 SP1. Il valide également les compétences liées à IIS (Internet Information Services), Active Directory et Windows Server, ainsi que les services d’infrastructure de mise en réseau.

PowerShell avec SharePoint

Dans cet article, vous allez découvrir comment utiliser PowerShell avec SharePoint. Les commandes Windows PowerShell permettent d’automatiser tous les traitements à faire dans SharePoint.

Même si au début, cela réclame un petit investissement intellectuel, cela en vaut vraiment la peine.

Comment utiliser PowerShell avec SharePoint

Avant de les utiliser, allez dans Tous les programmes > Microsoft SharePoint 2010 Products > SharePoint 2010 Management Shell (à exécuter en tant qu’administrateur).

Toutefois, vous pourriez aussi lancer la commande PowerShell de Windows et tapez Add-PSSnapin Microsoft.SharePoint.PowerShell pour récupérer les cmdlets SharePoint.

Par ailleurs, dans le modèle objet de SharePoint, faites attention car SPSite est une collection de sites, tandis que SPWeb représente un site (ou un sous-site).

Tout d’abord, la première cmdlet à connaître est celle qui donne l’aide sur l’aide: Get-Help Get-Help. Les fichiers d’aide sont au format XML. Ils se trouvent dans le dossier C:/Program Files/Common Files/Microsoft Shared/Web Server Extensions/14/CONFIG/POWERSHELL/Help/fr-fr pour la version française.

D’autres exemples de cmdlet utiles pour savoir comment utiliser PowerShell avec SharePoint :

  • Liste de toutes les cmdlets de SharePoint: Get-Command -PSSnapin Microsoft.SharePoint.PowerShell. Pour connaître leur nombre: @(Get-Command -PSSnapin Microsoft.SharePoint.PowerShell).count.
  • Liste de toutes les méthodes et propriétés d’un objet du Modèle Objet de SharePoint (par exemple Get-SPSite): Get-SPSite | Get-Member. La même commande pour Get-SPWeb: Get-SPSite | Get-SPWeb | Get-Member.
  • Affiche toute l’aide d’une commande (par exemple Get-SPSite): Get-Help Get-SPSite -Full. Pour avoir uniquement les exemples: Get-Help Get-SPSite -Examples
  • Services SharePoint avec leurs états: Get-SPServiceInstance
  • Bases de données: Get-SPDatabase
  • Collections de sites et de leurs bases de données respectives: Get-SPSite -Limit All | select url, contentdatabase. Si vous omettez -Limit All, la requête ne renvoie que les 200 premiers objets.
  • Volume de stockage d’une collection de sites: Get-SPSite | select url, @{Expression={$_.Usage.Storage}}
  • Liste des sites basés sur un certain modèle de site (par exemple un site d’équipe): Get-SPSite -Limit All | Get-SPWeb -Filter {$_.Template -eq “STS#00”}
  • Liste des modèles de sites de la ferme: Get-SPWebTemplate

Il existe bien d’autres cmdlets intéressantes.

Comment utiliser PowerShell avec SharePoint

Les cmdlets sont susceptibles d’utiliser une très grande quantité de mémoire. Aussi, afin d’éviter une fuite mémoire, vous pouvez utiliser les cmdlets Start-SPAssignment et Stop-SPAssignment. Ces cmdlets implémentent l’interface IDisposable afin de libérer la mémoire qui n’est plus utile. Voici deux exemples tirés de l’aide de la commande Get-SPSite qui utilisent la méthode d’affectation de collection :

Start-SPAssignment -Global
 $s = Get-SPSite
 $s.url
 Stop-SPAssignment -Global

L’exemple ci-dessous utilise une méthode moins consommatrice de mémoire que la précédente grâce à des variables nommées :

$o = Start-SPAssignment
 $s = $o | Get-SPSite
 $s.url
 Stop-SPAssignment $o

Lorsqu’on débute en PowerShell, et même après, le paramètre -WhatIf est précieux car il simule l’exécution de la cmdlet. Par exemple, la commande Get-SPSite | Remove-SPSite -WhatIf vous retournera WhatIf : Opération « Remove-SPSite » en cours sur la cible « http://mw41 », sans supprimer la collection de site. La difficulté est de savoir où positionner le paramètre -WhatIf quand les commandes sont imbriquées.

Vous trouverez ci-dessous, un programme en téléchargement libre qui:

  • Stocke les paramétres de configurations des fichiers journaux SharePoint dans un premier fichier texte,
  • Modifie la durée de conservation des journaux, ainsi que d’autres paramétres,
  • Stocke à nouveau les paramétres de configurations des fichiers journaux dans un nouveau fichier texte,
  • Compare avec une commande PowerShell les deux fichiers.

Téléchargez le fichier zip suivant, qui contient le programme : SPDiagnosticConfigParams_V1_0_0.zip

Mettre à niveau les bases SharePoint

Dans cet article, vous allez voir comment mettre à niveau les bases  SharePoint. Notamment, la mise à niveau peut concerner les bases systèmes, mais aussi les bases de données utilisateurs. En particulier, il s’agit des bases avec le contenu des données des utilisateurs.

Généralement, vous êtes alerté d’un problème grâce au moniteur de santé de SharePoint. En effet, la console d’administration centrale affiche directement les éventuels défaillances ou améliorations détectées.

Typiquement, vous avez l’avertissement “Databases running in compatibility range, upgrade recommended” qui s’affiche dans la console d’administration centrale de SharePoint.

Databases running in compatibility range upgrade recommended
Databases running in compatibility range upgrade recommended

Dans cet exemple, vous devez mettre à niveau les bases de données systèmes. Si cela concerne, les bases de données de contenu : vous devrez les mettre à niveau en suivant la procédure indiquée ci-dessous.

En effet, l’application d’un correctif SharePoint peut entraîner la nécessité de modifier le schéma des bases de données. Généralement, SharePoint sait gérer des versions différentes du schéma des bases de données. Toutefois, vous devez procéder aux mises à niveaux dès que possible.

Si vous retardez les mises à niveaux, vous prenez le risque d’avoir des performances moindres et, éventuellement, des défaillances du fonctionnement de SharePoint.

Ce message s’est affiché après l’application d’un CU (Cumulative Update). Il aurait pu aussi apparaître à la suite d’un Hotfix pour SharePoint.

Mettre à niveau les bases SharePoint

L’avertissement concernant les bases de données systèmes, il a pu être supprimé grâce à la commande Psconfig.exe.

Dans une invite de commande, exécutée en tant qu’administrateur:

PSConfig.exe -cmd upgrade -inplace b2b -force -cmd applicationcontent -install -cmd installfeatures
Mettre à niveau les bases SharePoint avec psconfig.exe
Mettre à niveau les bases SharePoint avec psconfig.exe

Bases de données utilisateur

Lorsque l’avertissement concerne les bases de données de contenu des utilisateurs, la commande PowerShell à utiliser est Upgrade-SPContentDatabase.

Enfin, la commande à exécuter en tant qu’administrateur dans SharePoint 2010 Management Shell pour la base de données WSS_Content est :

$db = Get-SPDatabase | Where-Object {$_.Name -match "WSS_Content"}
 Upgrade-SPContentDatabase -Identity $db

Mettre à niveau vers SharePoint 2010

Depuis que Microsoft a lancé officiellement SharePoint Foundation 2010 et SharePoint Server 2010, vous vous demandez comment mettre à niveau vers SharePoint 2010. Aussi, dans cet article, vous trouverez des critères de choix pour vous déterminer.

Comment mettre à niveau vers SharePoint 2010

Avant tout, sachez que SharePoint 2010 n’est disponible qu’en version 64 bits, y compris pour SQL Server. Par conséquent, la première étape consiste à prévoir la migration ou la mise à jour de votre infrastructure SharePoint vers 64 bits.

Tout d’abord, pour installer et utiliser SharePoint 2010, il est nécessaire de disposer d’une version 64 bits de Windows Server 2008 ou Windows Server 2008 R2. De même, il est impératif de disposer d’une version 64 bits de SQL Server 2008 ou de SQL Server 2005.

Enfin, afin de tirer au mieux parti des fonctionnalités de SharePoint 2010, il est conseillé que les postes clients fonctionnent sous Windows avec Internet Explorer 7 ou 8 en 32 bits.

Une autre stratégie consiste à patienter et attendre la sortie de SharePoint 2013. Cependant la migration sera inévitable. Il est préférable de procéder par version successive plutôt que de vouloir faire un “grand bond en avant”.

Stratégies de migration vers SharePoint 2010

Que faire si, en ce moment :

  • Vous n’avez rien mais vous hésitez entre SharePoint 2007 et SharePoint 2010 : quels sont les avantages et inconvénients des deux solutions ?
  • SharePoint 2007 est déjà présent chez vous, sur un système Windows 32 bits ou 64 bits, et vous vous interrogez sur la pertinence de migrer vers SharePoint 2010 ?
  • La version SharePoint Portal Server 2003 (SPS 2003) fonctionne toujours. Serez-vous obligé de faire une mise à niveau intermédiaire vers SharePoint 2007 pour passer à SharePoint 2010 ?

Autant de questions qui nécessitent des réponses différentiées. Voir aussi : Quels sont les Critères de choix entre SharePoint 2007 et SharePoint 2010 ?

Maintenant, la bonne question est de savoir comment mettre à niveau vers SharePoint 2010 votre version existante de SharePoint.

Afin d’être concret, la version existante est SharePoint 2007. Vous cherchez à la faire évoluer vers SharePoint 2010.

Comment mettre à niveau vers SharePoint 2010

Dans ce chapitre, nous présentons uniquement les grands principes de base d’une migration. Son objet est donner une idée de ce qu’il faudrait faire, sans chercher à être exhaustif.

  • Installer le Service Pack 2 de SharePoint 2007 avant la migration
  • Vérifier les pré-requis matériels: 64bits ; Windows 2008 ou Windows 2008 R2 (de préférence); SQL Server 2005 SP3 ou SQL Server 2008 SP1 (de préférence); séparation logs / datas; espace disque disponible au moins égal à 5 fois la taille de la mémoire physique
  • Vérifier les pré-requis logiciels: outre l’installation des composants pré-requis pour SharePoint 2010, il est préférable d’avoir accès à Internet pour télécharger les mises à jour
  • Préparer l’environnement avec la commande: stsadm.exe –o preupgradecheck
  • Identifier les personnalisations: pages maître (“master pages”) et gabarits (“layout”), css et thèmes, modèles de sites et listes, développements spécifiques, solutions, webparts, fonctionnalités (“features”), images (logos). Les modèles de sites et de listes SharePoint 2007 devront être recréés dans SharePoint 2010.
  • Supprimer les sites et espaces de travail obsolètes
  • Sauvegarder les bases de données de contenu SharePoint 2007 puis les restaurer sur SQL Server 2008
  • Tester les bases de données restaurées avec la commande PowerShell: test-spcontentdatabase –name <nom_base_de_donnees> –webapplication http://<nom_application_web>
  • Monter les bases de données restaurées avec la commande PowerShell: mount-spcontentdatabase –name <nom_base_de_donnees> –webapplication http://<nom_application_web>
  • Procéder à la Mise à niveau visuelle: nouvelle fonctionnalité de SharePoint 2010 qui permet de choisir l’apparence visuelle (ancienne apparence 2007, nouvelle apparence 2010)
  • Vérifier soigneusement les sites restaurés

SharePoint 2007 et SharePoint 2010

Au moment de la sortie de SharePoint 2010, vous devez choisir entre SharePoint 2007 et SharePoint 2010. Pour cela, avant d’envisager une Migration ou mise à niveau de SharePoint 2007 vers SharePoint 2010, il faut s’interroger sur les critères de choix entre ces deux versions.

SharePoint 2007

Vous bénéficiez d’emblée de la stabilité d’un produit pour lequel le Service Pack 2 existe depuis plusieurs mois. De plus, la communauté d’experts SharePoint s’agrandit rapidement.

En effet, il devient de plus en plus facile de trouver, à bon prix, des compétences sur SharePoint 2007 sur la France entière. La situation est identique en Belgique, en Suisse et au Luxembourg. Pour ce pays, cela est vrai depuis plusieurs mois grâce à “l’import” de compétences extra-territoriales.

Enfin, vous connaissez parfaitement les coûts que vous allez supporter.

A l’inverse, si vous installez SharePoint 2007 aujourd’hui, vous vous exposez à un risque d’obsolescence technologique à terme.

Donc, installer la version SharePoint 2007 représente le risque de planifier d’ici quelques années, voire quelques mois, une migration avec toutes contraintes que cela signifie.

Choisir entre SharePoint 2007 et SharePoint 2010

SharePoint 2010 est apparu dans sa version opérationnelle le 12 mai 2010.

Choisir entre SharePoint 2007 et SharePoint 2010

Outre une ergonomie simplifiée, vous disposez d’un nouvel outil qui intégre les retours d’expériences des utilisateurs de SharePoint 2007. Autrement dit SharePoint 2010 va “viser” juste. Les utilisateurs seront conquis par cette version plus simple d’usage, plus pertinente et plus efficace.

Techniquement, SharePoint 2010 est une version améliorée de SharePoint 2007 qui intégre tous les services packs et correctifs nécessaire.

De plus, elle propose de très nombreuses nouveautés: présence du ruban, modification sur-place des éléments, présence des métadonnées gérées afin de faciliter le classement des documents, évaluation des pages présentées par les utilisateurs, simplification accrue des interfaces d’administration, possibilité de connaître les droits effectifs d’un utilisateur sur une collection de site, fonctionnalités de GED renforcées et accrues, etc.

Par ailleurs, les améliorations de SharePoint 2010 concernent aussi les utilisateurs dans leur quotidien professionnel, les administrateurs (architecture et ergonomie plus simple) et les développeurs (nouvelles méthodes d’accès aux données plus simple comme LINQ).

De plus, vous êtes serein jusqu’à fin 2012, date de sortie de SharePoint 2013. Votre investissement est pérennisé. Votre image, et celle de tout votre service, est au plus haut.

Formulaires InfoPath

Dans cet article, vous allez voir comment les formulaires InfoPath 2010 peuvent vous faciliter la vie au travail.

Les besoins des organisations en matière de formulaires sont gigantesques. Pourtant ce besoin n’a pas toujours été correctement adressé.

Les outils de création de formulaires ont pratiquement toujours existé en informatique. Toutefois, jusqu’à l’apparition d’InfoPath Designer, ils ont rarement eu la souplesse ou la puissance nécessaire afin de correspondre aux attentes de l’utilisateur final et du concepteur du formulaire.

Il y a eu la demande de congés ou la demande de support ou de fournitures sous forme d’un formulaire papier.

Puis vous avez connu l’époque des formulaires Acrobat PDF, ou Lotus Domino, voire même Outlook Exchange à l’aide de composants CDO (Collaboration Data Objects) et autres.

Formulaires InfoPath 2010

Avec InfoPath 2010 de SharePoint, c’est le formulaire Web sans limite.

En effet, les formulaires sont disponibles à partir d’un simple navigateur web (Internet Explorer, Firefox, Mozilla, Safari, Netscape) ou un mobile (smartphone, pdaphone), que ce soit sur Windows, MacOS, Linux ou Unix.

Il n’est donc pas nécessaire d’avoir InfoPath Designer sur son poste pour remplir le formulaire : le navigateur web suffit dans la plupart des cas.

Les formulaires sont interactifs.

Formulaires InfoPath 2010

Vous cochez la case Urgent (cf. image ci-dessus) et un complément d’information est demandé à l’utilisateur. Si vous ne cochez pas la case, la demande complémentaire n’apparaît pas.

InfoPath de SharePoint répond à votre besoin de disposer de formulaires réellement dynamiques qui s’adaptent en fonction de la saisie. Les formulaires peuvent aussi intégrer des données du système d’information de l’entreprise.

Association de Workflows aux formulaires

Vous avez intérêt à associer des flux de travail à vos formulaires pour automatiser leur traitement.

Les besoins de votre organisation évoluent ! Aussi, modifiez le flux de travail associé au formulaire, sans écrire une ligne de code.

En effet, l’outil gratuit Microsoft SharePoint Designer, permet de créer des flux de travail sans connaître la programmation, ni même le HTML.

Car, la création d’un flux de travail dans SharePoint Designer se fait uniquement par assemblage et paramétrage de blocs logiques. Vous disposez d’actions simples :

  • Envoyer un courrier électronique,
  • Définir le statut d’approbation du contenu,
  • Mettre à jour l’élément de la liste,
  • etc.

De plus, l’assemblage se fait un peu comme un jeu de construction.

GED SharePoint 2010

La Ged SharePoint 2010 est une réalité. Aussi, l’objet de cet article est de présenter quelques des fonctionnalités communes à SharePoint 2010 et aux logiciels de GED. L’objectif est de mettre l’accent sur des fonctionnalités méconnues ou sous-utilisées de la Ged SharePoint 2010.

Métadonnées gérées

Avant tout, vous savez que les métadonnées gérées constituent une collection hiérarchique de termes gérés de façon centralisée et utilisables comme attributs d’éléments dans Microsoft SharePoint Server 2010. Autrement dit, il s’agit d’un thésaurus. Un thésaurus regroupe des termes entre eux et les hiérarchise. Donc, il comprend aussi un synonyme de termes.

Par ailleurs, des types de contenu SharePoint Server 2010 possèdent une colonne de mots clés gérés. Lorsque l’utilisateur commence à taper une valeur, le contrôle affiche tous les termes de tous les ensembles de termes comprenant l’ensemble de mots clés qui commencent par les caractères tapés.

Vous verrez l’ensemble de termes dans lequel le terme existe, ainsi que la position du terme dans la hiérarchie.

Ged SharePoint 2010

Organisateur de contenu et Ged SharePoint 2010

SharePoint Server introduit le stockage et le routage par métadonnées par le biais de l’organisateur de contenu, ce qui est une fonctionnalité de la Ged SharePoint 2010.

Au lieu de télécharger directement un document vers une bibliothèque ou un dossier, les utilisateurs peuvent enregistrer leurs documents dans la bibliothèque de remise.

Des règles, définies préalablement, routent les documents vers les bonnes bibliothèques.

L’organisateur de contenu est accessible à l’aide de l’une des méthodes suivantes : Téléchargement d’un document vers une bibliothèque de remise, Utilisation de l’option Enregistrer sous dans les applications clientes Word, Excel et PowerPoint, Utilisation de l’option Envoyer vers à partir des autres sites SharePoint, Envoi vers un site Centre d’enregistrements dans le cadre du cycle de vie ou de l’expiration d’un document, par exemple, dans le cadre d’un flux de travail ou d’une stratégie de rétention.

Explication des paramètres de l’organisateur de contenu

Les utilisateurs ne pourront pas venir déposer directement un document dans une bibliothèque cible d’une règle, si vous le souhaitez.

Un autre site peut accueillir les documents redirigés grâce à une règle, si vous le souhaitez.

Vous pouvez créer automatiquement des sous-dossiers.

Soumissions en double : Indique s’il faut utiliser le contrôle de version SharePoint ou ajouter des caractères uniques à la fin des noms de fichier en double lors de la présence de doublons.

Gestionnaires de règles : Ce paramètre spécifie les utilisateurs ou les groupes qui peuvent créer des règles, réagir à du contenu téléchargé ne correspondant à aucune règle et gérer ce contenu.

Points de soumission : URL de service que vous spécifiez comme destination pour les fichiers envoyés vers l’emplacement Envoyer vers.

Explication des règles de l’organisateur de contenu

Vous indiquez la priorité d’une règle.

Vous spécifiez que la règle est active ou inactive.

Type de contenu de l’envoi : Spécifie le groupe de types de contenu tel que Types de contenu de document, etc.

Conditions : Applique des filtres de propriété supplémentaires pour la règle à traiter.

Emplacement cible : Spécifie où placer le contenu qui correspond à la règle.

Points de soumission : Emplacement auquel sera enregistré l’élément satisfaisant à tous les critères précédents. L’option Envoi vers un autre site dans les paramètres de l’organisateur de contenu, une zone déroulante apparaît. Cette zone répertorie d’autres emplacements hors du site actuel vers lesquels un document peut être routé.

Autres fonctionnalités de GED

Il existe bien d’autres fonctionnalités de GED, comme le contrôle de version, l’identifiant unique de document, etc.

 

WebPart dynamique SharePoint

Dans cet article, vous allez apprendre à Développer un WebPart dynamique qui affiche le nombre de  liste d’un site SharePoint. Aussi, vous verrez comment créer deux listes croisées dans SharePoint.

Préparation de l’environnement de développement

Afin de vous permettre de poursuivre ce cours avec les Tutoriels Microsoft pour le développement, vous pouvez utiliser un site d’équipe SharePoint 2010. Pour les labs, il est accessible via l’URL http://terre/.

Création des deux listes

Tout d’abord, sur ce site, il existe 2 nouvelles listes : Employés et Projets que vous devrez créer à la main et alimenter.

Liste Employés

  • NomComplet : Une seule ligne de texte
  • TitreEmploi : Une seule ligne de texte
  • Equipe : Une seule ligne de texte
  • Contribution : Nombre
  • Projet : Recherche
Liste Projets

  • Titre : Une seule ligne de texte
  • Description : Une seule ligne de texte
  • DateFin : Date et heure
  • Responsable : Recherche

Contraintes : Le champ Employés.Projet pointe sur Projets.Titre. Le champ Projets.Responsable pointe sur Employés.NomComplet.

Avertissement

Débutez par le premier exercice: Développer un WebPart “Hello World”. En effet, les éléments présentés en détail dans les exercices précédents ne seront pas réexpliqués par la suite.

Objectif du TP

L’objectif de cet exercice simple est de développer un WebPart dynamique, qui affiche des informations sur les listes d’un site SharePoint 2010.

Développer un WebPart dynamique

Cliquez sur Démarrer > Tous les programmes > Microsoft Visual Studio 2010 puis Exécuter en tant qu’administrateur Microsoft Visual Studio 2010.

Ensuite, sur la page de démarrage de Microsoft Visual Studio 2010, cliquez sur Nouveau projet…

Puis, dans les Modèles installés (sur la gauche), développez Visual C# puis SharePoint, cliquez sur 2010 puis choisir Composant Visual Web Part.

Puis, donnez un nom à votre projet : AffichageListe.

WebPart Dynamique

Par ailleurs, gardez les autres options par défaut puis cliquez sur le bouton OK Dans la fenêtre qui s’ouvre, indiquez le site local (http://terre/) et choisissez de Déployer en tant que solution de batterie.

Puis cliquez sur Terminer.

Enfin, sur la droite apparaît l’Explorateur de solutions. Un WebPart intitulé VisualWebPart1 apparaît.

Ensuite, développez VisualWebPart1 pour faire apparaître le fichier VisualWebPart1.webpart et double cliquez sur ce fichier pour l’ouvrir.

Saisir le code

Par ailleurs, changez le titre en Affichage du nombre de listes. Ce qui donne :
<property name=Title type string>Affichage du nombre de listes</property>

Après, faites un clic droit sur VisualWebPart1.cs, puis sélectionnez Afficher le code.

Donc, dans la classe VisualWebPart1, après la parenthèse ouvrante, saisissez le code suivant :
protected Label lblAffichage; protected Button BtnListes;

Ensuite, dans la méthode CreateChildControls(), après la parenthèse ouvrante, saisissez le code suivant :
Label lblAffichage = new Label(); Controls.Add(lblAffichage);
Controls.Add(new WebControl(HtmlTextWriterTag.Br));
Button BtnListes = new Button(); BtnListes.Text = “Nombre de listes”;
BtnListes.Click += delegate{ lblAffichage.Text = String.Format(“<br>Ce site contient {0} listes.”, SPContext.Current.Web.Lists.Count); };
Controls.Add(BtnListes);

Sinon, pour télécharger le code correspondant à affichageliste.visualwebpart1.cs.

Enfin, il ne reste plus qu’à déployer la solution, puis insérer le WebPart dans le site: choisissez le WebPart Affichage du nombre de listes :

Développer un WebPart dynamique
WebPart Dynamique

Remarque : le nombre de 26 est exact car le programme compte aussi les listes maquées dans le navigateur qui n’apparaissent pas lors d’un clic sur Tout le contenu du site. En revanche, ces listes et bibliothèques apparaissent bien avec SharePoint Designer 2010.