Investissement et spéculation : quelles différences ?

L’investissement est un acte qui peut avoir un intérêt commun. Ce n’est jamais le cas pour la spéculation. Toutefois, la frontière entre investissement et spéculation est floue selon les circonstances.

Par exemple, est-ce que parmi les ONG les plus riches, celles qui investissent dans l’immobilier font de la spéculation ?

Investissement
Investissement

Investissement = Intérêt commun (ou presque…)

L’objectif principal d’un investissement est que l’argent qui a servi à l’investissement permette de moderniser les outils qui servent à produire. Souvent, l’idée est de produire mieux ou moins cher.

Par exemple grâce à l’investissement, une entreprise va pouvoir produire en respectant mieux l’environnement. Elle pourra aussi être plus compétitive vis à vis de la concurrence nationale ou étrangère.

Pour ces raisons, l’investissement est indispensable à la vie d’une entreprise. car c’est son carburant. Une entreprise sans investissement, c’est une voiture en roue libre. La course s’arrêtera en bas de la côte et probablement dans le fossé.

Investir dans une entreprise, c’est avoir à cœur ces préoccupations. Toutefois, tous les investissements présentent un risque, plus ou moins élevé, d’une perte partielle ou totale de l’argent investi.

En effet, la réussite d’une entreprise relève d’une recette qui n’a pas encore été trouvée. Sans chercher à amoindrir le mérite des entreprises qui réussissent, il n’est pas évident de faire la part des circonstances qui ont concourues à leur succès. À ce propos, l’excellent livre de Malcolm Gladwell met en évidence que la chance se cache souvent là où on ne l’imagine pas. Après coup, il devient plus facile d’expliquer les fameuses clés du succès…

Aussi, vous devez faire attention. En particulier, n’investissez pas n’importe comment. En effet, dans votre propre intérêt, vous devez prendre le temps de vous renseigner et de comprendre comment fonctionne le secteur ou l’entreprise que vous souhaitez favoriser.

Aussi, n’investissez pas sur un coup de tête ou “au flair” : il y a des tas de personnes qui ont perdu beaucoup d’argent en suivant leur instinct.

Ce billet n’est pas pour les spéculateurs

En effet, investir ce n’est pas jouer à la loterie. Voici un scénario classique.

Vous disposez d’un petit pécule. Vous voulez le placer afin qu’il ne perde pas de valeur et même qu’il rapporte.

Après analyse, vous placez votre argent en Bourse sur les actions d’une société solide. Cette société est effectivement solide.

Mais la société traverse une tourmente, ou bien elle est victime d’une spéculation. Petit à petit vous voyez votre pécule fondre : vous paniquez et vous vendez vos actions.

Au moins 98% de l’investissement réalisé par des particuliers en Bourse se soldent par une perte de capital. Le pire c’est que les experts ne sont pas toujours meilleurs. À ce propos, vous pouvez lire l’excellent livre de Burton G. Malkiel. Il explique clairement les mécanismes de la Bourse et des entreprises. Il vous explique aussi comment vous pouvez faire bien mieux que les experts.

La solution consiste à étudier, étudier et encore étudier le marché sur lequel vous souhaitez investir. Par ailleurs, investissez de l’argent dont vous n’aurez pas besoin pour les 5 ou 10 ans à venir.

En effet, il est toujours facile d’investir. En revanche, il est souvent difficile de sortir rapidement d’un mauvais investissement, sans perdre trop de plumes.

Aussi, prenez le temps d’étudier et de vous renseigner sérieusement sur une société ou un marché avant d’investir.

Spéculation = Intérêt particulier

Certains spéculateurs se présentent comme des investisseurs. En effet, la spéculation est associée, à juste titre, sur un gain gagné sur le dos des autres. Ils préfèrent donc ne pas s’afficher publiquement comme des spéculateurs.

Au début, ces spéculateurs expliquent qu’ils sont là dans l’intérêt de l’entreprise. Cependant, les masques tombent assez vite. Pour vous en convaincre, interrogez ces personnes sur le détail de leur investissement. Sans surprise, ils refuseront de vous répondre et, même, vous n’aurez plus de nouvelles d’eux : résultat garanti !

Être un spéculateur consiste souvent à chercher à acheter au plus bas puis à vendre au plus haut. La valeur intrinsèque de l’entreprise ne l’intéresse généralement pas. Ce qui les intéresse c’est le gain potentiel.

Toutefois, méfions-nous de donner des leçons de morales ! C’est trop facile et ce n’est pas honnête.

En effet, beaucoup d’entre nous procédons ainsi quand nous faisons faire des travaux ou quand nous achetons une voiture ou un logement. Nous cherchons à acheter au plus bas. Puis, quand nous serons vendeurs, nous chercherons généralement à vendre au plus offrant.

Si vous vous reconnaissez dans ce constat, alors les suggestions ci-dessous sont pour vous 🙂

Acheter ou vendre

Quand vous ne voulez pas faire de concession sur le prix de vente, vendez ce que vous ne voulez pas vendre. Ainsi, vous ne vous sentirez pas obligé de brader votre bien.

De même, ne soyez jamais pressé de vendre. Si vous êtes pressé de vous débarrasser de votre bien, vous êtes sûr de perdre de l’argent sur votre investissement.

Si vous vendez, ou même si vous achetez, maîtrisez vos émotions et réfléchissez avec votre cerveau, et non pas avec vos émotions.

Quand vous achetez, prenez le temps de la réflexion et de la comparaison. Beaucoup de personnes perdent de l’argent parce qu’elles n’ont pas eu le réflexe de comparer les prix. En effet, il vaut mieux passer à côté d’une bonne affaire que d’accepter une mauvaise.

Prenez le temps de vous renseigner avant d’acheter. Il est préférable de demander l’avis à des experts sur Internet ou ailleurs.

Se presser de perdre

Le corollaire de tout ce qui précède est qu’il est possible de faire de bonnes affaires. Notamment, si le vendeur est pressé. C’est malheureux. C’est peut-être moche mais il serait hypocrite de ne pas reconnaître que nous le faisons quand ça nous arrange.

Aussi, si vous êtes acheteur et une fois que vous connaissez le prix du marché, faites une proposition basse. Certains vendeurs acceptent car ils sont pressés de vendre. Une offre à -15%, -30% et même -70% peut faire aussi l’affaire.

Ne culpabilisez pas. D’autres se chargeront de le faire. Probablement de purs esprits qui parcourent le monde pieds-nus, sous leur manteau de bure. Ou bien des pères la morale, toujours prêts à fustiger les faiblesses des autres.

(Ça, c’est fait).

Par ailleurs, dites-vous que même à ces conditions, certains vendeurs seront satisfaits. La nature humaine est ainsi faite.

En effet, la valeur d’un bien est relatif.

D’autre part, quand l’objectif du vendeur est de se débarrasser de son bien coûte que coûte, il obtient souvent ce qu’il cherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.