Syntaxe Google : Comprendre

Cette syntaxe Google pour la recherche avancée vous permet de dénicher des documents peu visibles. En effet, il existe une syntaxe particulière qui permet d’affiner considérablement les recherches. Grâce à cette syntaxe Google, vous pouvez trouver des documents rares ou importants.

Syntaxe Google avancée

Dans l’article ce que vous devez savoir sur la recherche avancée Google, vous avez pu découvrir une utilisation avancée de la recherche. Notamment, vous avez vu comment utiliser les opérateurs logiques comme ou (OR), et (AND).

Ils vous permettent d’affiner une recherche. Vous avez aussi découvert l’utilisation du moins (-) pour éliminer des résultats non pertinents.

Dans cet article, vous allez pouvoir approfondir encore plus votre recherche grâce à d’autres opérateurs. Go !

Chercher un type de fichiers

Dans la recherche Google, vous pouvez directement filtrer les résultats pour n’afficher que les documents d’un certain type. Par exemple pour obtenir les documents Acrobat PDF, Microsoft Word (doc, docx), Microsoft PowerPoint (ppt, pptx), Microsoft Excel (xls, xlsx), etc.

Si vous voulez obtenir les fichiers PowerPoint qui contiennent l’expression “Office 2019”, vous tapez la syntaxe Google suivante :

Syntaxe Google
Syntaxe Google

Vous remarquerez la présence de l’opérateur filetype, suivi de deux points (:). Comme vous l’avez deviné, cet opérateur indique le type de fichiers recherchés. Vous lui indiquez comme paramètres les extensions des fichiers qui vous intéressent. Vous pouvez aussi utiliser l’opérateur ext qui est un synonyme de filetype. Les résultats seront identiques.

Il existe deux types d’extension pour les fichiers PowerPoint : ppt, pptx. Afin de récupérer les fichiers qui ont une des deux extensions, vous pouvez utiliser l’opérateur ou (|).

Pensez à mettre un espace avant et après |, puis mettez l’ensemble entre parenthèses ().

"Office 2019" ext:(ppt | pptx)

Limiter les résultats à un site web

La recherche Google est souvent plus pertinente que la recherche que propose le site web sur lui-même.

Sur le site web https://www.questcequecest.com/, vous pouvez lancer directement une recherche, par exemple sur “Office 365”

Recherche questcequecest.com
Recherche questcequecest.com

Toutefois, vous pouvez trouver les résultats de la recherche manquent de précision.

Dans ce cas, il suffit de refaire la même recherche dans Google mais en indiquant que vous limitez les résultats au contenu du site questcequecest.com.

Syntaxe Google pour un site web
Syntaxe Google pour un site web

L’opérateur site précise que Google ne doit renvoyer que les résultats du site web concerné. Pour le site web, vous pouvez indiquer simplement le nom de domaine sans le http ou https. Si ça vous chante, vous pouvez indiquer le http ou le https, les résultats seront identiques.

Vous remarquerez que le www n’a pas été indiqué, car pour le site web questcequecest.com cela ne change rien. Méfiez-vous, car même si c’est souvent le cas, ce n’est pas systématique.

Par ailleurs, vous pouvez combiner l’opérateur site avec l’opérateur filetype. Par exemple, la requête ci-dessous retourne tous les documents au format PDF du site microsoft.com qui contiennent l’expression “Office 365”.

"Office 365" site:microsoft.com filetype:pdf

Chercher dans l’URL de la page

L’opérateur inurl permet de faire des recherches dans l’URL d’un site web.

Cela devient un peu technique mais il est intéressant de savoir que beaucoup de documents sont présents dans les sites FTP (File Transfer Protocol soit Protocole de Transfert de Fichier).

Si vous voulez obtenir les documents qui contiennent “Microsoft Office 365” et qui sont probablement sur les sites FTP mais probablement pas sur les sites web, vous pouvez utiliser la syntaxe Google suivante.

Syntaxe Google pour un site FTP
Syntaxe Google pour un site FTP

Bien sûr, vous obtenez des résultats qui proviennent de sites FTP dont l’URL débute par ftp://, mais aussi des résultats dont l’URL contient le mot ftp.

Notez la présence dans le deuxième inurl du signe qui supprime normalement les URL avec http ou https. Rappelez-vous que la recherche d’informations n’est pas une science exacte. Il faut vérifier systématiquement les résultats.

Autre exemple d’une requête sur le contenu “Office 365” dans des documents pdf avec ftp dans l’URL mais pas http, ni https, ni php.

"Office 365" inurl:ftp -inurl:(http | https | php) ext:pdf

Si vous avez besoin de rechercher plusieurs mots dans l’URL, vous pouvez utiliser l’opérateur de Google allinurl. Par exemple, utilisez la syntaxe Google suivante pour rechercher les mots Office SharePoint dans les URLs.

allinurl:Office SharePoint

Comment chercher dans un titre d’une page

Les pages web possèdent systématiquement un titre. Celui-ci peut être renseigné ou pas, mais généralement il l’est.

Si vous cherchez les pages qui contiennent le mot SharePoint dans le titre, utilisez la syntaxe Google :

Syntaxe Google pour le titre
Syntaxe Google pour le titre

L’intérêt d’utiliser une recherche sur le titre est d’obtenir à priori des résultats plus ciblés.

En effet, si votre mot clé est dans le titre et pas seulement dans le contenu de la page, c’est qu’il s’agit probablement d’une page qui lui est consacrée.

intitle:SharePoint

Pour rechercher plusieurs mots dans le titre, utilisez la syntaxe Google suivante.

allintitle:Office SharePoint

Vous remarquerez  que certains sites proposent des listes de musiques gratuites, ou de bandes dessinées, etc.

Vous pouvez obtenir ces listes avec une requête comme  par exemple.

allintitle:liste bd

Sachez qu’il existe des opérateurs équivalents pour chercher dans le corps du texte.

intext:SharePoint

De même, pour chercher plusieurs mots dans le corps du texte.

allintext:Office SharePoint

C’est pareil pour les ancres dans le HTML : inanchor et allinanchor. Ces opérateurs limitent la recherche aux pages web qui contiennent des liens avec les mots clés que vous recherchez dans l’ancre, si elle est cliquable.

Ensuite

Le sujet n’est pas épuisé ! Pas du tout !

La technique c’est important. Toutefois, ce qui est aussi important dans la recherche est votre capacité à imaginer comment l’information est stockée.

Bien sûr, vous le faites naturellement. Quand vous recherchez à acheter une voiture vous tapez la recherche “vente voiture citroen ds 7 crossback” et non pas “achat …”. En effet, le vendeur mettra le mot vente dans son annonce, ou bien celle-ci sera dans la colonne des ventes.

Aussi, l’article suivant vous donne des recherches complètes. Elles utilisent les techniques de cet article ainsi que des nouvelles.

Share Button

Instructions ASP NET

Grâce à cet article sur les instructions ASP NET, vous allez découvrir comment écrire sans faute des instructions ASP.NET dans vos programmes C#. En effet, un programme C# est un ensemble d’instructions.

Pour faire court : un programme ASP.NET écrit en C# s’exécute dans le runtime ASP.NET. Celui-ci étant un sous-ensemble des bibliothèques de programmes du framework .NET.

Instructions ASP NET
Instructions ASP NET

Tout d’abord, sachez que chaque instruction d’un programme C# se termine par un point-virgule “;”.

Ensuite, un bloc d’instructions peut regrouper les instructions. Une paire d’accolade {}  symbolise un bloc d’instructions.

Enfin, une instruction est une combinaison logique d’opérandes et d’opérateurs.

Opérandes et opérateurs en C#

Un opérande est un mot très générique qui désigne n’importe quel élément manipulé par un opérateur. Notamment, il faut donc définir ce qu’est un opérateur pour mieux comprendre ce qu’est un opérande.

En C#, il existe trois types d’opérateurs. Vous avez l’opérateur unaire qui n’agit que sur 1 seul opérande, comme ++ ou –.

Exemple d’une instruction avec un opérateur unaire.

 i++;

Ensuite, vous avec les opérateurs binaires. Donc, eux agissent sur combien d’opérandes ? Devinez… deux opérandes. Bravo !

Exemple d’une instruction avec un opérateur binaire.

 2 + y;

Enfin, il existe un opérateur ternaire (?:) qui agit sur trois opérandes.

 (nb == "0") ? "0 enfant" : "Famille nombreuse";

Les expressions

Un ou plusieurs opérandes peuvent constituer un unique opérande. La combinaison de ces opérandes avec un ou plusieurs opérateurs permet de former une expression.

 autreInt + 3;

Une ou plusieurs expressions peuvent constituer une unique expression. Généralement les expressions sont supposées être évaluées à une certaine valeur.

x = y + 2;

Décomposition des instructions ASP NET

Pour mieux comprendre ces concepts, prenez l’exemple de l’instruction ci-dessous :

monInt = autreInt + 3 ;

Vous avez une première instruction. Celle-ci est composée d’un opérande, qui est une variable (monInt), puis un opérateur d’assignation (=).

Ensuite, vous avez une seconde instruction. Celle-ci est composée d’un opérande, qui est une variable (autreInt), puis un opérateur d’addition et enfin un opérande, qui est un littéral (3).

Exemples de plusieurs instructions ASP NET

Vous avez ci-dessous une instruction de déclaration.

int monInt;

Ensuite, vous trouverez ci-dessous une instruction d’affectation.

monInt = 42;

Attention. Vous avez ici, une expression. Ce n’est pas une instruction.

monInt + 1;

Enfin, une instruction de déclaration avec une initialisation est équivalent à une instruction de déclaration suivie d’une instruction d’affectation.

int autreInt = 37;

 

Share Button

Connecter des données à SharePoint 2016

Voulez-vous connecter des données à SharePoint 2016 ? Dans ce cas, cet article vous explique la démarche grâce aux techniques pour créer un site SharePoint 2016 Piloté par les données. Vous verrez comment vous pouvez connecter des données externes à SharePoint 2016. Vous pourrez utiliser au choix SharePoint Designer ou les composants WebPart des données métiers.

Pourquoi connecter des données à SharePoint 2016

Avant de plonger dans les délices inavouées des manipulations techniques, prenons le temps de comprendre leur intérêt.

En premier lieu, que signifie un site SharePoint créé par les données ? Un site SharePoint peut servir à transmettre des informations de toutes natures. Par exemple, vous créez un site SharePoint qui publie des nouvelles sur la vie de la société ou du service.

Vous pouvez aussi avoir un site web qui donne les procédures et les formulaires pour remplir une note de frais, etc.

Ensuite, vous pouvez créer des sites SharePoint de type GED (Gestion électronique de documents). Globalement, vous partagez des documents avec des collègues. Vous pouvez même faire de la coédition, c’est-à-dire que vous pouvez être plusieurs à modifier simultanément le même document.

Puis, progressivement, vous mettez en place des applications métiers. Ces applications s’appellent des applications métiers car elles permettent de faire fonctionner votre organisation.

Donc, vous créez des applications à partir de formulaires, puis de flux de travail, etc.

Connecter des données à SharePoint 2016
Connecter des données à SharePoint 2016

Un développement spécifique

Bien sûr, vous pouvez aussi faire développer des applications spécifiques en faisant appel à un développeur professionnel.

C’est la solution de facilité à court et moyen terme. Malgré son intérêt, le développement spécifique a aussi ses inconvénients.

Déjà, c’est couteux. Comptez au minimum 400 € / jour de développement. Ensuite, cela coûte souvent plus que prévu. Parfois même beaucoup plus. C’est possible que ces questions d’argent ne soit pas un problème pour votre organisation. Car, il s’agit un investissement qui sera rentabilisé. Ou bien, vous disposez de moyens financiers colossaux. C’est rare mais ça existe.

L’autre inconvénient est la difficulté à obtenir exactement ce que vous voulez. C’est bien évidemment possible. Mais dans la pratique, cela se heurte à plusieurs difficultés. Par exemple, il peut exister une incompréhension de part et d’autre, le désir de ne pas dépasser le temps alloué pour le développeur, une forme de flemme et probablement 47 autres raisons.

Il existe d’autres problèmes. Par exemple, l’obligation de continuer de faire appel à des personnes externes. Ou bien, si vous rencontrez des difficultés lors d’une migration de SharePoint. Et d’autres raisons encore.

Certains trouveront peut-être que le tableau est noirci. Mais ce n’est pas sûr. L’auteur de cet article a été successivement développeur, chef de projet, directeur de projets, puis à nouveau développeur, etc.

Un développement contrôlé

Une autre raison qui peut vous inciter à faire votre propre “développement” (sans programmation) est la liberté.

Quand vous maîtrisez complètement le processus de “développement” vous faites ce que vous voulez, à votre rythme. Quoique ce n’est pas toujours vrai.

Imaginez que votre souci est d’avoir une formule Microsoft Excel dans une cellule d’une feuille de calcul. Par exemple :

=SI(ESTVIDE(L2);"";DATE(ANNEE(L2);MOIS(L2);1))

Une fois que vous avez compris comment la formule fonctionne, vous pouvez facilement en créer d’autres. Les prochaines seront peut être encore plus complexes. De plus, vous avez l’auto-satisfaction d’être autonome. Faites-vous plaisir !

C’est exactement ce que propose l’idée derrière “Connecter des données à SharePoint 2016”.

Connecter des données à SharePoint 2016

En effet, grâce aux techniques qui permettent de connecter des données à SharePoint 2016, vous pouvez afficher et manipuler directement les données métiers.

Plus précisément, vous utilisez des données qui proviennent de bases de données, de feuilles Excel, de fichiers XML et même de services web. Parfaitement.

Vous faites tout cela sans jamais programmer quoique ce soit, y compris pour connecter des services web.

Rappelez-vous que si vous avez besoin d’introduire des traitements, c’est possible. Vous pouvez généralement le faire vous-même et sans programmation avec les flux de travail SharePoint 2016.

Quels sont les pré-requis ?

Ces techniques supposent que vous avez une bonne connaissance fonctionnelle de SharePoint 2016, notamment que vous connaissiez les notions de listes, bibliothèques, pages etc.

La connexion de SharePoint à des sources de données externes réclame une bonne culture informatique générale et une compréhension globale de notions comme les serveurs, les méthodes d’authentifications, les autorisations d’accès à une ressource, etc.

La compréhension générale du fonctionnement des balises XML, de services web et des bases de données est aussi nécessaire.

Toutefois, à aucun moment, vous n’aurez à faire le moindre développement. Les outils utilisés ne nécessitent pas de développer une interface ou un programme.

Bien évidemment, si vous êtes déjà un développeur, et en particulier un développeur .Net, vous comprendrez probablement plus finement les mécanismes mis en œuvre. Toutefois, il n’est absolument pas nécessaire d’être un développeur pour utiliser ces techniques. Comme cela vient d’être indiqué, être un informaticien avec une bonne culture générale en informatique suffit.

La pratique de ces techniques suppose évidemment que vous ayez accès à Microsoft SharePoint 2016.

Contenu du livre pour connecter des données à SharePoint 2016

Dans ce livre, vous verrez une présentation pratique de SharePoint Designer. En effet, la plupart des manipulations nécessite d’utiliser SharePoint Designer.  Bien sûr, seuls les aspects liés à la connexion de données sont exposés.

Ensuite, vous verrez comment vous pouvez connecter des sources de données externes à SharePoint. Notamment, les données peuvent provenir d’une base de données SQL Server d’une feuille Excel, de fichiers XML, d’un service web SOAP ou d’un service web REST.

L’objectif de ces manipulations est généralement d’afficher les données. Aussi, vous verrez concrètement comment vous pouvez afficher les données externes.

Notamment, vous découvrirez comment manipuler une vue de données, afficher un fichier XML, afficher un flux RSS externe ou un flux RSS SharePoint.

Vous apprendrez aussi à manipuler le service Business Connectivity Services (BCS) pour connecter des données à SharePoint 2016. En particulier, vous saurez gérer les autorisations externes, créer un type de contenu externe et créer une liste externe.

Enfin, vous découvrirez aussi comment utiliser les composants WebPart de BCS et connecter ces composants WebPart spécialisés à SharePoint 2016.

Share Button

Fondamentaux de la programmation

Pour apprendre les fondamentaux de la programmation en vidéos, le mieux est d’avoir une vidéo. Justement, la vidéo Installer Visual Studio pour ASP.NET est la première d’une série de vidéos pour vous apprendre les fondamentaux de la programmation à travers le développement d’une application web.

Il existe déjà une autre série sur ce site qui permet d’apprendre les fondamentaux de la programmation avec le langage C#.

Toutefois, j’ai souhaité à travers cette nouvelle série de vidéos vous faire découvrir la programmation de manière plus concrète grâce au développement d’une véritable application web. En effet, l’objectif est de dépasser la console d’applications, vous savez ce petit carré noir, dans lequel les résultats de vos applications s’affichent.

Il s’agit d’apprendre à développer une application web, et plus particulièrement une application web en ASP.NET.

Cette application en ASP.NET sera écrite grâce au langage C# mais aussi vous verrez aussi un petit peu de HTML, des feuilles de styles CSS de façon à voir panorama le plus large possible sur le développement d’une application .Net.

Vous apprendrez aussi à manipuler Visual Studio. Souvent, ce qui bloque les développeurs dans le monde Microsoft c’est justement l’apprentissage de Visual Studio.

Fondamentaux de la programmation

Visual Studio est un outil très riche et très puissant mais qui nécessite son propre apprentissage.

Aussi, je vous invite fortement à faire les manipulations grâce à la dernière version Microsoft qui s’appelle Visual Studio Community 2013.

C’est un outil entièrement gratuit, que vous pouvez télécharger gratuitement à partir du site Microsoft, ça va être vu en détail dans la vidéo. Ainsi, vous pourrez bénéficier des fonctionnalités de Visual Studio de façon gratuite et vous pourrez expérimenter le développement.

Cette série s’adresse à des débutants en développement, vrais ou faux débutants. Les faux débutants ont des notions mais qui ils n’ont peut-être pas su les assembler pour construire un vrai programme.

Ces vidéos seront progressives et surtout fourniront les explications de façon à ce que vous puissiez progresser pas à pas.

Vous apprendrez si vous manipulez par vous-même.

Regarder les vidéos sans les pratiquer n’est pas suffisant pour progresser.

Fondamentaux de la programmation
Fondamentaux de la programmation

Préparer l’installation

Pour débuter la première chose à faire est d’installer Visual Studio Community 2013. Pour cela c’est très simple.

Dans votre navigateur vous faites une recherche sur Visual Studio Community 2013.

Vous cliquez sur le lien visualstudio.com et là vous arrivez sur la version Community 2013. Cherchez bien la version Visual Studio Community 2013.

Sur cette page vous cliquez sur Downloads puis Visual Studio Downloads.

Ça  vous permet d’arriver sur la page qui présente toutes les versions de Visual Studio 2013.

Vous descendez un petit peu et là vous trouvez Visual Studio Community & Express, et en particulier Community 2013 with Update 4.

Cliquez dessus.

Quand vous arrivez sur cette page là, vous pouvez soit installer directement la version Visual Studio Community 2013 en cliquant sur ce lien mais moi je vous conseille plutôt de télécharger l’image iso. C’est sûr que ça va prendre du temps parce que ça fait à peu près 7 Go à télécharger.

L’avantage: vous serez autonome.

Si vous avez le moindre problème et que vous devez refaire l’installation ou une mise à jour, ou réparer, vous avez tout ce qu’il faut sans être obligatoirement connecté à Internet.

Aussi, je vous invite à  télécharger cette version-là.

Cette version est en anglais.

Vous pouvez ensuite appliquer le module logistique dans la langue de votre choix, par exemple en français en le téléchargeant.

Ça  fait deux téléchargements distincts.

Télécharger Visual Studio

Il faudra d’abord installer la version anglaise et éventuellement si vous le souhaitez, vous pouvez installer la version française.

Cela étant, compte-tenu du nombre très important d’information et de guides qui existent sur le web, je vous suggère de rester sur la version anglaise.

Maintenant, si vous êtes un irréductible gaulois, rien ne vous empêche évidemment d’installer la version française.

Donc, vous cliquez sur ce lien et vous allez avoir un téléchargement qui va débuter de l’image ISO.

Comme vous avez effectivement 7Go à télécharger ça prend du temps.

Donc la version ISO est téléchargée, ainsi que le pack de langue en français. Ouvrez d’abord le fichier ISO en double-cliquant dessus.

Ça nous permet de lancer l’installation à travers vs_community.exe.

Si vous ne voyez pas d’extension il faut régler l’affichage.

Il faut dans Affichage Options Modifier les options des dossiers de recherche.

Décochez Masquer les extensions des fichiers dont type est connu.

Lancer l’installation

Vous lancez vs_community.exe.

L’assistant d’installation s’ouvre.

Vous approuvez les termes du contrat. Ensuite, vous pouvez éventuellement modifier l’endroit où va être stocké les fichiers d’installation, si c’est nécessaire. Puis, vous cliquez sur Next.

Vous avez ici tous les outils qui vont s’installer En particulier, ce qui nous intéresse c’est Microsoft Web Developer Tools, mais laissez les autres outils car dans l’immédiat, on ne fera pas de développement Windows Phone.

Laissez donc les options puis cliquez sur Install.

L’installation va aussi durer un certain temps.

Je mets la vidéo en pause et je reprends dans quelques instants.

À la fin de l’installation, vous avez cet écran.

Normalement tout s’est bien passé.

Cliquez sur Launch: il est possible que vous ayez ce message.

Ce n’est pas grave: cliquez sur ok et vous avez effectivement Visual Studio qui  termine son installation.

Vous pouvez avoir des outils supplémentaires qui viennent s’ajouter. C’est normal.

Dans les vidéos suivantes sur ASP NET, vous ferez  quelques manipulations de base pour mieux comprendre cet environnement riche qui est Visual Studio.

Share Button

Type de données CSharp : Convertir

Cette nouvelle vidéo explique ce qu’est un type de données de C# dans Visual Studio. Les types de données correspondent à des définitions sous-jacentes du système de type commun (CTS, Common Type System) du Framework .Net.

Notamment, cette vidéo fournit la liste des types de données avec leurs caractéristiques. Elle traite aussi de la technique de la conversion d’entiers en chaines de caractères et de la conversion de chaines de caractères avec des valeurs numériques en entier.

Dans la vidéo précédente, vous avez définit des variables que vous avez typées.

Visual Studio donne des informations supplémentaires sur le type int. Une structure de type System.int32 représente un entier signé sur 32 bits. Cette information vous donne la correspondance entre le type de données C# int et le type de données .Net. Autrement dit, int représente le type de données System.int32 dans le Framework .Net.

De plus, tous les langages du Framework .Net qui manipulent quelque chose qui ressemble à notre int, utilisent la structure System.int32. D’ailleurs, vous pouvez remplacer int par System.int32. Votre programme va parfaitement fonctionner. Ensuite, vous pouvez le vérifier en cliquant sur le bouton Démarrer.

Puis, vous remarquerez que vous retrouvez le même System que le System de la première ligne using. Donc, vous n’êtes pas obligé de préfixer par System et écrire simplement int32. En cliquant sur le bouton Démarrer, vous pouvez vérifier que le programme fonctionne toujours. Revenez aux types C#.

Type de données Entiers

Type de données Entiers
Type de données Entiers

Dans ce tableau, vous avez plusieurs types de données C# pour les entiers.

Notamment, ces types de données C# correspondent tous à des types de données .NET. Pour chacun de ces types de données, vous avez des plages d’entiers. Il y a de nombreux choix pour les types de données d’entiers.

Dans vos premiers programmes, vous utiliserez certainement les types byte ou int pour les entiers. Ces types de données sont utilisées pour stocker des données entières.

Type de données Flottants

Types Flottants
Types Flottants

Vous pouvez stocker des données avec des décimales, ou des nombres très grands, que l’on appelle des flottants.

Vous avez aussi la possibilité de jouer sur la précision, en fonction des besoins de votre programme.

Type de données Caractères et Logique

Types Caractères et Logique
Types Caractères et Logique

Un troisième type de données sont les caractères et logique.

Notamment pour les types de données de type caractères, vous avez le type char et le type string. Le type string a déjà été utilisé pour la variable monMessageBienvenue, qui correspond au type .NET System.String. Bien évidemment, c’est une suite de caractères.

Vous pouvez aussi le vérifier en survolant avec la souris et vous voyez apparaître System.String. Quand vous commencez à taper string, IntelliSense vous affiche deux choix string. Le premier string correspond au type C#. Le second correspond au type .Net.

Type de données Date et Heure

Il existe un quatrième type de données .NET qui n’a pas d’équivalent C#.

Types Date et Heure
Types Date et Heure

C’est tout ce qui concerne les dates et heures. En particulier vous avez le type de données .Net System.DateTime. Vous pouvez définir une variable intitulée Maintenant. Elle se voit affectée la date et l’heure courante. La ligne dessous affiche le résultat.

Convertir un type de données entier (int) en string

Dans le programme, enlevez les messages inutiles et gardez uniquement l’affichage du message de bienvenue.

Votre objectif est de convertir une variable de type int dans une variable de type string, c’est-à-dire dans une chaîne de caractères. Pour cela vous créez une chaîne de caractères nommée monMessageComplet.

Cette variable est la concaténation du contenu de la variable monMessageBienvenue plus le contenu de la variable monAge, plus la chaîne ” ans”.

Vous allez aussi modifier le message de bienvenue, en tapant : “Vous avez “. Puis vous remplacez le paramètre de la méthode Console.WriteLine() par la variable monMessageComplet. Dans cette variable, vous avez concaténé une chaîne de caractère avec une variable locale entière et une autre chaîne de caractères fixe.

Visual Studio a supposé que le contenu de la variable monAge devait être converti en une chaîne de caractères. Vous pouvez vérifier qu’il n’y a pas d’erreur en compilant et en démarrant le programme.

Toutefois, il est préférable de demander explicitement la conversion du contenu de la variable monAge en un contenu de type string (chaîne de caractères).

Il existe une méthode qui permet de transformer le contenu d’une variable numérique en un contenu de type string. Si cela paraît étrange d’appliquer une méthode, notamment la méthode ToString(), à une variable. Il faut savoir que la variable est elle-même issue d’un type .NET qui s’appelle System.Int32. Le type System.Int32 possède une méthode qui s’appelle ToString().

Cette méthode permet de convertir explicitement une chaîne numérique en une chaîne de type string. Vous pouvez vérifier que votre programme fonctionne bien en le compilant et en le lançant.

Convertir un type de données caractères (string) en int

Vous pouvez aussi convertir dans l’autre sens.

C’est-à-dire que vous souhaitez récupérer une valeur numérique qui est stockée dans une variable de type string dans une variable de type int.

Mettez en commentaire votre ligne précédente. Pour mettre en commentaire, tapez deux barres obliques (“//”) devant la ligne. Cela indique au compilateur de ne pas tenir compte de la ligne.

Créez la variable de type string, nommée monAgeDouble, qui va contenir la valeur numérique. Ensuite, vous créez une variable de type int, nommée monAgex2 qui est égale à monAgeDouble. Sauf que Visual Studio râle puisqu’effectivement il ne peut pas convertir implicitement le contenu du type string en int.

Pour le faire, il faut utiliser la méthode Parse().

Cette méthode va extraire le contenu de la variable de type string pour le mettre dans la variable de type entier (int). Ensuite il ne reste plus qu’à utiliser la valeur. Par exemple, en affichant “Votre âge est : ” + monAgeNum. Cela va fonctionner mais il est préférable d’appliquer la méthode ToString() pour faire la conversion explicite en chaîne de caractères.

Vous allez aussi vérifier que le contenu de la variable monAgex2 est bien numérique.

Pour cela, vous créez une nouvelle variable de type int, nommée monAgeNum qui est égale à monAgex2 / 2 Mettez en commentaires les lignes inutiles.

Pour résumer, monAgeDouble, qui est de type string, contient une valeur numérique. Le contenu de monAgeDouble est converti dans monAgex2, qui est de type int, et la variable monAgeNum = monAgex2 / 2.

Program.cs
Program.cs

Vérifiez que tout fonctionne. En effet, ça fonctionne bien.

Share Button

Déclarer une variable en CSharp (C#)

Dans cette vidéo, vous verrez les premières notions de base pour savoir comment déclarer une variable en CSharp (C#). Vous verrez aussi comment initialiser des variables, les renommer et utiliser dans votre code C# grâce à Visual Studio.

Notamment, vous souhaitez pouvoir changer simplement le message de bienvenue du programme précédent, et rajouter des informations complémentaires.

La première opération à faire est de stocker le message “Bonjour monde !” dans ce qu’on appelle une variable. Pour commencer vous devez déclarer une variable auprès du compilateur.

Déclarer une variable

Une variable est une zone dans la mémoire de l’ordinateur qui contient votre message. Pour créer une variable en C#, vous avez une première méthode qui est très simple qui consiste à définir d’abord le type de la variable.

Dans C#, les variables sont typées. C’est-à-dire que vous devez indiquer au compilateur si la variable va contenir une chaîne de caractères, une valeur numérique, une date, etc. Le type de la variable indique s’il s’agit de stocker un nombre, une date, une chaîne de caractères, etc.

Par exemple, pour déclarer une variable, nommée monAge, qui contient une valeur numérique entière comme l’âge, vous pouvez écrire:

int monAge ; // déclaration

Dans le cas présent, c’est une chaîne de caractères. Vous attribuez donc le type “string”.

Dans la liste de valeurs qui s’affiche, IntelliSense propose les mots qui commencent par “str”. Faites une tabulation pour sélectionner la première valeur (string), puis un espace.

Nommer la variable

Maintenant il faut donner un nom afin d’identifier la variable qui va être manipulée dans le programme.

Donnez un nom significatif qui permet de retrouver l’utilité de cette variable. Par ailleurs, il est préférable que le nom débute par une minuscule. Ce n’est pas une obligation, mais un usage.

Dans le cas présent, nommez votre variable : monMessage, puis fermez l’instruction avec le point-virgule.

Vous venez de déclarer une variable monMessage. Le compilateur sait donc qu’il doit réserver une zone en mémoire pour stocker une chaîne de caractères. Par contre, il ne sait pas quelle chaîne de caractères vous souhaitez stocker.

Assigner une valeur à une variable

Une fois que vous avez indiqué au compilateur le type de la variable, grâce à des mots clés comme string, int, etc., vous affectez des valeurs avec le signe “=”. Dans C#, le signe “=” n’est pas le signe mathématique d’égalité, c’est un opérateur qui affecte une valeur.

Par exemple, pour indiquer que la variable monAge vaut 25, vous pouvez écrire:

monAge = 25; // initialisation

Sur la ligne dessous, vous tapez le nom de la variable (monMessage) : vous la voyez apparaître dans le petit menu déroulant. Vous la sélectionnez en faisant une tabulation.

Ensuite, vous tapez le signe égal pour affecter une valeur puis vous saisissez : “Bonjour monde !”. Enfin, vous fermez l’instruction par un point-virgule.

En survolant avec la souris, l’éditeur vous indique qu’il s’agit d’une valeur locale de type string c’est-à-dire de type chaîne de caractères qui contient le message “Bonjour monde !”.

Maintenant, il suffit de remplacer le message “Bonjour monde !” dans la méthode WriteLine() par la variable. Une fois de plus, IntelliSense fait son travail en proposant la variable monMessage.

La variable a été définie et une valeur a été assignée.

Maintenant, vérifiez que tout fonctionne. Pour cela, cliquez sur le bouton Démarrer : c’est aussi l’avantage de cet IDE. Vous pouvez vérifier instantanément que tout fonctionne bien. Faites Entrée pour fermer la boîte de dialogue.

C’est un message de bienvenue qui est affiché, mais vous aimeriez aussi avoir un message pour dire au revoir.

Créer une seconde variable

Vous créez une nouvelle variable de type chaînes de caractères. Cette fois-ci, vous la nommez monAuRevoir, puis vous lui assignez la chaîne : “bye bye”.

Vous utilisez cette variable dans Console.WriteLine(monAuRevoir).

Maintenant, vous avez une première variable (monMessage) qui contient le message de bienvenue, puis une deuxième variable intitulée monAuRevoir, qui contient le message pour quitter.

Uniquement pour des raisons de cohérence ça serait mieux de renommer la variable monMessage en monMessageBienvenue.

Renommer une variable

Sélectionnez la variable MonMessage, puis vous tapez le nom de la nouvelle variable : monMessageBienvenue.

Au bout du nom de la nouvelle variable, vous voyez apparaître un petit rectangle rouge. Si vous le survoler avec la souris, une nouvelle petite fenêtre apparaît avec une petite flèche noire.

Cliquez sur la flèche noire : un menu s’affiche. Celui-ci vous propose de renommer automatiquement toutes les occurrences de monMessageBienvenue en monMessageBienvenue. Sélectionnez cette option.

L’ancienne variable est automatiquement renommée dans tout le code.

Cela fonctionne à l’identique, si vous renommez la seconde variable. Pour cela, sélectionnez monAuRevoir puis renommez-en monMessageAuRevoir. Sélectionnez le petit rectangle rouge puis cliquez sur la petite flèche pour renommer monAuRevoir en monMessageAuRevoir.

Vous pouvez aussi créer des variables d’un autre type que chaînes de caractères.

Déclarer une variable
Déclarer une variable

Variable de type numérique

Notamment, vous pouvez créer des variables pour contenir des valeurs numériques.

Typiquement, vous souhaitez stocker un âge. Donc vous allez créer une variable de type numérique. Plus précisément, vous allez créer une variable de type “int”. Int est l’abréviation du mot anglais INTEGER qui signifie Entier, autrement dit un nombre entier : 0,1, 2, etc.

Comme il existe plusieurs types de données numériques, vous indiquez un type précis.

Vous saisissez int puis vous donnez aussi un nom : monAge.

Créer et affecter en une opération

Sachez aussi, que vous pouvez regrouper sur une seule ligne la déclaration et l’initialisation. Par exemple, en écrivant:

int monAge = 25 ; // déclaration et initialisation

Comme pour les deux variables précédentes, vous pourriez créer d’abord la variable puis ensuite lui affecter sa valeur. Vous pouvez aussi faire les deux opérations en une seule.

Dans ce cas, vous définissez la variable avec son type et son nom puis vous lui affectez tout de suite une valeur. Vous n’avez pas besoin de guillemets puisque c’est une valeur numérique. Ensuite, indiquez votre âge, par exemple 35.

Si vous le voulez, vous pouvez reprendre les définitions des variables précédentes et simplifier leur écriture en utilisant la même écriture.

Ainsi, vous auriez sur une seule ligne d’un côté la définition de la variable à gauche du site égal, et à droite l’affectation de la valeur.

Combiner les variables

Vous pouvez aussi utiliser la variable monAge en la combinant à la variable monMessageBienvenue.

Ce qui donne monMessageBienvenue + monAge dans la méthode WriteLine(), avec l’aide éventuelle de IntelliSense.

Ajouter des informations complémentaires

Vous pouvez aussi modifier légèrement le message de bienvenue pour rajouter votre prénom. Puis cliquez sur le bouton Démarrer : le message de bienvenue s’affiche.

Toutefois, l’âge est collé au texte. Vous allez changer ce comportement.

Dans la méthode WriteLine(), vous rajoutez une simple espace blanc pour séparer le contenu de monMessageBienvenue du contenu de monAge.

Vous en profitez pour ajouter qu’il s’agit d’un âge avec un petit texte supplémentaire.

Notamment, vous avez pu le faire avec cette méthode. Vous auriez pu aussi intégrer ce texte supplémentaire dans le message de bienvenue. C’est un choix de développement et d’optimisation éventuelle. Mais nous ne sommes pas dans une phase d’optimisation.

Cliquez à nouveau sur le bouton Démarrer : c’est mieux.

Dans la vidéo suivant, vous découvrirez la notion de type de données CSharp.

Share Button

Visual Studio : Comprendre

Cette vidéo présente les fonctionnalités de base de l’IDE de Visual Studio. Notamment, vous allez pouvoir  retrouver les fenêtres d’origine. Ensuite, vous verrez comment ajouter les numéros de ligne dans le code. Puis, vous découvrirez comment IntelliSense fonctionne pour compléter automatiquement et intelligemment la frappe.

Enfin, vous verrez aussi comment faire le suivi des modifications avec la bande latérale jaune et verte et comment réduire le code grâce aux icônes + / – tout en gardant une vision globale du code.

L’objectif de cette vidéo est vous familiariser avec l’environnement Visual Studio avec un aperçu du fonctionnement de ses fonctionnalités de base. Afin de disposer d’un exemple concret, consultez la vidéo pour comprendre un programme C#.

Afficher votre programme dans Visual Studio

Au début, vous pouvez être perdu ou perturbé notamment lorsque les fenêtres habituelles n’apparaissent plus. Par exemple, suite à une mauvaise manipulation, vous les avez toutes fermées : l’écran devient complètement vierge.

Vous avez beau cliquer sur Afficher > Page de démarrage puis vous rechargez votre application mais rien n’apparaît. C’est assez perturbant.

Pour résoudre le problème, il suffit de cliquer sur Afficher puis Explorateur de solutions.

Dans les vidéos suivantes, vous aurez l’occasion de découvrir à quoi sert concrètement l’explorateur de solutions. Dans un premier temps affichez le. Ensuite, vous double-cliquez sur Program.cs Généralement c’est le programme que vous utilisez par défaut.

Visual Studio : Comprendre
Visual Studio : Comprendre

Afficher les numéros de ligne

Vous pouvez aussi afficher le numéro de ligne, même si vous avez peu de lignes. Avec des programmes de 100 ou 2000 lignes, c’est plus pertinent.

Pour cela, vous allez dans Outils puis Options. Ensuite, vous ouvrez la section des paramètres de l’éditeur de textes, En particulier, celui de C#. En cliquant dessus, vous voyez apparaître différents paramètres notamment le numéro de ligne. Vous cochez Numéro de ligne puis vous faites OK.

Puis, vous voyez apparaître le numéro de ligne dans la colonne de gauche.

Ensuite, vous avez bien d’autres paramètres d’affichage qui sont disponibles dans ces options.

Changer les couleurs de l’écran et les polices

Dans la section Environnement, vous avez la possibilité par exemple de changer la police ou les couleurs de votre écran.

Par exemple, certains aiment avoir un arrière-plan sombre et des polices claires.

En dehors de ces aspects d’affichage vous avez aussi IntelliSense.

Qu’est-ce qu’IntelliSense dans Visual Studio  ?

À chaque fois que vous tapez quelque chose, l’éditeur analyse précisément votre frappe.

Par exemple, si vous cherchez à taper le mot console, vous voyez apparaître une petite fenêtre qui propose différents choix. Plus vous avancez dans l’écriture du mot Console et plus la fenêtre va afficher une liste de mot précis.

Pour sélectionner la proposition qui vous convient, vous avez plusieurs manipulations possibles : vous pouvez sélectionner le mot en cliquant dessus ou vous pouvez aussi appuyer sur le point (.) du clavier.

Le point sert de délimiteur dans l’expression en cours d’écriture.

Si vous appuyez sur point, tandis que vous étiez positionné sur Console, IntelliSense vous fait apparaître le mot en entier.

Maintenant que IntelliSense sait que vous cherchez à utiliser Console, il vous propose toutes les actions qui sont liées à ce terme. Bien évidemment, vous retrouvez la méthode WriteLine().

Vous pouvez sélectionner ou commencer à taper : la liste des valeurs de la fenêtre d’IntelliSense se restreint jusqu’à faire apparaître uniquement l’option concernée.

Vous sélectionnez avec la flèche bas du clavier le mot WriteLine, et vous pouvez utiliser la parenthèse ouvrante comme délimiteur.

Complétion des saisies

Un autre avantage de Visual Studio est d’afficher automatiquement la parenthèse fermante : il ne reste plus qu’à taper le texte.

Vous tapez sur guillemet (“), et un autre guillemet apparaît. Puis, entre ces deux guillemets, vous tapez votre texte, comme par exemple, “A bientôt”.

IntelliSense ne se contente pas de proposer car il analyse et complète votre frappe.

Vous voyez apparaître au bout de la ligne Console.WriteLine avec son paramètre, un souligné rouge un peu gondolé et si vous survolez ce souligné avec la souris, IntelliSense vous indique qu’il manque le point-virgule.

En effet, chaque instruction doit se terminer avec un point-virgule.

Détecter des anomalies

Lorsque vous êtes sur un programme compliqué, le fait d’activer la bonne option, permet de détecter des anomalies dans sa logique de programmation.

Par exemple si vous vouliez écrire directement ici Write, IntelliSense ne propose pas WriteLine() puisque pour lui ça n’a pas de sens dans le contexte présent.

L’indentation

L’indentation est un décalage qui apparaît systématiquement et qui facilite la lecture. Si par exemple vous saisissez une autre ligne sous les deux premières. Vous débutez la saisie en début de ligne et vous tapez Console puis point puis WriteLine().

Incidemment, vous remarquerez que IntelliSense a proposé par défaut WriteLine(). Autrement dit, il tient compte de nos habitudes d’écriture.

Si vous continuez la saisie, vous tapez par exemple “bye bye” et que vous terminez par le point-virgule, vous remarquerez que votre saisie a été automatiquement alignée sur les deux lignes précédentes.

C’est l’indentation automatique.

Cliquez sur le bouton Démarrer : les messages s’affichent correctement.

Il existe aussi des aides visuelles qui vous permettent de mieux savoir quelles sont les parties du code sur lesquelles vous êtes intervenues.

Affichage des dernières modifications intervenues

Sur le côté gauche de l’éditeur, une colonne verte signale les lignes que vous avez récemment modifiées et que ces modifications ont été enregistrées.

Par exemple, si vous vous positionnez sous Console.ReadLine() et que vous appuyez sur la touche Entrée, vous voyez apparaître une colonne jaune sur la ligne de votre curseur.

Ainsi, Viusal Studio indique une modification qui concerne les deux lignes. Toutefois, vous n’avez pas encore enregistré ces modifications.

L’enregistrement des modifications se fait en cliquant sur Enregistrer.

Dans l’onglet du nom du fichier, une étoile à côté du nom signale que le fichier n’a pas encore été enregistré. Si vous enregistrez, la petite étoile disparaît et la colonne jaune devient verte.

Visual Studio
Visual Studio

Surimpression des sections

Une autre aide visuelle intéressante de Visual Studio concerne l’utilisation des sections.

Lorsque vous déplacez votre souris sur le côté gauche un fond grisé apparaît. Cela permet de repérer l’endroit sur lequel pointe la souris.

En cliquant sur les petits moins qui apparaissent sur le côté gauche, réduire les différentes sections de façon à pouvoir me concentrer visuellement sur la partie qui m’intéresse.

Toutefois, vous pouvez prendre connaissance du contenu d’une section réduite sans être obligé de l’ouvrir.

Si vous survolez avec votre souris le carré avec les trois petits points, qui se trouve au bout de la section, vous voyez apparaître le code de la section réduite en surimpression de votre écran.

 

Share Button

Comprendre un programme CSharp (C#)

Dans cette vidéo, vous allez comprendre un programme CSharp (C#). Notamment, vous verrez les spécificités et l’importance de chaque partie de la syntaxe du programme. En particulier, les notions introduites sont le Framework .Net, la directive using, les espaces de noms, les classes et les méthodes.

Comprendre un programme CSharp (C#)

L’application que vous avez développé dans la vidéo précédente va vous servir d’exemple pour mieux comprendre un programme CSharp (C#). Notamment, vous allez découvrir la logique de fonctionnement du programme C#.

En effet vous voyez de nombreux termes comme : using, namespace, class, etc. qui ont un sens bien précis. Hors, il est important de resituer tous ces éléments.

En effet, il faut bien comprendre que vous avez une première couche qui s’exécute c’est Windows. Windows est évidemment le programme principal dans lequel va fonctionner votre application. Par ailleurs, votre application communique avec Windows à travers l’environnement .Net.

Comprendre un programme CSharp (C#)
Comprendre un programme CSharp (C#)

L’environnement .Net

L’environnement dot net ou la plateforme dot net est un outil qui permet d’avoir un code qui se concentre le plus possible sur les couches métiers, utiles ou applicatives, plutôt que sur ce qui est lié au fonctionnement de Windows.

Concrètement dans l’application précédente lorsque vous la lanciez, vous aviez une fenêtre qui s’affichait. L’objectif de cette vidéo n’est pas de passer du temps à expliquer comment cette fenêtre doit s’afficher où elle doit s’afficher, quelles dimensions elle a, etc.

L’objectif est de comprendre un programme CSharp (C#).

Aussi, dans un premier temps, ce qui vous intéresse c’est d’afficher votre message. C’est là qu’intervient plusieurs outils comme l’instruction Console qui va vous permettre de faire simplement ce genre d’opération : afficher un message.

Notamment, l’instruction Console est en réalité une Classe. De la même façon que vous avez la classe Program dans Application001, vous avez la classe Console.

Qu’est-ce que c’est qu’une classe ?

Dans un premier temps, il est possible de définir une classe comme un simple regroupement de méthodes.

Il y a une terminologie à comprendre, aussi il y aura plusieurs vidéos pour vous aider à saisir toutes ses nuances. Aujourd’hui, c’est une simple introduction pour bien comprendre un programme C#.

La classe Console comprend plusieurs méthodes, dont WriteLine() et ReadLine().

La classe Console dispose d’au moins de ces deux méthodes.

Comprendre un programme CSharp (C#)
Comprendre un programme CSharp (C#)

Qu’est-ce que c’est qu’une méthode ?

Une méthode est un regroupement d’instructions. Les instructions sont les lignes de programmes qui vont s’exécuter.

Par exemple, WriteLine() et ReadLine() sont des méthodes qui sont comprises dans la classe Console.

Dans le code, vous voyez effectivement une classe qui comprend deux méthodes mais vous remarquerez aussi qu’il existe une classe Program qui enveloppe une autre méthode qui est un peu particulière qui est la méthode Main().

A quoi sert la méthode Main() ?

Lorsque le programme va démarrer, c’est la méthode Main() qui va s’exécuter en premier.

Cela veut dire que lorsque le programme se lance Windows va d’abord chercher le contenu de la méthode Main() et il va exécuter les lignes de codes qui se trouve dans cette méthode.

Maintenant, vous devez mieux comprendre un programme CSharp (C#).

Pourquoi avoir utilisé la classe Console ?

Console sert à créer la fenêtre dans laquelle le texte s’affiche. Ce texte a été passé en tant que paramètre. Autrement dit vous avez le paramètre entre les deux parenthèses de la méthode WriteLine() de la classe Console.

Namespace

Vous voyez aussi la notion de namespace (“espace de nom”). Dans Application001, le “namespace” correspond exactement au nom du projet.

Supposez que vous ayez une application très complexe dans laquelle il y a plusieurs classes Program.

Comment distinguer une classe Program d’une autre ?

Chaque classe Program possède un préfix. Celui-ci est le namespace auquel elle appartient : Application001 dans l’exemple.  S’il y a une ambiguïté, il est possible d’appeler la méthode Main() de la classe Program qui fait partie de l’espace de nom Application001.

La meilleure illustration de ce mécanisme est justement avec la classe Console.

La classe Console appartient à l’espace de nom qui s’intitule System. C’est le même “System” que celui qui se trouve en haut du programme, sur la première ligne, en face de using.

Directive using

Si Microsoft dans son modèle a mis en place using Sytem, c’est parce qu’il se doutait que la classe Console serait utilisée. Dans le programme, il est possible de préfixer par System, chacune des lignes qui appellent la classe Console. Du coup, l’instruction using System n’est plus nécessaire.

Les autres using ne sont pas nécessaires non plus. Vous pouvez les enlever car il est très facile de les retrouver, si vous en avez besoin. Donc, vous pouvez enlever tous les using, car la classe Console est préfixée par l’espace de nom System.

Si vous cliquez sur Démarrer, le programme se compile et se lance normalement.

Annulez vos modifications avec CTRL+Z, pour supprimer les dernières modifications.

Pour résumé, vous pouvez utiliser la classe Console sans être préfixée à condition de déclarer l’instruction using. Si vous reprenez le schéma, c’est la raison pour laquelle vous avez la classe console qui est incluse dans l’espace de nom System.

L’espace de nom permet de lever l’ambiguïté. Application001 utilise la classe Console de l’espace de nom System. Dans la classe Console Application001 a besoin des méthodes WriteLine() et ReadLine().

Share Button

Écrire un programme CSharp (C#)

Avec cette vidéo, vous aller écrire un programme CSharp. Ce programme va afficher “Bonjour monde !” sur une console Windows grâce à Visual Studio 2013.

Cette première application servira comme exemple dans la vidéo suivante pour comprendre les mécanismes mis en jeu.

Pour apprendre à installer Visual Studio, consultez la vidéo Installer Visual Studio. Vous pouvez aussi consulter une vidéo qui explique le rôle et l’intérêt de Visual Studio. Enfin, vous apprendrez comment devenir un bon développeur C# grâce aux vidéos gratuites.

Comment écrire un programme CSharp

Vous allez pouvoir écrire un programme CSharp. Pour cela, vous lancez Visual Studio Express 2013 : la page de démarrage s’affiche.

Celle-ci sert à gérer facilement les projets sur lesquels vous travaillez et aussi à communiquer avec la communauté de Visual Studio. Vous trouvez dessus des annonces, ainsi qu’un certain nombre de possibilités qui sont proposées : mise en route, découvrir les nouveautés, etc.

Créer son premier projet

Le projet va héberger votre programme C#. Il va donc vous permettre d’écrire un programme CSharp

Pour créer un nouveau projet soit vous pouvez cliquer directement sur Nouveau projet de la page de démarrage, soit vous pouvez cliquer dans le menu sur Fichier puis Nouveau projet. Cela revient au même.

Sachez que si vous perdez l’affichage de la page de démarrage. Vous la retrouver en cliquant sur Afficher Page de démarrage.

Cliquez sur Nouveau projet pour créer un premier projet. Vérifiez que vous êtes bien sous Modèles > Visual C#. C’est important. En effet, lors du premier lancement Visual Studio propose le langage Visual Basic. Il faut donc modifier le langage sélectionné sur Visual C#.

Écrire un programme CSharp
Écrire un programme C#

Modèles de projet

Sous Visual C#, vous voyez différents modèles : Application Windows Forms, Application WPF, Application Console, etc.

Cliquez sur le modèle Application Console, pour le sélectionner. Puis, donnez un nom à votre projet comme Application001, et cliquez sur le bouton OK.

Application001 est le nom du projet qui va permettre d’écrire un programme CSharp

Visual Studio Express 2013 a créé plusieurs fichiers dont un fichier qui s’appelle Program.cs et qui s’ouvre par défaut.

static void Main(string[] args)

Ce fichier possède notamment un point d’entrée important qui est static void Main(string[] args). C’est le point d’entrée principal du programme. Cela veut dire que lors du lancement du programme, les premières instructions exécutées seront celles qui seront entre ces accolades.

La vidéo suivante décortiquera les instructions qui sont être tapées.

Pour l’instant, positionnez votre souris entre les deux accolades qui sont juste sous static void Main(string[] args). Ces deux accolades, ainsi que leur futur contenu, appartiennent à static void Main(string[] args).

Instruction Console.WriteLine()

Laissez un peu d’espace entre ces deux accolades et vous tapez en respectant scrupuleusement la casse, c’est-à-dire en respectant les majuscules et les minuscules, l’instruction suivante Console.WriteLine.

Pour l’instant, ne prêtez pas attention aux différentes fenêtres qui s’ouvrent. Vous aurez l’occasion de découvrir un peu plus tard leur intérêt.

Respectez bien la casse car souvent les problèmes que l’on rencontre au début, proviennent d’une mauvaise frappe qui ne respecte pas les minuscules et les majuscules. Hors, C# est sensible à la casse.

Cliquez sur la parenthèse ouvrante pour mettre le message que vous souhaitez afficher, qui est : “Bonjour monde !”.

Visual Studio complète automatiquement ce que vous êtes en train de taper.

Écrivez : “Bonjour monde !” entre les parenthèses de Console.WriteLine().

Visual Studio vous signale qu’il manque quelque chose avec un petit souligné rouge au bout de la ligne. En effet, toutes les instructions C# doivent se terminer par un point-virgule (;).

Le point-virgule est un délimiteur important car il signale au compilateur que l’instruction s’arrête juste avant l’endroit où est le point-virgule. En effet, le compilateur n’est pas sensible aux espaces. En revanche, il est sensible à la présence de ce délimiteur.

Instruction Console.ReadLine()

La première instruction permet uniquement d’afficher un message, mais il faut avoir le temps de voir ce message.

Pour cela, vous allez taper juste en dessous : Console.ReadLine.

Appuyez sur la parenthèse ouvrante et vous pensez à fermer avec un point-virgule.

Quel est l’intérêt de Console.ReadLine ?

Cette instruction indique qu’il faut “attraper” ce que l’utilisateur saisit. Par contre, tant que l’utilisateur ne saisit rien, le programme attend. Tout ce qui était affiché avant, continuera d’être affiché.

Concrètement l’intérêt de Console.WriteLine() est d’afficher le message “Bonjour monde !” alors que Console.ReadLine() va vous permettre d’avoir le temps de lire ce message tant que l’utilisateur n’aura pas appuyé sur une touche.

Exécution du premier programme C#

Maintenant, vous pouvez lancer le programme : vous avez plusieurs possibilités pour le faire.

Dans le menu vous avez un bouton Démarrer Vous verrez plus tard la notion de debug, qui se trouve juste à coté.

Lancez le programme : une fenêtre s’ouvre.

Le message “Bonjour monde !” qui s’affiche dans la fenêtre correspond bien à l’instruction Console.WriteLine() du programme et le petit curseur qui clignote correspond à Console.ReadLine().

Tant que vous ne tapez rien dans la fenêtre le message reste affiché. Si vous tapez par exemple sur la touche entrée, le message disparaît.

Solution Visual Studio

Avec Visual Studio, vous avez créé ce qu’on appelle une solution. Celle-ci est composée de différents fichiers. Vous pouvez visualiser ces fichiers sur le disque dur.

Lancez l’explorateur Windows, sous la bibliothèque intitulée Documents, vous trouvez un dossier intitulé Visual Studio 2013.

Sous ce dossier, ce trouve un autre dossier intitulé Projets, dans lequel vous retrouvez votre solution qui est enregistré sous forme d’un dossier qui s’appelle Application001 puisque c’est le nom que vous avez donné.

Si vous l’ouvrez-vous trouverez les fichiers qui correspondent à cette solution : le fichier Application001.sln s’appelle le fichier solution. L’ensemble constitue la solution avec tous ses fichiers.

Si vous ouvrez le dossier Application001 vous retrouvez les fichiers du projet. En particulier, il y a le fichier source qui contient les instructions du programme, ainsi que l’exécutable. Le fichier source est le fichier Program.cs. Si vous l’ouvrez avec un éditeur de texte comme Notepad++, vous retrouverez exactement ce que vous avez saisie dans l’éditeur de Visual Studio.

Dans l’éditeur de texte, vous n’avez aucune aide alors que dans l’éditeur de Visual Studio vous avez de nombreuses aides qui vont vous faciliter le travail. C’est la raison pour laquelle, vous travaillerez toujours avec l’éditeur de Visual studio.

Sous le dossier bin, le sous-dossier debug est aussi intéressant, car vous trouvez le fichier Application001.exe. C’est le programme qui s’est exécuté pour afficher la fenêtre avec le message. Si vous double-cliquez pour le lancer, vous retrouvez le programme qui affiche “Bonjour monde !” et qui attend que vous fassiez une saisie quelconque pour le terminer.

Application001.exe est donc l’exécutable qui permet de lancer le programme.

Page de démarrage

Si vous retournez dans Visual Studio que vous fermez la solution, c’est-à-dire l’ensemble des fichiers, plus rien ne s’affiche.

Vous pouvez retrouver la solution, en demandant d’afficher la page de démarrage. Pour cela, vous cliquez sur Afficher, puis Page de démarrage. Dans cette page de démarrage, vous remarquerez que Application001 apparaît dans la liste des fichiers récents. Si vous cliquez dessus, vous l’ouvrez.

Vous pouvez aussi épingler la solution dans la page de démarrage. Cela va vous permettre de retrouver ce projet en tête de liste, quel que soit le nombre de projets sur lesquels vous aurez travaillé et que vous n’aurez pas épinglé. Faites cette manipulation pour les projets sur lesquels, vous travaillez fréquemment afin de pouvoir les récupérer rapidement.

Écrire un programme CSharp : Second projet C#

Maintenant, créez un second projet que vous appelez ApplicationTest.

Vérifiez que vous êtes bien sous Modèles > Visual C#, puis sélectionnez le modèle Application console. Normalement, ça devrait être le cas car Visual Studio garde les dernières options sélectionnées.

Puis refaites à peu près la même chose que pour le projet précédent.

Autrement dit, saisissez une instruction Console.WriteLine() avec un message quelconque, suivi d’une instruction Console.ReadLine().

Lancez-le avec le bouton Démarrer pour vérifier qu’il n’y a pas de problème.

Fermez la solution puis afficher la page de démarrage sur laquelle vous retrouvez bien les différents projets, sous Récent.

 

Share Button

Installer Visual Studio

Dans cette vidéo, vous allez voir comment Comment installer Visual Studio 2013. L’objectif de cette série de vidéos ( garantie sans chat 😉 ) est d’apprendre à programmer en C#. Vous verrez aussi les notions relatives à l’objet.

Pour apprendre à programmer en C#, le mieux est d’utiliser les outils de Microsoft et notamment les dernières versions, comme la version Visual Studio 2013.

Vidéo pour installer Visual Studio

Dans cette première vidéo, vous voyez comment installer Visual Studio 2013 Express pour Bureau Windows est expliquée.

Ce tutoriel présente les manipulations à faire pour installer Visual Studio 2013 Express Windows Desktop en français.

Visual Studio est ce qu’on appelle parfois l’IDE, autrement dit l’outil de développement graphique intégré qui vous permet beaucoup plus rapidement par rapport à un simple éditeur de texte.

Installer Visual Studio
Installer Visual Studio

Rechercher la bonne version

Lancez votre moteur de recherche préféré, puis vous recherchez l’édition Visual Studio Express qui est totalement gratuite.

Faites attention parce qu’il existe plusieurs versions de Visual studios express : 2010, 2012, 2013, etc.: prenez bien la version 2013.

Si vous avez un lien qui renvoie vers la version 2013 du site anglais, vous pouvez le corriger facilement. Pour cela, vous remplacez les caractères en-us par les caractères fr-fr dans l’URL.

Lien pour télécharger Express 2013 pour Bureau Windows :
http://www.visualstudio.com/fr-fr/products/visual-studio-express-vs.aspx.

Faites attention car il existe aussi plusieurs versions gratuites de Visual Studio Express 2013. Il existe une version dédiée au développement d’applications dans le langage ASP.NET, ainsi qu’une version Express 2013 pour Windows, qui est en réalité dédiée au développement d’applications pour les Windows Phone.

Pour l’instant, prenez bien l’édition Express 2013 pour Bureau Windows.

Téléchargement et installation

Cliquez pour télécharger. Parmi, les différentes options d’installation, sélectionnez la version en français, ainsi que l’installation directe de Visual Studio 2013 avec sa dernière mise à jour.

Pour procéder au téléchargement, vous devez vous identifier sur le site de Microsoft. C’est gratuit et cela sera nécessaire pour la suite.

Une fois que vous êtes identifié, vous pouvez télécharger la version Express 2013 pour Windows Desktop, autrement dit, la version bureau. En cliquant sur le lien de téléchargement, vous enregistrez le fichier de lancement.

Avant d’ouvrir le dossier, vous remarquerez que Microsoft vous propose de créer un compte sur Visual Studio Online. Pour l’instant ne le faites pas car ce n’est pas nécessaire, et vous pourrez toujours le faire plus tard, si vous voulez.

Ouvrez le dossier où est téléchargé l’installateur, puis double-cliquez dessus. Dans la fenêtre qui s’ouvre, acceptez les termes du contrat, en cochant la case, et cliquez sur Installer.

Selon la vitesse de votre téléchargement, et votre matériel, il faut compter parfois jusqu’à une trentaine de minutes.

Lorsque vous avez terminé l’installation et la configuration, vous cliquez sur Lancer.

Page de démarrage

Sur la page de démarrage, vous pouvez voir les nouveaux projets que vous pouvez créer ainsi que les projets récents. Les projets récents sont les projets sur lesquels vous avez pu travailler, par exemple s’il s’agit d’une réinstallation de Visual Studio.

Vous avez aussi le menu que l’on aura l’occasion de détailler dans la prochaine vidéo. Vous aurez aussi l’occasion de mettre les “mains dans le cambouis” et de voir concrètement comment faire les premiers développements avec C#.

Lien pour télécharger Express 2013 pour Bureau Windows :
http://www.visualstudio.com/fr-fr/products/visual-studio-express-vs.aspx.

Share Button